Le Direct
Radio

Exilé en Belgique, Diongo appelle à l’union des patriotes pro-alternance

Depuis son exil à Bruxelles, Franck Diongo a lancé mardi 18 juin, un vibrant appel à l’unité de l’opposition congolaise. Le leader du Mouvement lumumbiste progressiste (MLP) a exhorté ses collègues à mettre de côté leurs différends pour chasser le président Félix Tshisekedi, qu’il qualifie de “traître national”.

Par Patrick Mputu

Reconnu comme réfugié politique en Belgique, Franck Diongo juge irresponsable, la division au sein de l’opposition en RDC @Photo Droit tiers.

publié le 18 juin 2024 à 18:56:22

Il est extrêmement irresponsable de ne pas nous unir. Nous devons mettre de côté nos égos, nos divergences et nos ambitions personnelles pour chasser du pouvoir le président Tshisekedi, le traître national, a-t-il tonné dans un discours enflammé.

Le “héros vivant” a souligné l’importance de la réconciliation au sein de l’opposition pour mener une lutte efficace contre ce qu’il décrit comme un régime dictatorial. “Nous n’avons qu’une seule voie de salut : je fais un appel pathétique à nous pardonner mutuellement, nous accepter, nous tolérer, nous réconcilier et enfin, nous unir avec humilité, sincérité et vérité. Une seule voix unifiée est nécessaire, car la division ne mène nulle part,” a-t-il affirmé.

– Situation désastreuse –

Diongo n’a pas mâché ses mots en décrivant l’actuelle administration Tshisekedi. “Sous le régime dictatorial de Tshilombo, il n’y a aucun avenir pour notre République démocratique du Congo. Tshisekedi fils est devenu l’incarnation du mal, de la souffrance et de la misère de notre peuple”, a-t-il accusé. Il a également cité l’écrivain Jorge Luis Borges pour illustrer ses propos : “Les dictatures créent oppression et servilité, mais le pire est qu’elles fomentent la stupidité.”

Le député honoraire a dépeint une situation désastreuse où l’opposition politique est marginalisée et la société civile paralysée. Depuis ce qu’il qualifie de fraude électorale ayant conduit à un second mandat illégitime, aucune opposition structurée n’a émergé pour contester le régime. “Les exilés politiques, les journalistes et les intellectuels à l’étranger n’ont pas réussi à coordonner leurs efforts,” a-t-il déploré.

Face à cette situation, l’opposant appelle à une mobilisation générale. “Nous appelons donc à la mobilisation générale de notre peuple et de la société civile, à la relance de l’opposition, et à l’union des forces républicaines, y compris celles basées à l’étranger”.

Pour sortir du gouffre, Franck Diongo propose l’organisation urgente d’une conférence des Patriotes. “Il est crucial d’organiser de toute urgence une conférence des Patriotes pour l’évaluation de la situation générale, la restauration de la République et de la démocratie en RDC, afin de définir des actions politiques et diplomatiques à mener, pour sortir de cette crise et reconstruire notre pays,” a-t-il conclu.

– Diongo obtient le statut de réfugié politique en Belgique –

L’opposant congolais s’est réfugié en Belgique où il a porté plainte contre le chef des renseignements militaires congolais, le général Christian Ndaywell, pour enlèvement, détention arbitraire, faits de torture, d’empoisonnement ou privation de sommeil. Comme pour la famille Okende, il étaye sa démarche par la nationalité belge avérée de l’officier.

Arrêté sans ménagement le 20 juin 2023, alors qu’il revenait d’un deuil lors duquel il s’était notamment entretenu avec le président Félix Tshisekedi, Franck Diongo a été détenu pendant 20 jours dans les bâtiments de l’ex-Demiap, les services de renseignement militaire congolais, un service dirigé par le général Ndaywell, déjà épinglé pour son rôle supposé dans l’assassinat d’un autre opposant, Chérubin Okende, porte-parole du parti Ensemble pour la République de Moïse Katumbi.

Un assassinat, survenu dans la nuit du 12 au 13 juillet 2023, requalifié à la surprise générale en “suicide”, par le procureur général près la Cour de cassation Firmin Mvonde. Le magistrat avait pourtant été le premier, rapidement après la découverte du corps, à parler d’assassinat.

Cependant, après avoir été remis en liberté, le candidat à la présidentielle de décembre 2023, s’était d’abord lancé en course, avant de rejoindre Katumbi, fasant déjà l’objet d’un mandat de comparution. Craignant pour sa vie, l’opposant a mis le cap sur la Belgique où il a déposé une demande d’asile. Après avoir été entendu par des experts du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA), il a été reconnu comme réfugié politique dès le début du mois de mai 2024.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Un groupe de communicateurs de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) vient de décerner un diplôme de mérite au directeur général du Fonds de promotion de l’Industrie, Bertin Mudimu Tshisekedi pour ses performances. La cérémonie s’est déroulée vendredi à Kinshasa au siège de cet établissement public.


Société

La langue russe est la voie de l’amitié, confie un diplomate russe. L’apprentissage de cette langue suscite aujourd’hui de l’intérêt auprès des Congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,840.00 CDF
1 Euro3,093.04 CDF
1 Yuan391.39 CDF
1 FCFA 4,70 CDF

Appel d'offres

Liste restreinte : Partenaire facilitateur pour appuyer la Coordination Générale du Projet STAR-Est de la RDC dans la réalisation des activités des THIMO


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.