Le Direct
Radio

Deux baobabs se disputent le perchoir au Sénat

La paix des braves s’éloigne au Sénat. Les deux vieux routiers n’ont toujours pas fumé le calumet de la paix malgré les nombreuses médiations. Pascal Kinduelo (86 ans) et Jonas Mukamba (93 ans) se disputent avec hargne la présidence du bureau provisoire de la Chambre haute. Arrivé en retard, Mukamba refuse de renoncer à son ambition de diriger le Sénat pendant cette courte transition. Entre-temps, Kinduelo, droit dans ses bottes, poursuit sa mission comme si de rien n’était. L’image de la Chambre haute du Parlement est sérieusement écornée.

Par Athanase Mwenge

Pascal Kinduelo et Jonas Mukamba @Photo Droits tiers.

publié le 11 juin 2024 à 03:17:00

Le premier (Pascal Kinduelo) a pris les rênes du Sénat dès le début de la législature alors que le second (Jonas Mukamba) a vu son mandat validé longtemps après la convocation de la première plénière, suite à l’organisation tardive des sénatoriales à l’Équateur. Devant ce dilemme cornélien, le bon sens aurait prévalu. Mais dans ces tiraillements, l’équation paraît difficile d’autant plus que la loi fondamentale est restée presque muette sur ce cas de figure. Le législateur n’avait pas prévu l’hypothèse d’un doyen d’âge qui débarquerait après qu’un premier a été installé et se trouverait déjà dans le vif de son travail.

Sur X, le journaliste Jessy Kabasele évoque l’article 114 de la Constitution pour clore les débats. “Le secrétaire général du Sénat convoque la plénière le 15e jour suivant la proclamation des résultats des sénatoriales par la commission électorale pour mettre en place le bureau d’âge”. Il tranche en rappelant que “ceux qui viennent après ce délai s’alignent. On ne met pas en place le bureau d’âge deux fois. Lisons nos textes sinon revisitons-les!”.

Logiquement, le premier doyen d’âge ne devait pas bouger du perchoir au risque de perturber le travail en cours pour une session à l’agenda très contraignant. Des experts de questions parlementaires soutiennent que dans ce cas précis, Kinduelo devait en principe achever son travail. On investit pas le bureau provisoire deux fois. “La Constitution est très claire à ce sujet. Le bureau provisoire est installé de fait le jour de la séance inaugurale dirigée par le secrétaire général du Sénat. Il n’y a qu’une et une seule plénière inaugurale et lors de cette plénière le plus âgé des sénateurs s’appelait Pascal Kinduelo”, a argumenté Ben sur X. Et Éric Ngandu d’ajouter : “Jonas Mukamba a été élu sénateur après l’installation du bureau d’âge. A l’installation de ce bureau, il n’était pas encore sénateur. Arrêtez donc d’inventer des choses pour défendre le vide”.

Mais pour ne pas susciter les antagonismes, le secrétaire général de l’Udps, Augustin Kabuya s’est vite improvisé médiateur. Un cliché publié sur les réseaux sociaux le montre au milieu de deux monuments. Malgré ça, les sages n’ont pas mis de côté leur querelle.

La cellule de communication de Jonas Mukamba a aussitôt crié à la manipulation médiatique rejetant toute forme de réconciliation là où la Constitution a tranché. “Les publications au sujet d’un quelconque compromis pour le bureau provisoire du Sénat relèvent de la manipulation médiatique et des contre-vérités politiciennes qui tordent l’esprit républicain et l’état de droit prôné par le chef de l’Etat”, assène Pierre Kila Ilunga. Le chef des communicants de Mukamba souligne que “l’esprit de la légalité et de la Constitution, les principes de l’honneur et de l’élégance politique reconnue aux hommes d’Etat, demeurent le fondement des valeurs qui élève les institutions de la République et particulièrement la Chambre haute”.

Le conflit qui empoisonne le Sénat après l’épisode ignominieux de l’Assemblée nationale donne une mauvaise image du pays surtout qu’il s’agit des profils expérimentés qui ont tout gagné dans leur vie. D’ailleurs pour les deux protagonistes, il n’y a aucun enjeu en soi. Ce conflit est inutile car le bureau définitif sera investi dans les jours à venir.

En se disputant sans relâche le fameux fauteuil, les doyens d’âge démontrent qu’ils ne sont prêts à s’effacer au profit de l’intérêt général. Ce mauvais exemple de lutte de positionnement risque d’être malheureusement imité par la jeune génération politique aux épaules gonflées et aux egos surdimensionnés qui n’intègre jamais la notion de “la patrie avant tout”.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

La Première ministre Judith Suminwa a exprimé vendredi son ferme engagement à faire exécuter le programme d’actions du gouvernement calqué sur les six engagements du président de la République repris dans son son discours d’investiture, après sa réélection pour un second quinquennat.


Nation

Lors de la première réunion du gouvernement Suminwa vendredi à la Cité de l’Union africaine à Kinshasa, le président de la République, Félix Tshisekedi, a invité les nouveaux ministres à se mettre résolument au travail pour répondre aux attentes du peuple congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,803.00 CDF
1 Euro3,044.90 CDF
1 Yuan384,59 CDF
1 FCFA 4,64 15686 CDF

Appel d'offres

Sélection des fournisseurs des équipements médicaux en faveur des projets du FCP III – Phase transitoire en Ituri et au Sud Kivu


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.