Le Direct
Radio

2023 : Mukwege exige des élections crédibles

Le Prix Nobel de la paix, Denis Mukwege a mis l’accent sur le déroulement paisible, crédible et régulier du processus électoral vendredi lors de la Conférence sur la paix en RDC organisée par KOPAX à Charleroi en Belgique.

Par Jeanric Umande

Denis Mukwege appelle à la tenue des élections crédibles, démocratiques et transparentes en 2023 @Photo droits tiers

publié le 18 septembre 2022 à 02:46:00

Le militant des droits de l’homme insiste sur l’importance d’élections à même de permettre une alternance démocratique. “Alors que la nation se rapproche de son quatrième cycle électoral de son histoire récente pour la tenue de nouvelles élections (présidentielle, législatives, provinciales et locales), il est crucial de sortir des crises de légitimité à répétition à la base de cycles de violence et d’instabilité politique et sécuritaire”, a-t-il insisté.

Pour Mukwege, il y a péril en la demeure et “chaque citoyen congolais est concerné et doit exiger une véritable alternance démocratique. Celle-ci ne sera possible que grâce à la tenue des élections crédibles, transparentes, inclusives et pacifiques en 2023, respectant la volonté souveraine du peuple et conformément au délai constitutionnel”, a exhorté le Nobel. Il est temps que les Congolais exploitent leur capacité de sursaut et d’éveil patriotique : “nous ne pouvons plus sacrifier notre jeunesse en acceptant presque sous anesthésie l’inacceptable. Nous n’avons pas besoin d’un changement de narratif, mais bien d’un changement radical de paradigme et de gouvernance porté sur la satisfaction de l’intérêt général. Femmes et hommes épris de paix, de liberté et de justice, mobilisons-nous pour un leadership fort et responsable pour reconstruire un Congo nouveau et contribuer à l’édification d’un monde plus égalitaire, plus sain et plus pacifique, dans l’intérêt des Congolais, de l’Afrique et de la planète”, a conclu le Prix Nobel de la paix.

Mukwege, “il faut revoir la gouvernance sécuritaire de la RDC”

Mukwege juge urgent pour les autorités congolaises de revoir la gouvernance sécuritaire et la diplomatie régionale. “Nous sommes convaincus que seule une profonde réforme des FARDC pourra contribuer à la sécurisation et à la pacification de l’Est du pays”.

“Cette réforme devra assainir nos forces de défense et une réelle volonté politique et des moyens conséquents devront être alloués pour que le pays se dote enfin d’une armée professionnelle, opérationnelle et respectueuse du droit international humanitaire et des droits humains”, a-t-il interpellé. Ensuite, suggère-t-il, face à l’échec patent de toutes les tentatives de solutions politiques et sécuritaires, “il faut mettre fin à la culture de l’impunité qui nourrit les cycles de violence et nous devrons donc “fouiner dans le passé”, a-t-il recommandé. “Nous ne pouvons continuer de fermer les yeux sur les atrocités commises en RDC depuis plus d’un quart de siècle. Toutes les échelles de responsabilité – nationale, régionale et internationale – doivent être établies”, a-t-il martelé. La justice est la pièce manquante du puzzle en RDC pour briser le cercle vicieux de la violence et de l’impunité, observe le Prix Nobel de la paix. Dans cette perspective, il est urgent d’établir les liens entre la prévention des conflits, la justice transitionnelle, la consolidation de l’état de droit et l’instauration de la paix.

Justice, vérité, réparation et garantie de non répétition de la guerre

A l’instar de tous les peuples martyres, les victimes congolaises ont droit à la justice, à la vérité, à des réparations et à des garanties de non répétition des atrocités, a plaidé le Docteur Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix. Tel est le sens de ses efforts de plaidoyer pour la mise en œuvre des recommandations du rapport Mapping et pour “l’adoption d’une stratégie nationale holistique de justice transitionnelle”. Cet impératif de rendre la justice pour les crimes du passé et du présent est non seulement “une condition préalable à la réconciliation et à la coexistence pacifique en RDC et dans la région des Grands Lacs mais aussi un moyen privilégié pour consolider l’état de droit, condition indispensable pour assurer une bonne gouvernance, lutter contre la corruption endémique et créer un cadre propice aux investissements”, a conclu le Prix Nobel de la paix.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

La Casamance s’est recueillie lundi à la mémoire des près de 1.900 passagers du Sénégal et de multiples nationalités morts 20 ans plus tôt jour pour jour dans le naufrage du Joola, un des pires désastres maritimes civils de l’histoire.


Grogne sociale

“Choqué”, le mot dénote du ton ferme utilisé par Denis Mukwege après la violente répression de la manifestation des médecins du SYNAMED en grève sèche depuis deux mois.

Appel d'offres

Banque centrale du Congo : Avis d’appel d’offres national


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.