Le Direct
Radio

Nicolas Kazadi : “le partenariat avec Primera Gold est la seule façon de stopper la mafia et l’or du sang”

Après la clameur publique sur le dossier Primera Gold, le ministre des Finances a pris la parole. Interrogé par Christian Lusakweno de Top Congo, l’argentier national a assuré que “le partenariat avec la société émiratie est la meilleure voie pour stopper la mafia qui s’est installée dans le secteur depuis des années”. A ses yeux, c’est le seul moyen de stopper la folie meurtrière de ceux qui utilisent l’or et le coltan du sang pour insécuriser la partie Est du pays.

Par Ouragan

Nicolas Kazadi, le ministre congolais des Finances. @Photo Droits tiers.

publié le 28 août 2023 à 06:30:00

Monsieur le ministre des Finances, est-ce que vous confirmez l’information selon laquelle le gouvernement congolais a accordé à Primera Gold l’exclusivité dans l’exploitation de l’or en RDC ?

Nicolas Kazadi : D’abord, c’est tout à fait faux de parler d’exclusivité. Primera Gold est une initiative prise par le gouvernement de la République en réponse à la situation de conflit dans l’est. Vous savez que le trafic des minerais, (principalement l’or, le coltan) est l’un des carburants qui entretient le conflit dans l’est et il fallait couper l’herbe sous le pied du Rwanda qui se sert de cette exploitation illégale pour entretenir le conflit sur notre sol. Et donc, on a commencé avec Primera Gold, en créant une joint venture entre la RDC et Primera. Et 20 mille dollars dont on parle, c’est totalement ridicule comme commentaire parce que 20 mille dollars correspondent au minimum requis pour créer une S.A. Et donc, au moment où on crée la S.A, on le fait avec le minimum requis, le temps de finir les négociations et de voir comment on établit au final, le partenariat et les apports. Mais pour dire que c’est ridicule de mentionner ces 20 mille dollars, il faut qu’on se pose la question. Depuis le 1er janvier jusqu’au aujourd’hui, nous avons exporté trois tonnes d’or alors que toute l’année précédente, on a exporté 26 kilos d’or. Ces trois (3) tonnes d’or valent un milliard huit cent millions de dollars, donc parler de 20 mille dollars, c’est ridicule, c’est totalement ridicule.

Ce contrat respecte-t-il le code minier ? Toutes les dispositions ont-elles été prises, notamment facilité, exonération ?

Ici, il s’agit de production artisanale et non pas d’exploitation industrielle. Et il faut préciser que notre pays a trop longtemps souffert des conditions fiscales désavantageuses entretenues par une mafia pour que cela soit plus avantageux aux producteurs artisanaux de vendre dans des pays voisins (Rwanda et Ouganda en particulier) plutôt que de vendre dans le comptoir congolais. Il fallait casser ce désavantage fiscal, c’est ce que nous avons fait, souvenez-vous que je l’ai déjà dit devant les médias en 2022 lorsqu’on préparait le budget 2023, j’avais obtenu des députés notamment de l’ECOFIN, qu’on baisse la fiscalité de l’exploitation artisanale justement pour ne plus inciter les gens à aller vendre frauduleusement au Rwanda. Cela a été obtenu, ça été inscrit dans le projet du budget. A la fin, le document final qui est sorti est revenu sur les anciens taux, donc en maintenant le statu quo. On peut se poser la question : pourquoi cela n’a pas été respecté ? Dans l’intérêt de qui ? C’est ce que nous avons rattrapé en créant Primera Gold et nous avons donné des allègements qui s’imposaient pour atteindre les résultats qu’on vient d’atteindre. Voilà tout.

Tout autre intervenant minier, dans le même contexte, j’entends l’exploitation artisanale, pourra obtenir les mêmes conditions ?

