Politique

RDC : Fatshi seul pour tout régler

Le président Félix Tshisekedi joue à la fois son succès et ses risques.

Par Landry Amisi

RDC : Fatshi seul pour tout régler

Succès, si sa gestion des deux derniers sommets de haut niveau tenus à Kinshasa sont diplomatiquement bien encadrés. Risques, si les dossiers internes l’éclaboussaient. L’arrivée de Paul Kagame à Kinshasa n’est jamais passé inaperçu. Ses faits et gestes sont strictement scrutés et même l’ordre protocolaire de la présidence essuie une pluie de critiques autour de la marche d’honneur du président Tshisekedi par rapport à son homologue rwandais. Du coup, Kagame est sorti de sa réserve. Réputé plutôt réservé sur le dossier RDC, il a été de tout enthousiasme en désignant son collègue « mon frère, je vous remercie pour l’invitation ». Une phrase de trop pour certains Congolais qui n’admettent pas du tout que le président du Rwanda joue au frère pendant que l’Est de la RDC demeure ensanglanté par des tueries de tous ordres. Les critiques ont fusé. La colère est sur tous les visages, surtout au sein de l’opposition qui ne digère plus ce rapprochement jugé dangereux avec Kigali. Or, justement, parmi les dossiers évoqués et même les accords signés entre les deux pays figure celui relatif à la question foncière. C’est ici qu’est attendu Félix Tshisekedi pour clarifier les termes dudit accord qui laisse déjà penser que le projet de construction des villages modernes made in Rwanda vient d’être officialisé.

Ambongo et Bokundowa ont reçu les dignitaires du régime Tshisekedi pour tenter de faire accepter Kadima
 

Après le tête-à-tête avec Fridolin cardinal Ambongo mardi dernier, la délégation de haut niveau composée des chefs des corps institutionnels de la RDC est allée partager ses soucis avec le représentant légal et président national de l’Eglise du Christ au Congo (ECC). Objectif, fumer le calumet de la paix, passer l’éponge sur le conflit latent qui gisait entre les deux églises et le régime Tshisekedi et surtout, tenter de faire prendre acte de l’investiture des nouveaux membres de la CENI avec Kadima en tête. C’est cette dernière pilule qui reste amère à avaler dans les deux confessions religieuses. D’après des indiscrétions, les chefs des institutions de la République sont disposés à collaborer étroitement avec les deux églises et même à leur offrir des faveurs de partenariat pourvu qu’elles acceptent de tourner la page de la contestation contre Kadima pour aller de l’avant. Seulement, les émissaires du chef de l’Etat ont semblé ignorer que les deux églises ont été littéralement humiliées, diabolisées et accusées à tort par les six autres pour avoir exigé le consensus dans la désignation du président de la CENI. Et que beaucoup d’eau a coulé sous le pont qu’il convient d’envisager des décisions beaucoup plus courageuses pour calmer la tempête. En bons religieux, les deux leaders des confessions religieuses auraient promis de s’atteler à convaincre leurs collègues autour de la question sans aucune garantie d’issue favorable. D’où cette question de l’opinion publique, que cacherait cette obstination du pouvoir à ne concevoir les élections que sous le leadership de Denis Kadima et pas quelqu’un d’autre ? 

Kabila et Katumbi le même jour, dans la même ville

Joseph Kabila a foulé le sol de Lubumbashi dans l’après-midi d’hier jeudi par route tandis que Moise Katumbi est lui aussi rentré à Lubumbashi par voie aérienne le même jour. D’après le journaliste analyste et homme des câbles, Yves Buya, il n’y a aucun hasard d’agenda pour les deux personnalités de regagner le chef-lieu du Haut-Katanga à la même date. D’autres analystes estiment que les deux leaders se sentent de plus en plus rapprochés à la fois par la nature et par les circonstances politiques. Deux Katangais, deux anciens partenaires, tous deux visés par des attaques du régime pour être écarté de la prochaine présidentielle et tous deux presque dans l’opposition active si l’on tient compte de la dernière sortie politique de Katumbi aux Etats-Unis d’Amérique. Bref, tout ou presque les rassemble et les réunit. 
Joseph Kabila sait pertinemment que l’affaire Congo Hold-up est montée pour le couler politiquement. Et Moise Katumbi se souvient encore que la loi Tshiani n’a été placée que dans un petit frigo et que le régime peut y rebondir à toute heure. Or, à l’absence de feu Gabriel Kyungu Wa Kumwanza décédé récemment, Kabila et Katumbi restent les leaders incontestés du grand Katanga. Que fera Fatshi pour contenir la rage de ces deux ténors politiques ? La grande crise pourrait partir de là. 

Kadima et la nouvelle marche de demain 

L’itinéraire de la marche pacifique du 27 novembre vient d’être rendu public. CALCC et MILAPRO n’entendent pas reculer. La démonstration aura bel et bien lieu. Et la pression sur Kadima ne faiblira plus, disent les organisateurs. Le président de la CENI massivement accusé de mépris envers les structures contestataires prend son temps pour sillonner l’Afrique au-lieu d’écouter les revendications du peuple congolais, s’étonne un cadre du FCC qui a requis l’anonymat. La mobilisation est déjà enclenchée et la police risque d’avoir du boulot dans les rues de la capitale. 

uf2 sonas
cnsapp