Le Direct
Radio

2023 : Un dialogue électoral constructif comme préalable (John Omombo)

Le processus électoral n’est pas un simple rituel de légitimation de la vie publique, ni être réduit à un simple exercice plébiscitaire, rappelle John Omombo Tshumba, président national de FSP-Parti politique. Lors de sa conférence de presse tenue mercredi 24 août à Kinshasa, le jeune leader a invité la classe politique à la vigilance et au sens élevé de responsabilité.

Par Jeanric Umande

John Omombo, le président des FPS – Parti politique exige un dialogue électoral constructif poir éviter au pays le chaos @Photo Droits tiers

publié le 24 août 2022 à 18:58:50

Pour lui, les élections occupent une position centrale et fondamentale dans une démocratie et en constituent la colonne vertébrale. Aujourd’hui, la République démocratique du Congo est sous les projecteurs du monde. Les caméras de toute la planète sont fixées sur notre pays, alerte John Omombo Tshumba. “Les gens nous regardent et nous observent. Si la situation sécuritaire demeure une preoccupation majeure, la question électorale vient renforcer les inquiétudes au plus haut point, tant elle fait face à des contraintes qui sont de nature à briser son élan”, interpelle-t-il les forces politiques et sociales de la République démocratique du Congo. Malheureusement, constate-t-il, “il se pose un énorme déficit de consensus et de crise de confiance entre le peuple congolais et la CENI”.

John Omombo affirme que “le consensus et la confiance demeurent incontestablement deux éléments fondamentaux pour bâtir une gouvernance électorale qui garantit un scrutin participatif, inclusif, crédible et apaisé”. Malheureusement, dit-il, ces leviers se trouvent amplement tordus notamment à cause du processus non consensuel de la définition du cadre juridique (élaboration de différentes lois) et, la procédure exclusive portant sur la désignation des membres de la CENI.

Un dialogue électoral constructif (DEC) avant 2023

Pour ce qui est de l’absence du consensus et de confiance vis-à-vis du processus électoral, FSP – Parti politique comptent mener des actions de plaidoyer et de lobbying auprès de l’Organe de gestion des élections (CENI) et des parties prenantes en vue de “rechercher le consensus et rétablir la confiance”, a déclaré Omombo. C’est sur ce préalable qu’a martelé le leader des FPS – Parti politique. “Nous suggérons humblement au président de la République, symbole de l’unité nationale, d’user de ses prérogatives constitutionnelles pour convoquer un cadre d’échange sur le processus électoral que nous avons dénommé Dialogue électoral constructif, « DEC »”, a proposé John Omombo Tshumba. Le dialogue est conçu comme une médication nécessaire, appropriée et urgente “pour tenter de placer le processus électoral sur la voie qui lui éviterait de péricliter dans l’anomalie et l’apathie”, a-t-il indiqué. Ce serait, dit-il, “le passage idéal pour réunir les conditions nécessaires, préalables à l’organisation des élections dans le délai constitutionnel, loin des contestations majeures_ “.
Pour lui, l’organisation des élections dans le strict respect du délai constitutionnel constitue “un impératif catégorique et non conditionnel”.

Animateurs et lois sur la CENI contestés

L’absence remarquable de plusieurs acteurs clés du processus au premier Cadre de concertation initié par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) avec les partis politiques a été un flop pour le processus électoral. Boudée par la plupart des leaders politiques congolais, cette réunion n’a pas du tout convaincu, estime le leader des Forces sociales progressistes (FSP-Parti politique). “C’est l’illustration parfaite de ce manque cruel de consensus et de confiance“, ajoute John Omombo. Des évidences incontestables qui poussent le FSP – Parti politique à remobiliser les élites congolaises, l’institution de gestion des élections et tous les partis politiques autour des priorités de consensus sur la feuille de route des élections en République démocratique du Congo. Voilà pourquoi le 16 juillet 2022, Omombo a adressé une correspondance au président de la CENI reprenant “des griefs substantiels qui fâchent la Constitution et la Loi électorale”. Le leader des FSP-Parti politique a, pour ce faire, salué l’attention réservée à son initiative par d’autres leaders politiques de taille. “Nous voulons, à cette occasion, remercier les leaders politiques qui nous ont emboités les pas à travers leurs déclarations respectives”, s’est flatté John Omombo Tshumba.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle faire parmi les fléaux qui gangrènent la République démocratique du Congo depuis des années. Plusieurs provinces touchées par les conflits armés et intercommunautaires sont les plus frappées. Voilà pourquoi, le Réseau de l’alliance parlementaire pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en République démocratique du Congo (RAPSAN/RDC) a résolu d’impliquer les députés nationaux et les sénateurs dans ce combat contre la faim.


GUERRE

Après cinq jours de trêve, des combats à l’arme lourde ont repris jeudi dans l’est de la République démocratique du Congo entre le M23 et l’armée congolaise, qui a accusé ces rebelles d’avoir massacré mardi au moins 50 civils.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.