Le Direct
Radio

Boudés sous Kabila, les billets de 5.000 FC injectés en masse sur le marché par la BCC

Alors que le franc congolais poursuit sa dépréciation face au dollar (1 $ valait 2300 FC), ce jeudi, la Banque centrale du Congo (BCC) a injecté, en masse, sur le marché des billets de 5000 FC .

Par Pold Levi Maweja

Les billets de 5.000 FC qui inondent le marché @Photo Droits tiers

publié le 12 janvier 2023 à 22:58:35

L’on se rappelle que ces billets se heurtent, depuis 2017, au rejet de l’opinion suite à la crise de vrais-faux billets de banque, du temps du 1er ministre, Samy Badibanga. Toutefois, la BCC s’emploie subtilement à mettre en circulation, une petite quantité des billets de 5000 FC qui passent plutôt sans anicroches dans des supermarchés et dans les agences des services d’utilité publique comme la SNEL et la REGIDESO. Mais jamais la BCC n’avait inondé autant le marché des billets de 5.000 FC. Si ce n’est pas une planche à billets, en tout cas, ça l’y ressemble surtout par ses effets : les prix des biens de grande consommation sont repartis au galop, et les billets verts se font de plus en plus rares. La BCC s’emploie, fort probable, au rachat des dollars auprès des cambistes, peu importe le prix.

Le gouvernement, à travers le ministère des Finances, a d’ailleurs amendé le point 5 de l’article15 de l’Ordonnance-loi n° 10/001 du 20 août 2010 portant institution de la taxe sur la valeur ajoutée. Il exempte désormais de TVA “l’importation des billets de banque, des intrants, des équipements servant à la fabrication des signes monétaires et leurs pièces de rechange” au profit exclusivement de l’Institut d’émission. L’importation des devises étrangères par les banques commerciales dans les conditions définies par la Banque centrale du Congo est aussi exonérée de TVA.

Il y a peu, la Gouv de la BCC, Mme Kabedi Malangu, soutenait que la Banque centrale tenait à utiliser “de manière optimale et sans restriction, tous les instruments de sa politique pour réguler efficacement la liquidité et veiller au strict respect de la programmation monétaire”. Mais de l’avis des analystes, la Gouv’ de la BCC, Mme Malangu Kabedi, a hérité d’une administration engluée dans des malversations diverses emberlificotées dans des ramifications politiques. Où sont donc passés les nouveaux billets de banque à forte valeur faciale (5.000, 10.000 et 20.000 FC) dont l’annonce avait été faite, tambour battant, par l’ancien gouverneur Deogratias Mutombo ? Selon lui, de nouvelles machines de production de nouveaux billets ont été achetées pour remplacer les anciennes dont certaines sont en service depuis plus de 40 ans à l’Hôtel des monnaies.

Voilà qui devrait permettre que toute la production de la monnaie se fasse à la machine. Le travail de finition des billets de banque s’est longtemps effectué manuellement, renseigne-t-on à la BCC. La Banque centrale a également décidé de procéder au broyage des billets de banque retirés de la circulation au lieu de les incinérer. Ce qui est loin d’être le cas. La BCC imprime entre 350 et 360 millions des billets de banque l’an, selon Deogratias Mutombo. Au temps fort de la crise de vrais faux billets de 5.000, 10.000 et 20.000 FC, entre 2017 et 2018, dans l’ambiance des préparatifs des élections présidentielle et législatives, le stock de la fausse monnaie représentait, selon des monétaristes anciens de la BCC, autour de 20% de la masse monétaire en circulation alors que la Banque centrale soutenait plutôt, entre 1.2 et 2% seulement. “Nous avons eu à arrêter une personne à l’extérieur [de la banque] et une personne à la banque. Des interrogatoires se poursuivent sur ces personnes. Nous avons même des informations que les faux-monnayeurs opéreraient même à partir de certains pays. Nous avons estimé utile de travailler en synergie avec Interpol. Des contacts ont déjà été pris”, avait déclaré, fin mars 2017, Deogratias Mutombo à la presse.

Depuis, plus rien, les identités des présumés fossoyeurs de la monnaie n’ont jamais été dévoilées, alors qu’il était établi que l’injection de faux vrais billets sur le marché, a été actionnée depuis l’institut d’émission. Bonne nouvelle pour la BCC, plus personne ne s’inquiète de vrais faux billets de 5.000 FC. Selon les propres statistiques de la BCC, plus de 4 mille milliards de FC, soit l’équivalent de 2.000.000.000 de dollars, circulent hors circuit bancaire et échappent à tout contrôle.

Nos tags

Visite papale
Enrôlement
Élection
Ceni
GUERRE
Agression
Politique

Le Programme de l’ONU pour le développement (PNUD) reste aux côtés de la RDC pour l’aider à mettre fin à la corruption sous toutes ses formes.


Économie

Le ministre congolais de l’Industrie, Julien Paluku a réaffirmé mardi que son pays demeure la meilleure destination au monde pour l’industrie des batteries grâce à ses minerais stratégiques. Julien Paluku s’est ainsi exprimé à Cap Town, en Afrique du Sud, lors d’un entretien avec José Fernandez, secrétaire d’État américain à la Croissance économique, à l’énergie et à l’environnement ainsi que la partie zambienne, en marge du forum économique INDABA.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.