Le Direct
Radio

Hôtel de ville, la chienlit qui va réactiver l’IGF

Jules Alingete Key devrait revenir sur son option de mettre en mode veille la patrouille financière, singulièrement pour l’administration de la ville de Kinshasa. Ça urge, selon un sondage des Kinois réalisé par Ouragan.cd dans le centre des affaires de la capitale.

Par Kokolo Jean

Daniel Bumba, le nouveau gouverneur de la ville de Kinshasa @Photo Droits tiers.

publié le 29 juin 2024 à 06:34:00

La Cour du roi Pétaud, tout le monde commande, et personne n’obéit. Les derniers événements au sommet de la capitale rappellent bien, mutatis mutandis, Tartuffe de Molière. Le paroxysme est que les finances de la ville, en fait les miettes qu’il en reste, pourraient encore s’éroder au point de mettre la capitale en situation de faillite comme Détroit aux USA.

Selon nombre de médias en ligne, les rares sérieux qui existent, la nouvelle équipe gouvernementale mise en place par le Gouv UDPS, Daniel Bumba, est un défi à l’autorité du VPM/ Intérieur, lui aussi un UDPS pur-sang, Jacquemin Shabani Lukoo. La ministre de l’Intérieur de la ville-province de Kinshasa, Mme Mimie Bikela Mundela est identifiée comme officier supérieur en fonction au sein de la police nationale. Outre ses dix ministres dont l’une qui a préséance sur tous est en conflit avec la Constitution ainsi qu’avec la loi organique n°13/013 du 1er juin 2013 portant statut du personnel de carrière de la police nationale.,

Daniel Bumba a élargi son acte de nomination en intégrant dans son équipe dix autres commissaires généraux. Donc, le gouvernorat Bumba compte 20 membres en parfaite violation de la Constitution, et constitue, de l’avis du juriste Kongo Vincent, un flagrant délit d’insubordination au VPM Jacquemin Shabani qui avait pris soin d’aviser les gouverneurs des provinces, en marge d’une entrevue avec le président de la République, que l’astuce-dol de nomination de commissaires généraux ne sera plus jamais d’application.

Combien va coûter à la ville cette mise en place, même si l’effectif et la composition du cabinet Bumba venaient à être remaniés? Si dans le budget national, celui légué à Judith Suminwa Tuluka par Sama Lukonde, le coût de la mise en place du nouveau gouvernement est connu, autour de 16 millions de dollars, Celui du gouvernorat de la ville-province de Kinshasa n’est, nulle part, chiffrée. Gentiny Ngobila Mbaka n’a point laissé un édit budgétaire pour la capitale. Pis, il se rapporte que les élus de la capitale auraient conditionné l’adoubement de l’exécutif Bumba et le vote de son plan quinquennal par un jeton juteux et bien lourd : 20 000 dollars ! La pratique, certes condamnable, est cependant devenue une coutume plutôt discrète. Les élus provinciaux auraient commis l’imprudence d’ébruiter et de gaver une donation illégale qui se passe, en catimini, par dessous la table…genre “invisibles” à l’Assemblée nationale.

Depuis le début de l’année, la mairie fonctionne en mode crédits provisoires. Combien Gentiny Ngobila a-t-il déjà décaissé ? Mis à l’index par la gouverneure de la Banque centrale du Congo (BCC) – Mme Malangu avait interdit à toutes les banques de lui prêter le moindre centime, le désormais ex-gouverneur a, en vain, tenté d’obtenir une ligne des crédits, auprès de la Société financière et de développement (Sofide), de près de 19 milliards de FC ( 18 724 021 702 francs exactement) soit environ près de 7 millions $US pour assurer les indemnités de sortie et apurer les arriérés de salaires des membres de son cabinet et ceux de l’exécutif provincial de Kinshasa.

Il souffle de plus en plus violemment une tempête de dilapidation des deniers de la ville dans une ambiance de tant pis pour personne! “L’IGF doit ouvrir l’œil et anticiper sur des décaissements et des emprunts frivoles à l’Hôtel de ville”, écrit cet activiste de la société civile dans l’un de ses comptes sur les réseaux sociaux. “La nomination des commissaires est une preuve irréfragable que Daniel Bumba a pris Gentiny Ngobila comme modèle. Il lui faut un chien de garde comme l’IGF pour épargner Kinshasa d’un surendettement.”, commente sur X l’un des réseaux sociaux, le chroniqueur économique Abraham Benaja.

Selon un rapport de l’inspection générale des finances, l’Hôtel de ville, sous Ngobila, avait collé à toutes les régies financières créées de bric et de broc et concurremment à la DGRK, des partenariats sujets à caution avec des sociétés de sous-traitance. L’IGF devrait, en toute logique, s’assurer que ces détournements des deniers de Kinshasa camouflés dans des sous-traitances ne se répètent plus. Nous y reviendrons.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Contrairement à ce que pensent les Congolais, la République démocratique du Congo n’exporte plus de l’énergie électrique. Par contre, elle importe l’électricité notamment de la Zambie et de la République Centrafricaine pour pallier le déficit de la SNEL.


Économie

Douze contrats de sous-traitance ont été signés entre les entrepreneurs congolais et la société Kamoa-Copper, filiale de la grande firme minière internationale Ivanhoé.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,840.00 CDF
1 Euro3,093.04 CDF
1 Yuan391.39 CDF
1 FCFA 4,70 CDF

Appel d'offres

Liste restreinte : Partenaire facilitateur pour appuyer la Coordination Générale du Projet STAR-Est de la RDC dans la réalisation des activités des THIMO


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.