Le Direct
Radio

RDC : huit militaires condamnés à mort pour “fuite devant l’ennemi”

Huit militaires congolais dont cinq officiers ont été condamnés à mort pour “lâcheté” et “fuite devant l’ennemi”, vendredi par un tribunal militaire de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo.

Par AFP avec Ouragan

Le tribunal militaire garnison de Goma Au Nord-Kivu @Photo Droits tiers.

publié le 4 mai 2024 à 17:15:42

L’accusation avait requis la peine de mort contre les 11 militaires jugés dans la même affaire, mais le tribunal a acquitté trois soldats de rang, estimant que les faits retenus contre eux étaient “non établis”.

Tous étaient sur le front des combats contre la rébellion du M23 (“Mouvement du 23 mars”) qui, avec le soutien d’unités de l’armée du Rwanda voisin, s’est emparée depuis deux ans de larges pans de territoire de la province du Nord-Kivu, dont Goma est le chef-lieu.

Selon la défense, ces hommes n’ont “jamais fui devant l’ennemi, ni abandonné leur position, au contraire”. Mais le tribunal a jugé que les infractions retenues contre huit d’entre eux étaient établies “en fait et en droit”.

“Nous allons interjeter appel”, a déclaré à l’AFP Me Jean-Richard Buino, l’avocat d’un des condamnés, le colonel Patient Mushengezi Shamamba.

Ce verdict intervient alors que le gouvernement de la RDC a annoncé mi-mars sa décision de lever le moratoire sur l’exécution de la peine de mort qui était en vigueur depuis 2003 dans le pays. Il a expliqué que cette mesure ciblait les militaires accusés de trahison et les auteurs de “banditisme urbain ayant entraîné mort d’homme”.

La déroute de l’armée congolaise et de ses milices supplétives face à la progression du M23 a attisé chez les autorités des soupçons d’infiltration des forces de sécurité.

Depuis l’avènement de cette rébellion, de nombreux militaires, y compris des officiers supérieurs des FARDC (Forces armées de la RDC), mais également des députés, des sénateurs et des personnalités du monde économique dans l’est de la RDC, ont été arrêtés et accusés de “complicité avec l’ennemi”.

En visite à Kinshasa mi-avril, le Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Volker Türk, s’était dit “préoccupé” par cette décision des autorités de Kinshasa, rappelant que les Nations unies souhaitaient “l’abolition de la peine de mort partout dans le monde”.

Interrogé par la télévision allemande Deutsche Welle fin avril, le président congolais Félix Tshisekedi a rappelé que la RDC avait pris cette décision pour “dissuader” les complices du Rwanda. “S’ils s’entêtent, la peine de mort s’appliquera à eux”, a-t-il assuré.

Depuis plus de 20 ans, des peines capitales étaient régulièrement prononcées en RDC, notamment dans des affaires impliquant des militaires ou des membres de groupes armés, mais étaient systématiquement commuées en prison à perpétuité.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

La Première ministre Judith Suminwa a exprimé vendredi son ferme engagement à faire exécuter le programme d’actions du gouvernement calqué sur les six engagements du président de la République repris dans son son discours d’investiture, après sa réélection pour un second quinquennat.


Nation

Lors de la première réunion du gouvernement Suminwa vendredi à la Cité de l’Union africaine à Kinshasa, le président de la République, Félix Tshisekedi, a invité les nouveaux ministres à se mettre résolument au travail pour répondre aux attentes du peuple congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,803.00 CDF
1 Euro3,044.90 CDF
1 Yuan384,59 CDF
1 FCFA 4,64 15686 CDF

Appel d'offres

Sélection des fournisseurs des équipements médicaux en faveur des projets du FCP III – Phase transitoire en Ituri et au Sud Kivu


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.