Le Direct
Radio

Fayulu dans la rue dimanche pour dire “Non” la balkanisation

Poignant et intraitable sur la souveraineté de la République démocratique du Congo, l’opposant Martin Fayulu Madidi appelle les Congolais de l’intérieur du pays et ceux de la diaspora à s’aligner dans la défense du territoire national gravement menacé de balkanisation par les Etats de la Communauté de l’Afrique de l’Est.

Par Jeanric Umande

Martin Fayulu, leader de l’EciDé vent débout contre la balkanisation @Photo Droits tiers

publié le 2 décembre 2022 à 06:54:00

Dans un message à la nation mardi 29 novembre, le leader de Lamuka a revêtu sa casquette de commandant du peuple pour faire entendre raison à Paul Kagame et à ses soutiens. Soldat du peuple, Martin Fayulu Madidi appelle toutes ses troupes en position de défendre le pays. La guerre prend des tournures d’une vaste connivence internationale sans pareil. Le pays est en danger, vitupère-t-il. “Vous êtes témoin de l’histoire tragique telle qu’elle se déroule sous vos yeux. Monsieur Kagame s’emploie, par tous les moyens, à concrétiser son ambition de balkaniser notre pays”, amorce sa communication.

En effet, pour Fayulu, le communiqué signé lors du mini-sommet de Luanda et les propos tenus le lundi 28 novembre à Nairobi par le président burundais constituent des preuves de la capitulation de la RDC. “Les engagements pris à Luanda permettent aux Rwandais du M23 d’une part, de se replier sur nos villages situés au pied du mont Sabinyo, dans le parc national des Virunga, et d’autre part aux troupes de l’Ouganda, du Rwanda, du Burundi et du Kenya de s’installer définitivement dans les zones jadis occupées par le M23, sous le label des Forces de la Communauté d’Afrique de l’Est”, constate-t-il. Et d’en déduire que “cela veut tout simplement dire que nous allons désormais perdre notre souveraineté sur l’ensemble du territoire de Rutshuru, sur une partie de Nyiragongo et sur une partie de Masisi”, prévient le leader de l’Écidé. Inacceptable!, souligne-t-il.

Le complot contre la RDC a des longues racines

Le président de l’Écidé et coordonnateur de Lamuka évalue lucidement les derniers actes de la communauté internationale pour s’ébahir de l’attitude ambivalente et subtilement équivoque des partenaires multilatéraux de la République démocratique du Congo. En marge de la dernière assemblée générale des Nations unies par exemple, le secrétaire général de cette organisation avait soutenu que “le M23 possédait des armements plus perfectionnés que ceux de la Monusco et que ces équipements militaires venaient de quelque part et non de la forêt”, note Fayulu.

L’opposant en tire une observation selon laquelle l’ONU protège le Rwanda et son président Paul Kagame. “Nous avons bien compris qu’il ne voulait pas nommer le Rwanda. Entre-temps, le dernier rapport des experts des Nations unies, qui a clairement désigné le Rwanda comme agresseur, n’est toujours pas soumis à l’examen du Conseil de sécurité”, se surprend-t-il. Pourtant, l’agression de la RDC par le Rwanda et l’Ouganda est un problème sérieux que les Nations unies, l’Union africaine et tous les partenaires de la RDC, épris de paix et de justice devaient traiter avec diligence pour “arrêter les velléités hégémoniques de Monsieur Kagame et mettre fin aux souffrances énormes qu’endurent les populations congolaises affectées directement par cette guerre injuste”, fait valoir Martin Fayulu Madidi.

Votre conscience et votre humanité doivent se sentir interpellées

Martin Fayulu reste convaincu que cette guerre a des solides tentacules. Et qu’il convient d’ouvrir l’oeil et le bon pour mettre un frein à la catastrophe. Fayulu tourne son regard une fois de plus vers la communauté internationale, celle-là même qui est accusée de porter la cause imaginaire de Paul Kagame. “Je demande spécialement aux pays membres du Conseil de sécurité des Nations unies de se rappeler de plus de 10 millions des morts congolais depuis 1993, de 6 millions des déplacés internes, de 27 millions des Congolais qui ont besoin d’une assistance humanitaire et de 5 millions d’enfants de moins de cinq ans qui souffrent de la malnutrition”, formule-t-il. Fayulu croit encore à une certaine bonne foi de la communauté internationale, sinon des grandes puissances occidentales. “Votre conscience et votre humanité doivent se sentir interpellées”, a-t-il alerté.

