Le Direct
Radio

PASEA : 400 millions USD de la BM pour accroître l’accès à l’eau dans 4 provinces

L’eau, c’est la vie, dit-on. Le manque d’eau ou l’eau mal gérée détruit des vies. Dans l’objectif d’apporter de l’eau potable à la population congolaise et de donner des services de base d’assainissement, le gouvernement congolais et la Banque mondiale ont conclu un partenariat stratégique consistant à orienter les financements vers des projets à impact direct et substantiel sur la population.

Par Alexis Emba

Le ministre du Numérique, Eberande Kolongele, lors du lancement du projet sur l’accès à l’eau et à l’assainissement. @ Photo Droits tiers.

publié le 10 mai 2024 à 01:50:00

Dans cette optique, il a été lancé mercredi à Kinshasa, le projet “Programme d’accès aux services d’eau et d’assainissement (PASEA)”. Il est exécuté suivant l’approche programmatique basée sur quatre phases pour une durée de 11 ans avec un montant global de 1,650 milliard USD dont 1,250 milliard USD déjà disponible par la Banque mondiale. En 2023, un accord de financement a été signé entre Kinshasa et la Banque mondiale dont les activités concernent quatre provinces ciblées. En mars 2024, cet accord est entré en vigueur.

Le ministre du Numérique qui a représenté son collègue du secteur, a eu le privilège de lancer la première phase du projet dont le coût est évalué à 400 millions USD pour une période s’étalant entre 2023-2029. Les provinces concernées sont le Kwilu, le Kasaï, le Kasaï oriental et le Kasaï central. Pour Cashimir Eberande Kolongele, ce projet phare s’inscrit dans le cadre de la matérialisation de l’un des axes de la vision du chef de l’État qui œuvre toujours pour améliorer les conditions de vie de la population congolaise.

Le PASEA poursuit deux objectifs majeurs, à savoir accroître l’accès à l’approvisionnement en eau potable et à l’assainissement dans les provinces sus-mentionnées et ensuite renforcer la gouvernance et les capacités des institutions publiques nationales, provinciales et locales ainsi que des opérateurs privés responsables de la prestation des services d’approvisionnement en eau potable et à l’assainissement.

M. Kolongele a exprimé sa satisfaction quant à la réalisation de cette phase qui suscite tant d’espoir pour la population des zones ciblées. “Nous sommes très heureux de débuter cette phase avant de poursuivre avec d’autres”, a-t-il déclaré.

– Des défis énormes à relever –

A l’occasion, le ministre du Numérique a prévenu que les défis sont énormes à relever, notamment de réaliser les ouvrages dans le délai imparti. Pour cela, il a exhorté toutes les parties prenantes à travailler de manière responsable pour atteindre le résultat convenu, en évitant toutes les dépenses jugées non éligibles devant hypothéquer la réussite du projet.

L’enveloppe de la Banque mondiale est conséquente. Nous devons donc remplir les conditionnalités pour ne pas décourager notre partenaire qui nous accompagne dans ce secteur afin d’atteindre les objectifs souhaités par le président de la République et aussi l’ensemble de notre peuple, a-t-il ajouté.

Le patron du Numérique a invité tous les acteurs impliqués à mettre sérieusement la main à la pâte pour le décollage de ce programme qui va soulager la peine des populations de l’arrière-pays en leur dotant des ouvrages dignes. Il a convié les parties prenantes à relever le défi qui impose l’achèvement de cette phase au 30 juin 2029.

“Vous avez signé un accord de rétrocession avec le gouvernement central qui vous permet de décaisser des fonds pour l’exécution de ce projet dans le délai. Nous attendons de vous l’implication pour offrir à vos populations des ouvrages dignes”, a-t-il rappelé aux gouverneurs des provinces bénéficiaires du projet.

– Très faible accès à l’eau potable –

M. Albert Zeufack, directeur des opérations de la Banque mondiale pour la RDC, a relevé un niveau très faible de personnes ayant accès à l’eau et à l’assainissement. Selon les indicateurs, a-t-il détaillé, 62 % de la population n’ont pas accès à l’eau potable et 84% à l’assainissement de base. Il a souligné que dans les milieux ruraux seulement 19% des ménages ont accès à l’approvisionnement en eau tandis que 9% à l’assainissement de base. Et plus grave, a-t-il relevé, 18% des ménages continuent à pratiquer le défécation à l’air libre avec des répercussions sur la santé.

Cette situation étant particulièrement grave dans les zones sus-évoquées, il est important, a-t-il sensibilisé, d’apporter non seulement de l’eau mais aussi des services de base d’assainissement. C’est pour cela que M. Zeufack s’est dit très heureux au nom de son institution, d’accompagner le gouvernement congolais à réaliser cet objectif, celui de donner de l’eau potable et des services de base d’assainissement à la population.

“Nous débutons avec un financement de 400 millions USD pour cette première phase dans quatre provinces”, a affirmé le directeur des opérations de la BM en RDC, soulignant que ce programme étant décentralisé, chacun doit jouer sa partition pour relever les défis. Pour lui, il faut accélérer les efforts, les investissements et aussi améliorer la gestion afin d’atteindre les résultats escomptés.

M. Zeufack a précisé que ce projet dispose d’une enveloppe globale évaluée à 1,250 milliard USD répartie sur plusieurs phases. La première phase concerne les provinces du Kwilu, Kasaï, Kasaï central et Kasaï oriental pour une période allant de 2023-2029, la deuxième phase intéresse les provinces du Kongo central, du Nord-Kivu, Sud-Kivu et Ituri et la troisième phase concerne le reste des provinces.

– Signature de la Charte du PASEA –

Le clou de la cérémonie était la signature de la Charte du PASEA entre le gouvernement congolais et la Banque mondiale pour asseoir leur collaboration. Pour le ministre Kolongele, il s’agit de la feuille de route qui concrétise les engagements antérieurs que l’État a eu à prendre dans ce secteur. “Nous sommes tenus de respecter les engagements, de remplir les conditionnalités afin d’atteindre les objectifs souhaités”, a-t-il insisté.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

L’Inspection générale des finances a été conviée à la 8e édition du forum Géoscience qui a eu lieu le jeudi 16 mai 2024 à l’université de Kinshasa. A cette occasion, l’inspecteur général des finances, chef de brigade des marchés publics, Gabriel Kabanangi, représentant le numéro un de l’IGF- Jules Alingete, a sensibilisé les étudiants de l’université de Kinshasa sur le travail abattu par le service de contrôle supérieur enraciner la bonne gouvernance au pays.


Aviation

La filiale Westminster Aviation Security Services va assurer la sûreté dans cinq aéroports congolais. Ouragan avait annoncé la nouvelle. Le contrat signé le 14 avril dernier entre la filiale britannique et le gouvernement congolais porte sur le financement, le développement, la maintenance, la formation et l’exploitation des services de sécurité dans les cinq aéroports congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,775.00 CDF
1 Euro2,992.28 CDF
1 Yuan383.56 CDF
1 FCFA4,13665 CDF

Appel d'offres

Acquisition de 26 Motos Tout terrain destinées aux Coordinations Provinciales du PADRIR


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.