Le Direct
Radio

Douanes, rebond des importations des pneus d’occase et autres articles connexes

Les vieux pneus des véhicules terrestres importés d’Europe rapportent derechef gros à l’État après 5 ans de baisse continue des recettes d’accises sur les articles en caoutchouc importés.

Par Pold Levi Maweja

Les pneus d’occasion venus d’Europe @Photo Droits tiers.

publié le 1 mai 2024 à 02:56:00

La douane table, en effet, sur 35 455 322 115 FC, soit plus de 14 millions de dollars des recettes pour l’exercice 2024. En 2019, elle a pourtant été contrainte de revoir de 40% à la baisse ses prévisions suite à la dégringolade des importations des pneus d’occasion. De 13.9 milliards en 2017, et près de 10 milliards de FC en 2018, la douane n’a réalisé qu’autour de 9 milliards de FC des recettes pour l’exercice 2019.

Par rapport aux prévisions de 2018, il y a donc une régression de 39,16 %. Foi d’experts, le marché de caoutchouc a connu un borborygme au second semestre 2019 à la suite de la décision du Conseil international tripartite du caoutchouc (ITRC) de réduire de 2 400 000 tonnes leurs exportations à chaque quadrimestre depuis fin avril. L’ITRC regroupe l’Indonésie, la Thaïlande et la Malaisie. Les États membres de l’ITRC représentent près de 70 % du marché mondial du caoutchouc.

La République démocratique du Congo en a fourni jusqu’à 35 % de l’offre mondiale. Hélas, ce n’est plus que du jadis. Le pays devrait subir les effets de l’ukase de trois États de l’Asie du Sud-Est à l’image de la Côte d’Ivoire qui en a déjà fait les frais. Le cinquième fournisseur de caoutchouc naturel de la Chine, la Côte d’Ivoire peine bien souvent à trouver un navire pour évacuer sa production. La plupart des navires qui transportent du caoutchouc africain appartiennent, en effet, à des entreprises liées à des États de l’ITRC. Quelque 20 000 tonnes de caoutchouc naturel brut issu d’hévéas resteront longtemps bloquées dans les ports ivoiriens de San Pedro et d’Abidjan au motif fallacieux trouvé par des armateurs, le caoutchouc ivoirien est trop sale. La Côte d’Ivoire est le premier producteur africain de caoutchouc et selon les estimations, le secteur fait vivre plus de 160 000 planteurs. Qui ont dit se plier au diktat de l’ITRC pour survivre et sauver leur boulot.

– Désengagement de l’État –

D’après les experts, le trio Indonésie, Malaisie et Thaïlande aurait unilatéralement fixé en février dernier un programme de tonnage d’exportation convenu (AETS), en pratique, une stratégie à court terme visant à faire remonter le prix du caoutchouc naturel à la suite de la dégringolade intervenue, il y a peu, à la Tokyo Commodity Exchange (TOCOM), place de référence de négoce du caoutchouc. Pour l’ITRC, le caoutchouc était à son niveau le plus bas en raison du trop-plein du marché mondial.

En RDC, la production du caoutchouc a repris dans l’ex-Équateur et l’ancienne Province orientale, quelques années après le désengagement total de l’État de toutes les entreprises du secteur sans toutefois se rassurer des repreneurs. Une vingtaine de milliers d’hectares de plantations d’hévéa se retrouvent à ce jour envahis par la brousse dans le territoire d’Opala, à environ 260 km au Sud-Ouest de Kisangani (Province orientale).

Plusieurs autres hectares de plantations sont aujourd’hui enfouis dans la brousse à Mayoko, Likiri, Lefera et Senga, etc. Cette situation résulte notamment du manque d’investisseurs et aussi des moyens d’évacuation du produit de cette culture, qui constituait l’ossature économique de la région pendant la période coloniale. La production de la Société industrielle et agricole au Congo (SIAC) dans la province du Sud-Ubangi est en partie expédiée vers Kinshasa et une autre partie est exportée via le Cameroun.