Le temps de l’auto-prise en charge patriotique a sonné

Le commandant du peuple vient de sonner l’alerte générale. Toutes les troupes politiques, militaires, sociales, culturelles, diplomatiques et de la diaspora congolaise de tous les continents doivent se lever et affronter l’ennemi. “Nous avons le devoir, conformément à l’article 63 de notre Constitution, de défendre l’intégrité territoriale de notre pays et donc de refuser qu’une portion de notre territoire national soit sous contrôle des forces étrangères de la Communauté d’Afrique de l’Est”, a avisé Martin Fayulu Madidi. Pour le leader de Lamuka, aucun centimètre carré de notre territoire ne peut échapper à notre contrôle et notre sécurité ne peut être sous-traitée à quelques milliers des militaires kényans, burundais et ougandais en coopération avec les renseignements militaires rwandais. “Nous devons refuser cette énième humiliation. Le temps de l’auto-prise en charge patriotique est donc arrivé”, a-t-il lancé.

Fayulu décrète des manifestations monstres partout au monde

Les Congolais du monde entier sont appelés à se mobiliser, à manifester et à se prononcer clairement contre l’agression rwandaise et contre la balkanisation de la République démocratique du Congo. Le message de Fayulu tient à armer moralement et politiquement toutes les sensibilités sociopolitiques et professionnelles du pays, chacun dans sa sphère de compétence, de métier et d’action. “Appropriez-vous ce combat de libération de notre pays. Organisez des manifestations publiques et saisissez les institutions des pays où vous vivez, notamment les pays de l’Union européenne, la Grande-Bretagne, l’Australie, les USA et le Canada pour protester vigoureusement contre l’agression de la RDC par le Rwanda et contre le projet de balkanisation de notre pays”, a ameuté le candidat à l’élection présidentielle de 2023. Fayulu cible aussi les artistes et musiciens de la diaspora. “Faites connaître au monde entier la souffrance que vos frères, sœurs et parents vivant au pays endurent”, a-t-il indiqué.

Dénoncer l’agression par tous les moyens

S’adressant aux jeunes Congolais disséminés dans les 26 provinces du pays, Martin Fayulu les a appelé à dénoncer l’agression de notre pays par le Rwanda au travers des manifestations grandioses sur l’ensemble du territoire national et “exiger le départ des éléments du M23 et des troupes de la Communauté d’Afrique de l’Est de notre pays”. Dans cet élan, demande-t-il à toutes et à tous, de “répondre massivement à l’appel de l’Eglise catholique de marcher, dans tous les diocèses de la République, ce dimanche 4 décembre 2022 contre la balkanisation de notre pays”. Un appel qui vient éveiller les consciences des Congolais, quelques soient leurs convictions religieuses. “Soyez nombreux à cette marche pour montrer à l’ennemi que nous sommes unis et que le Congo restera un et indivisible : CONGO EKOLO MOKO”, a lancé Martin Fayulu Madidi.

DIEU en appui, Fayulu invite les Congolais à marcher ce dimanche

Avec un clin d’œil aux Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), le numéro un de l’Écidé félicite l’armée nationale et l’exhorte à davantage de combativité. “A vous, combattants de nos forces armées, je vous exhorte à défendre avec patriotisme et bravoure l’intégrité de notre pays. Soyez rassurés que toute la nation est derrière vous”, a-t-il rappelé. Après la prière et la marche du 4 décembre, Fayulu demande à tous les Congolais où qu’ils se trouveront le mardi 20 décembre à midi (12 heures) de s’agenouiller pour prier pendant 5 minutes afin d’implorer le Très Haut de donner la force à nos vaillants soldats de vaincre l’ennemi. “Nous devons puiser, au plus profond de nous-mêmes, la sève de la dignité et la force nécessaires pour vaincre l’ennemi. Nous devons prouver, par notre détermination, que nous sommes un peuple capable de mener ce combat existentiel pour chasser les forces d’occupation, qui se cachent sous le label du M23, et qui exploitent illicitement nos ressources”, a-t-il martelé.

Le candidat président de la République soutient fermement que “quand un peuple est uni autour d’un idéal et se lève vaillamment pour défendre une cause, personne, personne, mais alors personne ne peut le vaincre”. C’est le défi de notre génération et nous avons le devoir sacré de le relever, en remportant la victoire sur nos agresseurs, a-t-il conclu.

Nos tags

Visite papale
Enrôlement
Élection
Ceni
GUERRE
Agression
Politique

L’ingénieur André Kopita dénonce la spoliation d’environ 50 de 300 hectares de la concession du jardin botanique et zoologique de Gbadolité, au Nord-Ubangi.


Visite papale

Réconforté et affermi par le message de paix du Pape François, Martin Fayulu décide d’accorder finalement le pardon à ceux qui ont volé, selon lui, la victoire du peuple en 2018.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.