Le Direct
Radio

Faux Covid, des symptômes des dépenses mafieuses décelés

Tel un ballon d’essai sinon un hameçon, le ministère de la Santé publique teste le niveau d’émotion de l’opinion publique avec des alertes, ces derniers temps, sur un probable retour du coronavirus en RDC. Il ne faut pas être un expert dans le domaine de la santé pour savoir que cette saison sèche est si froide qu’elle charrie des épidémies (toux, fièvre, rhume, etc.,) avec des symptômes assimilables au Covid.

Par Pold Levi Maweja

Un patient reçoit le vaccin anti-covid @Photo Droits tiers.

publié le 5 juillet 2024 à 01:50:00

D’aucuns suggèrent même au président Tshisekedi d’introduire l’heure de saison sèche comme le fit Giscard d’Estaing en 1975 avec l’heure d’été et l’heure d’hiver. Toute l’Europe l’a imité. D’après l’Odeo, le COVID a été l’occasion d’un enrichissement facile! En RDC, la première épidémie de Covid s’est, en effet, avérée une saison de dilapidation des deniers publics à travers un compte spécial dénommé Fonds national de solidarité contre le covid (FNSCC) et le Programme multisectoriel d’urgence d’atténuation des impacts du COVID-19 ( PMUAIC-19). Dans la mouvance de la société civile, l’on recommande à Mme la Première ministre, Judith Suminwa Tuluka, de s’opposer à la réactivation des structures inutiles et budgétivores dont les animateurs devraient, en ce moment, se retrouver à la prison de Makala. L’Odep a mis à nu le détournement d’au moins 240 000 dollars destinés à l’achat des ambulances dans le cadre de la lutte contre le Covid.

Selon l’ordonnance n°20/018 du 6 avril 2020 créant le FNSCC, le Fonds, actuellement éteint, sera réactivé “automatiquement en cas de prolongation de l’état d’urgence sanitaire et à durée équivalente”. Il suffira que le chef de l’État déclare une urgence sanitaire dans tout ou une partie du territoire pour que le controversé Fonds soit derechef opérationnel et que les provinces, les entreprises et établissements publics les mieux lotis soient contraints- et non sur base du volontariat- d’y verser des sommes considérables.

– Éteni Longondo… sur le grill –

Et à l’issue de la durée du Fonds, l’ensemble de son actif net sera transféré à la gestion du gouvernement dans le respect des attributions des ministères et structures en charge de la riposte contre le Covid‐19. Nulle part, l’on ne peut retracer, les dizaines de millions de dollars non utilisés au lendemain de la déclaration par Jean-Jacques Muyembe Tamfum, le coordonnateur du secrétariat technique de l’équipe de riposte contre la Covid-19, de la fin de l’épidémie en RDC, le 13 octobre 2022.

Selon le rapport de Congo Research Group basé à l’université de New York, seuls 6 millions de dollars sur les 363 millions de fonds COVID accordés par le FMI ont pu être retracés. L’opinion se souviendra que le ministre de la Santé, un UDPS venu de la diaspora, Dr Oly Ilunga a été condamné à 5 ans de prison pour détournement de fonds, et que son successeur Éteni Longondo, secoué par l’IGF, a dû restituer 210 000 dollars, a-t-on appris, au Trésor public. Ce qui n’exclut pas des poursuites contre M.Eteni par ce temps où il machine, selon des médias, à déstabiliser le parti présidentiel. Affaire à suivre.

– 85 000$US de loyer, 20 000$US pour les heures supplémentaires –

Le FNSCC était logé au Centre protestant Monseigneur Shaumba. Selon des sources internes, le loyer mensuel est de 5 000 dollars pour l’occupation d’un couloir à un étage du bâtiment. Septante dollars supplémentaires sont payés par jour pour la location d’une salle transformée en entrepôt et qui ne suffit déjà plus à contenir les dons fournis. Ce sont donc plus de 85.000 dollars qui ont été dépensés chaque année uniquement pour payer le loyer.

Un budget de 500 000 dollars avait été soumis au gouvernement pour la rémunération et le fonctionnement du FNSCC de mai à décembre 2020. Mais aucune allocation n’a pas été finalement attribuée, contraignant les animateurs de cette institution à se financer sur les dons remis, en violation de leurs propres statuts. Ces derniers disent avoir été surpris de découvrir que la somme de «10 milliards de francs congolais» (plus de 5 millions de dollars) avait été inscrite dans le collectif budgétaire présenté en octobre 2020 par le gouvernement, sans jamais être perçue par l’institution. Ils affirment avoir demandé l’inscription au budget 2021 de plus de 1,5 million de dollars, soit près de la moitié des dons perçus sur sa première année.

– Des salaires faramineux sans l’aval du chef de l’État –

Finalement, en août 2021, le FNSCC n’avait reçu que 20 000 dollars de frais de fonctionnement depuis le début de l’année, selon l’un de ses animateurs. Cette somme a servi à payer des primes non permanentes (travaux de week-end
et heures supplémentaires).
Le FNSCC était, en effet, doté d’un conseil consultatif de huit membres dont cinq issus des confessions religieuses, deux de la présidence de la République et un du gouvernement. Il y a également un comité de gestion de 12 membres.

