Le Direct
Radio

Taux de change, les stats biaisées du prof Tsasa sur Matata et Badibanga

Et si les stats du professeur Jean-Paul K. Tsasa sur le taux de change étaient biaisées? En matière de stabilité de taux de change, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, est le pire Premier ministre alors qu’Augustin Matata Ponyo Mapon aura, de tous les cinq Premiers ministres de seize dernières années, le mieux stabilisé le franc congolais face au dollar, selon l’économiste Jean-Paul K.Tsasa, professeur d’université et auteur de nombreux ouvrages notamment sur la macroéconomie.

Par Pold Levi Maweja

Les anciens Premiers ministres Samy Badibanga et Matata Ponyo @Photo Droits tiers.

publié le 31 mai 2024 à 03:50:00

Depuis Adolphe Muzito Fumunsi, tous les mandats des Premiers ministres ont été marqués par la dépréciation du franc congolais par dollar, mais celui de Sama Lukonde (26 avril 2021-29 mai 2024), a connu la plus importante dépréciation avec de 783,56 FC, en dépit du programme de Facilité élargie des crédits et de substantiels appuis budgétaires du FMI. À son entrée à la primature, le taux était de 2025 FC/$, et à son départ, Sama laisse le taux à 2808,56 FC, note le prof Tsasa, se fondant sur les données de la Banque centrale du Congo (BCC).

– Muzito, 2e dernier de la classe des Premiers –

La seconde prime de la dégringolade du franc revient à Adolphe Muzito Fumunsi : de 572,39 FC/$ le 10 octobre 2008 quand il reprend la primature à Antoine Gizenga Fundji, Muzito verra le franc se déprécier, à son départ, à 921,14 FC/$, le 6 mars 2012, avec un écart absolu de 348,74 FC. La troisième grande dépréciation est arrivée avec Sylvestre Ilunga Ilunkamba, le Premier ministre de l’éphémère cohabitation FCC/ CACH. Le 7 septembre 2019 quand il prenait les commandes du gouvernement, le taux affichait 1683 FC/$ contre 2016,30 FC/$ à son départ, le 26 avril 2021. L’écart entre les deux taux est donc de 332,80 FC. La valeur de la monnaie nationale a alors chuté de 94,84 FC par rapport à la période de son prédécesseur, Bruno Aubert Tshibala Nzhenze. Le Premier ministre en liberté provisoire entre en action, le 18 mai 2017. Le taux est alors de 1449,37 FC/$. Et quand il quitte le gouvernement, le rapport franc-dollar est de 1678,33 FC/$, le 7 septembre 2019.

Pour le professeur de l’économie Jean-Paul K. Tsasa, les seules périodes où le taux de change a marqué une certaine stabilité sinon une dépréciation on ne peut plus légère, étaient sous Augustin Matata Ponyo Mapon et Samy Badibanga Ntita. Et le professeur Tsasa accorde la meilleure note à Matata. Le 9 mai 2012, quand il succède effectivement à Muzito, l’ex-DG du nébuleux BCECO, trouve le taux de change à 924,71FC/$, et à son départ, le 17 novembre 2016, le taux est à 1120,88 FC., l’écart absolu n’étant que de 196,15 FC. Alors que son successeur direct, ancien chef de file du groupe parlementaire UDPS et Alliés, est effectivement entré en fonction le 17 novembre 2016, quand le franc congolais chutait vertigineusement. Le taux est alors de 1170,70 FC/$. Samy Badibanga quitte la primature le 18 mai 2017 avec un taux de 1405,89 FC/$, l’écart est de 235,19 FC.

– Badibanga, le travail de sape de la BCC –

Selon les experts, les fluctuations du taux de change peuvent être attribuées à divers facteurs économiques et politiques, notamment l’inflation, les politiques monétaires, la stabilité politique, l’influence des évènements internationaux sur l’économie. Mais le professeur Tsasa ne s’est fondé que sur des données classiques pour établir son “hit des Premiers”. En son temps, non sans évidence, le professeur Mokonda Bonza, du haut de la tribune de la Chambre haute du Parlement, avait fait comprendre que “la stabilité apparente du franc congolais que nous avons connue pendant 4 à 5 ans ne trouve sa justification que dans les faits suivants, notamment : la réduction du poids de la dette extérieure sur les finances publiques et la monnaie (grâce à l’atteinte de l’IPPTE deux ans plus tôt), l’accroissement des transferts en devises des Congolais de l’étranger qui alimentent également le marché de change, l’exécution partielle du budget des dépenses courantes et d’investissements au détriment des services publics, des provinces et des ETD, la liquidation sélective et intéressée de la dette intérieure, l’absence d’un dispositif budgétaire et monétaire bien réfléchi et exécuté pour assurer la réhabilitation des infrastructures existantes ou la construction de nouvelles infrastructures modernes”. Et ce n’est un secret pour personne que sous Matata, des rapports incestueux avec des cambistes de rue, alors que les Gouvs de la BCC, Jean-Claude Masangu puis Deogratias Mutombo Mwana Nyembo, n’appreciaient guère l’immixtion à outrance du Premier ministre, dans la politique de la Banque. Samy Badibanga, par contre, issu de l’opposition, a subi un sabotage public de l’économie et des finances publiques par la même BCC qui a injecté sur le marché, au mois de décembre 2016, de faux vrais billets de 5.000, 10.000 et 20.000 FC.

Pour tenter de se dédouaner, Deogratias Mutombo dira que deux agents de la BCC, présumés auteurs du forfait, ont été démasqués et qu’ils seraient présentés à l’opinion puis traduits en justice. Il n’en a rien été à ce jour. Et de son prédécesseur, le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalanjoku, vexé de l’économie exsangue héritée par Samy Badibanga, soutiendra, haut et fort.

Indigné du chaos financier hérité par Badibanga, l’Alors président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku dira, “(…) on se demande pourquoi, contre toute attente, nous nous sommes retrouvés dans une situation de profonde précarité au moment où le pays devait bénéficier des retombées d’une croissance proche de 10 % enregistrée sur trois exercices…”.

Et l’ancien Premier ministre Muzito ajoute que Matata a laissé le pays avec un déficit de 530 milliards de FC. Mai 2017, Badibanga quitte la Primature fort d’avoir redressé les finances publiques avec un solde positif de 55 milliards! Alors prof Tsasa, qui a donc le mieux maîtrisé le taux de change ?

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Un groupe de communicateurs de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) vient de décerner un diplôme de mérite au directeur général du Fonds de promotion de l’Industrie, Bertin Mudimu Tshisekedi pour ses performances. La cérémonie s’est déroulée vendredi à Kinshasa au siège de cet établissement public.


Société

La langue russe est la voie de l’amitié, confie un diplomate russe. L’apprentissage de cette langue suscite aujourd’hui de l’intérêt auprès des Congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,840.00 CDF
1 Euro3,093.04 CDF
1 Yuan391.39 CDF
1 FCFA 4,70 CDF

Appel d'offres

Liste restreinte : Partenaire facilitateur pour appuyer la Coordination Générale du Projet STAR-Est de la RDC dans la réalisation des activités des THIMO


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.