Le Direct
Radio

Uhuru Kenyatta aux Congolais : “les armes n’amènent pas le développement”

“Les armes ne font pas seulement des victimes mais elles peuvent jamais vous amener le développement et la richesse”, a sensibilisé le facilitateur désigné de l’EAC pour les pourparlers de paix entre Kinshasa et groupes armés de l’Est, lors d’une interview accordée dimanche à la Radio Okapi, une radio parrainée par l’ONU.

Par Patrick Mputu

Uhuru Kenyatta, ancien président du Kenya et facilitateur désigné de l’EAC dans le processus de paix entre la RDC et les groupes armés de l’Est dont le M23 @Photo Droits tiers

publié le 14 novembre 2022 à 11:04:19

Quelques temps après son arrivée à Kinshasa, Uhuru Kenyatta avait échangé tour à tour avec le président Tshisekedi et la cheffe de la Monusco, Bintou Keita sur les pistes de solution à envisager pour ramener la paix rapidement dans l’Est de la RDC.

Cependant, l’ancien président kényan a appelé les combattants des groupes armés à déposer les armes car, dit-il, les Congolais sont tués innocemment. Il affirme qu’on leur impose la guerre. “[…]Nous sommes là pour échanger avec le gouvernement et avec les Congolais pour voir comment nous pouvons ramener la paix dans le pays et amener la solidarité entre les différentes communautés et ethnies”, a-t-il indiqué.

De manière sincère, l’émissaire de l’EAC estime que les Congolais doivent plus que jamais développer le patriotisme, vivre et travailler ensemble. “Mes frères et sœurs Congolais, je voudrais vous dire ceci : il y a ceux qui viennent d’ailleurs pour vous diviser. Mais, ils ne vous divisent pas parce qu’ils vous aiment. Ils vous divisent pour leurs intérêts qu’ils cherchent dans votre pays. C’est la responsabilité de tout Congolais”, a-t-il professé.

Kenyatta s’active pour harmoniser les positions de Kinshasa avant le troisième round des pourparlers de paix dit de Nairobi renvoyé au 21 novembre alors qu’il était initialement prévu le 16 novembre 2022.

Hormis le facilitateur de l’EAC, deux autres chefs d’État étaient dans la capitale congolaise le week-end dernier. Il s’agit de l’Angolais João Lourenço (médiateur désigné de la SADC et de l’ONU) et Umaro Sissoko de la Guinée Bissau.

L’objectif reste le même. Trouver la solution pour venir à bout de l’insécurité créée par des groupes qui écument la partie Est de la RDC dont les terroristes du M23 et les ADF.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle faire parmi les fléaux qui gangrènent la République démocratique du Congo depuis des années. Plusieurs provinces touchées par les conflits armés et intercommunautaires sont les plus frappées. Voilà pourquoi, le Réseau de l’alliance parlementaire pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en République démocratique du Congo (RAPSAN/RDC) a résolu d’impliquer les députés nationaux et les sénateurs dans ce combat contre la faim.


GUERRE

Après cinq jours de trêve, des combats à l’arme lourde ont repris jeudi dans l’est de la République démocratique du Congo entre le M23 et l’armée congolaise, qui a accusé ces rebelles d’avoir massacré mardi au moins 50 civils.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.