Le Direct
Radio

Nord-Kivu : 11 organisations exigent la libération de Mme Fatuma Aone

Onze réseaux et organisations de défense et protection des droits de l’homme exigent la libération sans condition de Mme Fatima Aone Mayani, détenue depuis le mois d’août à la prison centrale de Goma-Munzenze.

Par Alexis Emba

Mme Fatuma Aone Mayani membre du BEDEWA et porte parole du clan bawana au pres de la societe alphamines bisie mining, détenu à la prison central de Goma @Photo Droits tiers

publié le 28 octobre 2022 à 13:52:17

Dans une lettre adressée aux autorités du pays dont une copie est parvenue vendredi 28 octobre 2022, à Ouragan.cd, les signataires demandent en toute urgence au gouvernement, de veiller à la protection et la sécurité des defenseuses et défenseurs de droits humains qui subissent des menaces de toute part, plus particulièrement Mme Fatuma Aone dont sa vie est danger pour son engagement aux côtés de communautés impactées par l’exploitation minière de la société minière Alpha Bisie ; – Aux magistrats et juges impliqués dans ce dossier de ne pas céder à toute forme de trafic d’influence ou de corruption afin que les droits des communautés soient respectés conformément aux prescrits du code et règlement miniers de 2018 ; de traduire la vision du chef de l’État en acte, en faisant jouir au peuple congolais ses richesses minières.

Les réseaux et organisations rappellent que la société Alpha Bisie Mining (ABM Sa) pratique l’exploitation minière industrielle de l’étain sur le site de Bisie dans le territoire de Walikale depuis 2015. Selon des sources locales, la compagnie a découvert un nouveau gisement minier aurifère dans les environs et voudrait étendre ses activités au-delà des limites de son périmètre d’exploitation. Malheureusement, Mme Fatima, dans le cadre de la défense des intérêts de la communauté locale affectée par le nouveau projet minier aurifère de cette société, a été arrêtée à Walikale en août 2022, puis acheminée à la prison centrale de Goma-Munzenze. Un procès a été ouvert devant le tribunal militaire de garnison de Goma. L’objectif consiste à la faire condamner mais aussi à l’exclure du processus d’élaboration du cahier des charges et de la signature du protocole d’accord.

Les réseaux et organisations signataires de ce document sont entre autres SUWE; Agir ensemble; SOS- information, juridique multisectorielle (SOS-IJM) ; FDAPID; VSV; Wivine, Reprodev, PPI, Bedewa, Haki Zangu (HK).

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle faire parmi les fléaux qui gangrènent la République démocratique du Congo depuis des années. Plusieurs provinces touchées par les conflits armés et intercommunautaires sont les plus frappées. Voilà pourquoi, le Réseau de l’alliance parlementaire pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en République démocratique du Congo (RAPSAN/RDC) a résolu d’impliquer les députés nationaux et les sénateurs dans ce combat contre la faim.


GUERRE

Après cinq jours de trêve, des combats à l’arme lourde ont repris jeudi dans l’est de la République démocratique du Congo entre le M23 et l’armée congolaise, qui a accusé ces rebelles d’avoir massacré mardi au moins 50 civils.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.