Le Direct
Radio

Nucléaire : le président iranien veut des “garanties”

Le président iranien Ebrahim Raïssi a réclamé des “garanties” de la part des Etats-Unis qu’ils ne reviendraient pas sur un accord éventuel sur le nucléaire iranien, peu avant son déplacement aux Nations-Unies à New York.

Par Ouragan avec AFP

publié le 19 septembre 2022 à 07:23:00

Favorable à un “bon accord” et à un “accord juste”, en dépit des espoirs qui s’aménuisent côté occidental sur les chances de réinstaller un accord datant de 2015 sur le nucléaire iranien, M. Raisi a toutefois précisé dans un entretien avec une télévision américaine qu’il fallait aussi que cet accord “dure”.

“Il doit durer. Il faut des garanties”, a-t-il déclaré, ajoutant ne pas faire confiance aux Américains en raison de leur comportement dans le passé.

L’ancien président américain Barack Obama avait négocié un accord avec Téhéran aux termes duquel l’Iran acceptait de réduire drastiquement sa capacité nucléaire en échange d’une levée des sanctions économiques.

Mais trois ans plus tard, son successeur à la Maison Blanche, Donald Trump, avait dénoncé l’accord et réimposé des sanctions à l’encontre de l’Iran.

L’actuel président Joe Biden s’est ensuite montré favorable à une renégociation de l’accord mais l’insistance iranienne à obtenir des garanties de la part de l’administration américaine bloque les discussions.

Les Etats-Unis expliquent ne pas pouvoir donner de telles garanties, faute de savoir ce que les prochains présidents américains pourront décider en la matière.

Pour le président iranien, la dénonciation de l’accord par Donald trump prouve simplement que les promesses américaines n’ont “aucun sens”.

M. Raisi a exclu toute rencontre avec son homologue américain, qui n’a pas exprimé de son côté sa volonté de le rencontrer en marge de l’assemblée générale des Nations-unies.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

La Casamance s’est recueillie lundi à la mémoire des près de 1.900 passagers du Sénégal et de multiples nationalités morts 20 ans plus tôt jour pour jour dans le naufrage du Joola, un des pires désastres maritimes civils de l’histoire.


Politique

C’est officiel . Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a été officiellement saisi par une plainte de la Dynamique progressiste révolutionnaire contre le président de la République du Rwanda, Paul Kagame. Le regroupement politique accuse le chef de l’État rwandais de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes d’agression commis dans la partie Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Appel d'offres

Banque centrale du Congo : Avis d’appel d’offres national


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.