Le Direct
Radio

Nyamilima : Rwandais et Ougandais du M23 se partagent le territoire congolais

Ce sont des troupes ougandaises du M23 qui se sont emparées mercredi de la cité stratégique de Nyamilima donnant vers le poste frontalier d’Ishasha entre la République démocratique du Congo et l’Ouganda. La guerre mondiale du M23 poursuit un objectif connu, occuper le territoire congolais, y exploiter le plus de ressources possibles et y demeurer le plus longtemps.

Par Jeanric Umande

Les terroristes du M23 aile Kampala poursuivent leur entreprise criminelle en narguant la force régionale @ Photo Droits tiers

publié le 5 janvier 2023 à 10:52:20

L’enjeu de la prise de Nyamilima se situe dans la stratégie des agresseurs de se constituer un espace, un “no man’s land” où se perpétuent impunément des crimes économiques et humains en faveur de deux États perturbateurs de la paix dans la région des Grands lacs. Patrick Ricky Paluku, défenseur des droits humains et coordonnateur provincial de l’association culturelle Véranda Mutshanga de Goma confirme l’avancée des terroristes plus à l’intérieur de la République démocratique du Congo. “L’ennemi progresse encore à cause de l’insuffisance de matériels nécessaires sur les lignes des fronts dans le territoire de Rutshuru”, explique-t-il. D’après cet activiste de la société civile, les combats de grande violence ont duré deux jours et fait beaucoup de morts du côté rwandais. Ce mercredi 4 janvier 2023, faute de minutions, les résistants Mai-Mai ont cédé Nyamilima pour éviter le massacre des paisibles citoyens, affirme-t-il. Mardi, l’ennemi était signalé à quelques 3 kilomètres de la localité de Nyamilima.

Craindre des massacres à Nyamilima

Plusieurs sources de la société civile indiquent qu’une forte panique regnerait à Nyamilima, une agglomération suffisamment peuplée. Les habitants qui n’ont pas pu s’enfuir craignent pour leur vie. Étant donné que la côte a longtemps résisté à la prise des terroristes avec le concours des patriotes résistants congolais. “Entre cohabitation avec les terroristes du M23-Rwanda et la protection des civils congolais n’ayant pas fui les combats, les antennes de la Véranda Mutsanga restent aux aguets pour suivre de très près la situation des droits humains dans la région pour se rassurer que la vie humaine y soit protégée”, affirme Patrick Ricky Paluku.

Rwandais sur l’axe Goma et Ougandais sur l’axe Butembo

Le schéma d’occupation de la République démocratique du Congo par la cohorte des agresseurs rwandais et ougandais avec la bénédiction de la force régionale et de la Monusco prévoit que les Rwandais occupent les territoires de Nyiragongo et Masisi tandis que les Ougandais prendront le contrôle de Rutshuru et Lubero. Ce plan diabolique est suffisamment en exécution dans l’ambition d’imposer à Kinshasa une négociation basée sur le partage des ressources naturelles de la République démocratique du Congo. Une vieille recette qui date de l’époque de Mzee Laurent-Désiré Kabila qui s’y opposa très exemplairement. Selon des informations recueillies sur le terrain, des officiers haut gradés rwandais et ougandais se permettent régulièrement de faire des navettes dans la région congolaise de Rutshuru et de Kibumba pour y superviser les opérations militaires et y installer à la fois des officiers de liaison, des scientifiques chargés de la prospection des matières premières.

Nos tags

Visite papale
Enrôlement
Élection
Ceni
GUERRE
Agression
Politique

Au pied du volcan Nyiragongo, à une dizaine de kilomètres de Goma au Nord-Kivu, les travaux d’aménagement du site où devait se tenir la messe papale s’étaient arrêtés depuis fin juin. Du chantier ouvert il y a 7 mois, il ne reste que la charpente de la tribune et quelques traçages de la vaste étendue qui était déjà compartimentée en zones.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.