Le Direct
Radio

Putsch manqué, le “présumé recruteur” britannique nie les faits

Premier accusé interrogé au procès de la “tentative de coup d’Etat” du 19 mai à Kinshasa, Youssouf Ezangi, citoyen britannique d’origine congolaise, présenté comme le “recruteur” des assaillants, a rejeté lundi les accusations portées contre lui.

Youssouf Ezangi, citoyen britannique d’origine congolaise, présenté comme le “recruteur” des assaillants du coup d’État du 19 mai 2024 @Photo Droits tiers.

publié le 2 juillet 2024 à 21:35:12

Âgé de 53 ans, Youssouf Ezangi a déclaré avoir rencontré Christian Malanga, chef présumé du commando, en 2016 à Londres, à l’époque où ce dernier créait une formation politique. Les deux hommes se sont ensuite retrouvés au Swaziland en 2019, puis en Angola, avant de venir en République démocratique du Congo, début 2024, pour créer une association dans le Bandundu (ouest), a-t-il raconté.

Le 19 mai, la RDC a connu ce que l’armée a qualifié de “tentative de coup d’Etat”, lorsque plusieurs dizaines d’hommes avaient attaqué le domicile du ministre sortant de l’Économie Vital Kamerhe, devenu depuis président de l’Assemblée nationale, avant d’investir le Palais de la Nation, bâtiment historique abritant des bureaux du président Félix Tshisekedi.

Plombier de profession, Youssouf Ezangi assure que, ce 19 mai, il a simplement suivi Christian Malanga à la résidence de Vital Kamerhe et au Palais de la Nation, sans connaître exactement le motif de la mission.

Le prévenu a toutefois ajouté que Malanga, tué le jour-même par les services de sécurité, avait ordonné à ses hommes de prendre M. Kamerhe afin que ce dernier soit présent au Palais de la Nation lorsqu’il s’exprimerait.

Ce témoignage, qui n’a pas levé les zones d’ombre dans cette affaire, a été vivement contesté par le ministère public, pour qui Malanga et Ezangi avaient préparé ensemble pendant des semaines un coup pour renverser le pouvoir du président Félix Tshisekedi.

La prochaine audience est prévue le 5 juillet, avec la suite des interrogatoires d’autres prévenus, parmi lesquels figurent trois Américains. Au total 51 accusés, dont quatre femmes, sont poursuivis dans cette affaire et sont tous détenus à la prison militaire de Ndolo à Kinshasa, où leur procès a débuté le 7 juin.

Six étrangers figurent parmi eux – les trois Américains, nés aux États-Unis, M. Ezangi, ainsi qu’un Belge et un Canadien, eux aussi des Congolais naturalisés. Les faits qui leur sont reprochés sont “passibles de la peine de mort”, selon le tribunal militaire.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Contrairement à ce que pensent les Congolais, la République démocratique du Congo n’exporte plus de l’énergie électrique. Par contre, elle importe l’électricité notamment de la Zambie et de la République Centrafricaine pour pallier le déficit de la SNEL.


Économie

Douze contrats de sous-traitance ont été signés entre les entrepreneurs congolais et la société Kamoa-Copper, filiale de la grande firme minière internationale Ivanhoé.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,840.00 CDF
1 Euro3,093.04 CDF
1 Yuan391.39 CDF
1 FCFA 4,70 CDF

Appel d'offres

Liste restreinte : Partenaire facilitateur pour appuyer la Coordination Générale du Projet STAR-Est de la RDC dans la réalisation des activités des THIMO


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.