Le Direct
Radio

À l’ONU, Washington presse Kigali de retirer ses troupes de la RDC

Le soutien de Kigali aux rebelles du M23, responsable de violences atroces à l’encontre des civils congolais ainsi que d’attaques contre la Monusco, suscite l’ire de Washington. “Le Rwanda doit changer son comportement sinon, l’ONU devrait réévaluer la crédibilité du Rwanda en tant que participant constructif aux opérations de maintien de la paix”, a déclaré mercredi 27 mars l’ambassadeur américain, Robert Woo au Conseil de sécurité des Nations unies.

Par Patrick Mputu

Paul Kagame, président du Rwanda. @Photo Droits tiers.

publié le 29 mars 2024 à 05:14:00

Dans un climat tendu marqué par des incursions dans l’est de la RDC, le diplomate américain a rappelé que son pays a condamné publiquement le Rwanda à plusieurs reprises. “La communauté internationale ne peut rester silencieuse face aux actions d’un acteur qui contribue aux opérations de maintien de la paix. Il faut travailler avec le gouvernement rwandais au plus haut niveau pour souligner l’importance de la sécurité des casques bleus”, a-t-il insisté.

Toutefois, la responsabilité ne repose pas uniquement sur le Rwanda. La RDC est également interpellée pour son soutien présumé à certains groupes armés. “La RDC doit également cesser de soutenir certains groupes armés comme Wazalendo. Des groupes qui ont ciblé la Monusco, c’est inacceptable. Les pays fournisseurs de contingents ne doivent pas craindre des attaques de la part du propre pays hôte qui est responsable de garantir la sécurité et la sûreté des casques bleus”, a rappelé Mr Woo.

Face à cette escalade de tensions, les appels à l’action se multiplient. Les États-Unis ont exprimé leur plein soutien aux efforts déployés par les acteurs régionaux pour relancer les processus de Luanda et Nairobi. L’administration Biden considère les deux feuilles de route comme les voies les plus viables pour résoudre les conflits séculaires qui déchirent la région des Grands lacs. “Nous reconnaissons que les FDLR constituent une menace pour le Congo-Kinshasa et le Rwanda. C’est une menace que nous devons combattre. Par ailleurs, toute violation de l’embargo sur les armes de l’ONU doit être prise très au sérieux. Le comité de sanction sur la RDC doit intervenir, il n’y a pas de solution militaire à la crise dans l’est de la RDC”.

D’après Robert Woo, la mission onusienne en RDC fait de son mieux pour lutter contre la recrudescence de la violence dans la partie est du pays et met en œuvre son plan de désengagement. “[…]Nous suivons de près le retrait qui s’opère au Sud-Kivu, y compris le transfert de la base de Kamanyola à la Police nationale congolaise (PNC) au mois de février”.

Ainsi, Washington demande aux dirigeants rwandais et congolais de prendre une décision en faveur de la paix dans l’intérêt de la population, de la région et du monde.
Des tractations diplomatiques sous l’égide de l’Angola sont présentement en cours. Seulement, pour le dialogue entre les deux présidents, Kinshasa exige comme condition le retrait des forces rwandaises de son territoire, ainsi que le cantonnement des éléments du M23. Mais le régime Kagame, pourtant à la manœuvre, nie tout en bloc. Le statu quo persiste.

Depuis plus de deux ans, de nombreux rapports des Nations unies certifient que Kigali soutient le M23, un mouvement rebelle qui tire ses origines d’anciennes rébellions à majorité Tutsi. Aujourd’hui, les rebelles occupent une large partie de la province du Nord-Kivu, située à la frontière avec le Rwanda et l’Ouganda.

Entre-temps, la crise humanitaire s’amplifie. Des centaines de milliers de Congolais sont quotidiennement jetés sur les routes. Les organisations humanitaires craignent le pire si les terroristes du M23 n’arrêtent pas leur entreprise macabre.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Grâce au protocole d’accord signé entre l’Agence pour le développement et la promotion du projet grand Inga (ADPI-RDC) et la société natural oilfield service limited (NOFLS), il sera construit, dans les mois à venir, un barrage d’une capacité minimale de 7000 MW sur un potentiel de 42000 MW.


Nation

Une fausse alerte a été lancée cette semaine contre Barnabé Muakadi Muamba, le DG de la Direction générale des impôts autour d’un prétendu déguerpissement irrégulier des occupants de l’immeuble Avé Maria situé dans la commune de la Gombe.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,780.00 CDF
1 Euro3,021.86 CDF
1 Yuan384.38 CDF
1 FCFA4,13665 CDF

Appel d'offres

Acquisition de 13 véhicules pour la Coordination de l’UC-PIF et ses Antennes Provinciales


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.