Ce dernier inclut un membre du secrétariat technique et un de la Task force présidentielle. En aucun cas, selon ces différents textes, ses membres ne doivent se rémunérer sur les ressources collectées sur le FNSCC. Le montant de cette rémunération n’est pas fixé. Mais le comité de gestion du FNSCC s’est lui-même doté d’un secrétariat technique composé de 16 membres, ce qui inclut une cellule de passation de marché et un service d’audit et de contrôle de gestion. Ses responsables ont par ailleurs indiqué que 11 points focaux devaient être désignés en province, dont deux étaient déjà en fonction au 5 décembre dans les provinces minières du Haut-Katanga et du Lualaba. Au 31 août 2021, deux de plus avaient pu être installés au Nord-Kivu et dans le Sankuru. En clair, la structure n’était qu’un capharnaüm où l’on se servait en billets verts sans crainte.

Pour mémoire, les moyens financiers récoltés et mis à la disposition du Fonds étaient censés être logés dans un compte spécial. Jusqu’à ce jour, on ne sait trop si c’était dans quelle banque. Le Fonds était destiné notamment à financer les fournitures essentielles comme les équipements de protection
individuelle à la population et aux agents de santé qui sont en première ligne sur l’étendue du territoire national , soutenir financièrement le comité multisectoriel de riposte au Covid‐19 en lui donnant les moyens pour suivre et détecter la maladie et en renforçant les capacités de laboratoire par la formation et la fourniture de matériels adéquats ou encore à soutenir financièrement les agents de santé et les communautés locales pour qu’ils aient partout accès aux dernières informations scientifiques pour pouvoir se protéger, prévenir l’infection, endiguer sa propagation et dispenser des soins à ceux qui ont besoin de manière à atténuer l’impact social du Covid‐19,en particulier sur les femmes, les enfants et les groupes sociaux vulnérables. Autres objectifs, financer l’intensification des efforts visant à accélérer l’approvisionnement tant en produits de diagnostic et traitements permettant de sauver des vies qu’en biens et denrées de première nécessité, soutenir financièrement les entreprises uniquement en difficultés en raison de l’épidémie du Covid‐19. Rien, aucun de ses objectifs n’a été atteint. Deux ans après l’extinction de l’épidémie, la santé publique en RDC est financée à près de 70% par des partenaires extérieurs.

– PMUAIC-1, un fourre-tout sans lien avec le Covid, pour 2,6 milliards de dollars –

En partenariat avec le ministère du Plan et avec l’assistance du PNUD, la Task force explique avoir participé à l’élaboration du Programme multisectoriel d’urgence d’atténuation des impacts du Covid-19 (PMUAIC-19). Ancienne ministre du Plan, Mme Judith Suminwa Tuluka, en sait quelque chose. Ce programme adopté en mai 2020 et présenté le 18 juin 2020 devrait nécessiter 2 610 622 000 dollars pour une période d’un an et s’articuler sur trois axes à savoir la riposte, la surveillance et le renforcement du système de santé, le soutien à la stabilité macroéconomique et à la relance de l’économie et enfin les questions relatives à la sécurité et au mouvement de populations, l’accès à la justice et au soutien des services sociaux essentiels. À Congo Research, un représentant d’un bailleur de fonds a confié qu’il s’agissait là d’un «programme fourre-tout, difficile à financer et avec très peu de liens avec le Covid».

Mais cela n’a pas empêché le déblocage de fonds. L’Observatoire de la dépense publique (Odep), a retracé quelque 717 millions de dollars. Le taux de décaissement est sans doute le plus préoccupant. Il serait de 5,41% par rapport au coût global annoncé, soit 141 millions de dollars. Le reste a pris des méandres insondables. L’Odep renseigne également que l’apport du gouvernement sur les fonds mis à disposition serait très faible, soit seulement 2 %. Le ministère de la Santé a actuellement un penchant très business, notent des experts. Des monopoles de production et de vente de certaines molécules sont octroyées à certaines pharmacies, des marchés de fourniture de gré à gré à profusion, etc., mais un COVID imaginaire serait la goutte de trop qui ferait déborder la vase de l’ire populaire. La Première ministre le sait pertinemment.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Un groupe de communicateurs de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) vient de décerner un diplôme de mérite au directeur général du Fonds de promotion de l’Industrie, Bertin Mudimu Tshisekedi pour ses performances. La cérémonie s’est déroulée vendredi à Kinshasa au siège de cet établissement public.


Société

La langue russe est la voie de l’amitié, confie un diplomate russe. L’apprentissage de cette langue suscite aujourd’hui de l’intérêt auprès des Congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,840.00 CDF
1 Euro3,093.04 CDF
1 Yuan391.39 CDF
1 FCFA 4,70 CDF

Appel d'offres

Liste restreinte : Partenaire facilitateur pour appuyer la Coordination Générale du Projet STAR-Est de la RDC dans la réalisation des activités des THIMO


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.