Oui, si nous sommes convaincus que ces intervenants miniers s’inscrivent dans la politique du chef de l’État de transparence et de traçabilité du secteur de minerais artisanaux. C’est de cela qu’il s’agit et rien d’autre, et d’ailleurs pour vous montrer ce que nous donnons en avantages fiscaux, nous le récupérons nous, État congolais parce que nous sommes propriétaires à 45% de cette exploitation artisanale alors que nous n’avons pas mis un rond. Et ces 45% veulent dire que les bénéfices générés par les tonnes que désormais nous exportons, nous en tirons 45%. Voilà.

Certains pourraient aussi se poser la question sur ces 3 mille tonnes, est-ce que le gouvernement congolais n’aurait pas pu via des intervenants congolais ou lui-même comme c’était le cas jadis avec la Gécamines, assurer seule cette exploitation. Est-ce qu’il manque les capitaux en RDC pour faire ce que Primera Gold fait aujourd’hui ?

Oui, il ne nous manquait pas que les capacités seulement financières, mais également techniques pour le faire en tant qu’État congolais de manière efficace. Voilà pourquoi nous avons décidé d’aller avec un partenaire de taille, parce que Primera vient des Émirats arabes unis et si vous ne savez pas, les Emirats arabes unis, c’est la principale destination de l’or artisanal produit en Afrique, au Congo et ailleurs. Et d’ailleurs, les Émirats arabes unis souffraient eux aussi des attaques notamment des Nations unies sur le fait que la chaîne d’approvisionnement n’était pas transparente, et ils se sont rapprochés de nous pour qu’ensemble, on lutte contre cet or du sang, ce coltan du sang. Et donc, aujourd’hui voir des enfants du pays critiquer une œuvre aussi louable et aussi salvatrice, j’en tombe de haut, je trouve que c’est tout simplement inexplicable parce que se jouer le jeu du Rwanda, c’est jouer le jeu de cette mafia qui nous a pris en tenaille pendant 30 ans. C’est ça la réalité.

A combien peut-on évaluer l’apport, là on parle des finances, Primera dans cet investissement en RDC ?

Primera a la capacité d’apporter des financements pour acheter cet or, et en plus de cela, dans le plan stratégique que nous avons pour l’or et le coltan, la prochaine étape, c’est la fonderie. Et sur le coltan les 3T, nous allons transformer localement, nous allons avoir la plus grande fonderie de coltan d’Afrique, nous allons exploiter ces 3T au Congo. Et donc, c’est la meilleure façon de battre le Rwanda qui aujourd’hui le fait avec notre coltan. Je ne sais pas ce qu’il faut dire aux Congolais pour comprendre. S’ils préfèrent qu’on laisse le Rwanda faire ce qu’il fait et entretenir la guerre pour maintenir ce statu quo et bien en ce moment là, ça veut dire qu’on a démissionné. Mais nous, gouvernement responsable, nous avons pris la meilleure décision qu’il soit, je vous le dis. Moi ministre des Finances, qui ai piloté ce processus, ces négociations, je le dis, s’il faut le refaire mille fois, je le ferai parce que c’est uniquement et exclusivement dans l’intérêt supérieur et stratégique du pays. Et c’est tout à fait, ce qu’il fallait comme réponse pour casser les multiples mafias qui ont pris le pays en otage pendant 30 ans.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

L’Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (OLPA), a condamné avec véhémence les actes d’intimidation contre une responsable d’un média basé à Goma, capitale du Nord-Kivu, de la part des individus arborant la tenue de la Direction générale des migrations (DGM).


Économie

La Cellule nationale des renseignements financiers (Cenaref) a sensibilisé les magistrats civils et militaires ainsi que les avocats dans la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,805.00 CDF
1 Euro3,005.84 CDF
1 Yuan386.34 CDF
1 FCFA 4,63 64437 CDF

Appel d'offres

Consultant (firme) pour l’élaboration de l’EIES relative aux travaux prioritaires d’amélioration du système d’alimentation en eau potable de la ville de Kananga


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.