Le Direct
Radio

Combien coûte le séjour du Saint-Père au gouvernement ?

La question est ultra-sensible. Le pape est un chef du gouvernement. Il est un homme politique. C’est pourquoi l’Église catholique est fondamentalement politique. Pour preuve, elle a le statut d’observateur à l’ONU, instance suprême de la haute politique mondiale. Aucune autre Église ne dispose d’un tel statut.

Par Gaby Kuba Bekanga

Les T-shirts à l’effigie du pape se vendent comme de petits pains @Photo Droits tiers

publié le 31 janvier 2023 à 05:32:00

L’État congolais en accueillant le pape effectue d’énormes dépenses. Normal que l’argent sorte du trésor public. La logistique, la prime des agents de sécurité, la réalisation de certains travaux à l’instar du podium de l’aérodrome de Ndolo nécessitent des moyens financiers conséquents. La question est cependant de savoir combien le gouvernement a-t-il débloqué ? Transparence oblige. Nous avons contacté les ministères des Finances et du Budget pour en savoir un peu plus. Tous reconnaissent que l’État a débloqué des fonds, mais personne n’ose donner le montant. L’argent est le nerf de la guerre, dit-on. La transparence totale n’existe pas dans la gestion de la chose publique. Même le Vatican qui dispose d’une puissante banque ne peut tout communiquer au public. L’église prêche la vérité et la transparence, mais sa banque est tenue aux secrets bancaires. La gestion du Vatican est-elle aussi opaque ?

Notre rédaction est à la recherche du montant débloqué à cause du comportement des dirigeants congolais. Les dépenses publiques sont du pain béni pour les prédateurs. L’argent de l’État n’est jamais géré avec orthodoxie au pays. Toujours des détournements. L’opacité facilite le vol. L’accueil du pape n’est ni une aubaine ni une opportunité pour tirer les dividendes avec des surfacturations et des surévaluations des dépenses. L’amour du prochain que prêche l’Église consiste aussi à donner à ce dernier la dignité à travers le pain et non à siphonner ou à subtiliser ce qui lui revient pour l’achat de ce pain.

Cette fois-ci est-elle la bonne ? Et si le pape François connaissait le vrai montant affecté à son accueil ? Serait-il satisfait ou déçu? En cas d’excès, on demandera au pape, une prière d’exorcisme de nos dirigeants. On espère que les autorités n’ont pas cassé la tirelire pour s’en servir. Comme personne ne communique sur les chiffres, le temps est le véritable allié de la vérité.

Pas de commerce à l’église, mais la pastorale exige des moyens

La RDC est un pays laïc dont la majorité des Congolais sont des chrétiens. L’Église catholique compte plus de fidèles par rapport aux autres religions. Le pape ayant une double casquette (chef de l’Église et chef de l’État), sa visite intéresse les chrétiens, les politiques et n’importe quel citoyen. À chacun d’exploiter la visite du pape à sa manière. Tout homme a besoin d’argent, y compris le religieux. Certains voient la rentabilité. D’autres non. D’où, la dimension économique de la visite du pape François. C’est ainsi que les ventes de certains articles explosent. Le pagne à l’effigie du pape coûte 25 $ US, le t-shirt revient 7 $ US, le chapelet, le dizainier et le crucifix varient entre 500 et 2000 FC selon les dimensions. Ces symboles de l’Église s’arrachent comme de petits pains dans toutes les paroisses catholiques. Ce dimanche 29 janvier, Ouragan.cd a observé des bousculades et des attroupements dans les paroisses pour l’acquisition de ces symboles.

Les imprimeurs, les sociétés textiles, les transporteurs, les importateurs, les vendeurs et même l’État censé percevoir les taxes sur les activités économiques et commerciales trouvent leurs comptes. Les banderoles, les affiches, les spots publicitaires et les transports ont un coût. Une grosse affiche avec l’image du pape peut aller au-delà de 300 $ US. Si un chrétien imprime une affiche pour manifester son attachement à l’Église, l’imprimeur gagne. Si un politicien produit un gadget, le commerçant gagne. Les hôteliers et les restaurateurs sont parmi les grands gagnants du circuit financier de la visite papale. Car plusieurs personnes venant de l’étranger et de provinces ont besoin de se loger et de se nourrir. À titre d’exemple, une chambre d’hôtel peut coûter plus de 300 $ et un repas 50 $ au centre-ville. Les taximen, les compagnies d’aviation voire les vendeurs ambulants tirent les bénéfices de la visite du Saint-Père. Les sociétés de construction et des travaux publics ont gagné quelques marchés. Il suffit de voir l’imposant podium érigé à l’aérodrome de Ndolo (lieu prévu pour la messe) pour s’en convaincre. L’entreprise qui a gagné ce marché ne peut que se réjouir.

Une visite porte-bonheur et porte-malheur

Certains gagnent tandis que d’autres perdent et pleurent. L’hôtel de ville de Kinshasa a procédé à la démolition des kiosques, des bistrots et autres commerces de fortune situés le long du boulevard Lumumba, principale voie par laquelle le pape passera pour se rendre au centre-ville à partir de l’aéroport international de Ndjili. Objectif du gouverneur de Kinshasa, assainir la ville pour accueillir un hôte de marque. Dommage, Kinshasa ressemble à une poubelle. Des montagnes d’immondices et des déchets plastiques partout. Entre-temps, les vendeurs à la sauvette, les tenanciers des bars, les boutiquiers et autres débrouillards ne peuvent plus exercer leurs activités de survie. Cela accentue la misère de nombreux foyers. Ce qui est étonnant est que les services de l’État avaient légitimé et légalisé ces commerces anarchiques en percevant des taxes. L’acte posé par l’hôtel de ville est une escroquerie. Percevoir les taxes et casser par la suite. Même le pape, pour qui on devrait aménager le boulevard, serait mécontent s’il avait appris que le peuple de Dieu a été escroqué par l’autorité urbaine et a subi un mauvais traitement. La propreté de la ville, oui. Mais pas un mauvais sort et une injustice pour les enfants de Dieu.

Nos tags

Visite papale
Enrôlement
Élection
Ceni
GUERRE
Agression
Politique

Les femmes politiques, futures candidates aux élections de 2023, ont été édifiées sur les stratégies pour se faire élire en décembre prochain. Elles ont participé à un atelier de réseautage organisé samedi 18 mars sous le thème : “les stratégies pour gagner les élections” par Journalistes de droits humains (JDH-JHR/RDC), en collaboration avec l’Union congolaise des femmes des médias (UCOFEM). Les travaux s’inscrivaient dans le cadre du projet : “Canada monde : voix des femmes et des filles”.


Nation

Le procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe s’était déjà prononcé sur le dossier par sa réquisition d’information du 09 mars dernier, en faisant recourt à l’Inspection générale des finances (IGF), au Bureau technique de contrôle (BTC), à la Brigade judiciaire et à la Coordination nationale de la Police judiciaire pour enquêter sur les dépenses des fonds alloués aux travaux de différentes infrastructures exécutés dans le cadre du contrat chinois. Au cours de la 91e réunion du Conseil des ministres, le vendredi 17 mars dernier, Félix Tshisekedi, a démontré qu’il lit et écoute ses services, notamment les rapports révélateurs de l’inspection générale des finances (IGF).

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.