Le Direct
Radio

RDC : les parties prenantes informées de l’évolution du ProACT

Les membres de l’équipe de gestion du projet d’appui au renforcement des systèmes d’information sur la sécurité alimentaire et la nutrition en République démocratique du Congo (ProACT) se sont réunis vendredi 30 septembre 2022, à Kinshasa, dans un atelier d’évaluation.

Par Alexis Emba

Le coordonnateur du proACT, Christophe Houssou Ector présente l’agenda de l’atelier d’évaluation organisé vendredi à Kinshasa @Photo Ouragan.cd

publié le 2 octobre 2022 à 14:47:15

Selon le coordonnateur du ProACT, Christophe Houssou Ector, les parties prenantes ont été informées de l’état d’avancement du projet, de voir ce qu a été fait et définir des actions à mener d’ici la fin de l’année mais aussi pour les trois prochaines années. Les participants ont suivi les différentes présentations liées notamment au projet proprement dit et à l’état des lieux de sa mise en oeuvre.

En effet, des actions planifiées
pour les trois prochaines années ont été définies. Il s’agit entre autres de la cartographie des structures de collecte des données ; de l’évaluation des besoins en renforcement des capacités du personnel ; de la formation aux méthodes de collecte et d’analyse des données ainsi que de l’élaboration d’une stratégie conjointe de collecte des données.

Le coordonnateur du ProACT a, par ailleurs, fait savoir que l’objectif de ce projet est de permettre au gouvernement congolais, aux partenaires de la sécurité alimentaire et de la nutrition d’avoir accès aux informations régulières et fiables sur la sécurité alimentaire et la nutrition en vue de les pousser à prendre une décision éclairée en matière de politique et des programmes.

Le projet est piloté par un consortium des agences du système des Nations unies à savoir FAO-PAM-UNICEF, en collaboration avec les ministères de l’Agriculture, de Pêche et élevage, Environnement, Santé, Plan, Développement rural et certaines structures, à l’instar de l’Institut national des statistiques (INS), de la Cellule d’analyse des indicateurs de développement (CAID).

Chaque organisation internationale a un domaine d’intervention dans le cadre de ce projet. Ainsi, la FAO intervient dans le cadre du renforcement des capacités techniques des institutions compétentes en matière de systèmes d’information et d’analyse sur la sécurité alimentaire et la nutrition tandis que la collecte, l’analyse et la diffusion d’informations sur la sécurité alimentaire, la nutrition et l’alerte précoce par le biais de systèmes d’informations intégrés (WFP/UNICEF). Une génération des produits d’analyse et d’alerte précoce de la sécurité alimentaire et de nutrition. Question d’éclairer la programmation HDP fondée sur des preuves par FAO/UNICEF et enfin le développement de connaissances accrues grâce aux études thermiques et à la recherche appliquée des causes sous-jacentes de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle chronique par WFP.

Ce projet est financé à hauteur de 2.500.000 euros répartis comme suit : FAO (1millions d’euros) ; PAM (1millions d’euros) et UNICEF ( 500 mille euros). La mise en œuvre de ce projet est de 36 mois, soit 2022-2024. Neuf provinces ont été retenues à savoir : Kinshasa, Kasaï central, Kasaï oriental, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Ituri, Nord-Ubangi, Sud-Ubangi et Tanganyika.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.