À Ikela, dans l’ex-province de l’Équateur, c’est la voie d’évacuation du caoutchouc qui pose problème surtout lors de la longue saison de pluie. Bien souvent, les producteurs proposent un lieu de vente qui n’arrange pas toujours les acheteurs. Toutefois des exploitants, regroupés en coopératives, ont tenté, sans succès, de relancer leurs activités avec le concours de l’entreprise Lobi Congo. La région connaît actuellement une ruée d’exploitants chinois, apparemment méconnus des services publics. Il sied de noter que le prix des caoutchoucs africains est moins cher que la moyenne du prix payé par la Chine, toutes origines confondues.

Selon la Commission nationale des mercuriales du ministère du Commerce extérieur, le cours du caoutchouc devrait rester sur le marché international, au prix de 1,62 dollars le kilo, grâce à la demande chinoise. En dépit de la demande accrue de la Chine en caoutchouc naturel, il s’observe une certaine tendance au recours au caoutchouc synthétique à travers le monde.

En RDC, l’absence des prévisions des recettes des articles et ouvrages en caoutchouc synthétiques, en régime intérieur, dans le budget depuis 2019, voudrait tout simplement signifier qu’il n’existe plus d’entreprise qui exploite le caoutchouc.

Pourtant, en 2016 et 2017, les réalisations ont respectivement été de 17 599 951FC et 36 362 486 FC et la projection à fin 2018, à 1 132 214 FC. Les prévisions desdits articles mais importés se chiffrent à 271 031 707 FC, contre 482 777 352 FC (en 2016), 429 294 067 FC (en 2017) et 374 398 078 FC réalisations projetées à fin décembre 2018.

Depuis, tous les articles et ouvrages en caoutchouc synthétique proviennent de l’étranger, particulièrement de la Chine pour des produits neufs, et de la France et de la Belgique, pour des occases.

– Caoutchouc synthétique –

Mais les produits chinois ne sont pas toujours de bonne qualité et sont de moins en moins préférés aux occases européennes. Il s’agit particulièrement des pneumatiques. Le secteur dépend, pour trois quarts de sa production, de l’industrie automobile. Le reste est utilisé pour des demi-produits (mélanges, feuilles, plaques…) et des produits finis (tuyaux, joints, bottes, tétines…). La Direction générale des douanes et accises (DGDA) compte réaliser près de 24 milliards de FC sur les importations des ouvrages en caoutchouc synthétique en 2019.

Cependant, la douane n’a pas pu atteindre ses assignations globales pour 2017, soit quelque 7 milliards de FC (7 008 300 547 FC). Ces recettes en baisse continue sont notamment la conséquence de graves défaillances dans la prise en charge des marchandises, ont relevé des experts de la DGDA, lors de dernières conférences des directeurs généraux et provinciaux de la douane en vue de mûrir les stratégies pour atteindre, sinon dépasser les assignations. Parmi les stratégies retenues, il y a le renforcement du contrôle a posteriori et de régularité des opérations de dédouanement, le contrôle de la destination et de la mise en œuvre des marchandises exonérées. Mais le plus dur reste à faire, d’après les observateurs, la gestion des postes frontaliers et des postes frontières où, les services de l’État autorisés à y prester ont, en permanence, maille à partir avec des éléments de l’armée et de services de renseignement.

Le gouvernement congolais a, d’ailleurs, reconnu que « des résistances ont été observées ici et là dans l’application de l’ordre opérationnel limitant à 4 le nombre des services pouvant intervenir aux postes frontaliers » face auxquelles des « mesures réglementaires et pratiques ont été adoptées par le Conseil des ministres pour y pallier ». L’application intégrale du décret n°036/2002 du 28 mars 2002 désignant les services habilités à œuvrer aux frontières a déjà fait l’objet d’une question orale avec débat à l’Assemblée nationale. Les recommandations des élus n’ont guère connu un début d’exécution. Des éléments de forces armées, par exemple, se retrouvent toujours aux postes frontaliers. Il nous revient qu’à Lufu, par exemple, des cargaisons de pneus entrent frauduleusement… sous bonne escorte. Autres zones d’entrée des articles et ouvrages en caoutchouc synthétique, ce sont des villes frontalières avec l’Ouganda, dans l’est de la RDC, Mahaghi-Port, Aru, Kasindi, etc. Au pays entre-temps, la transformation locale du caoutchouc n’est plus que de l’histoire. Les succursales de Goodyear, Michelin, etc., ont toutes fermé, victimes des pillages de triste mémoire des années 1991 et 1993.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Grâce au protocole d’accord signé entre l’Agence pour le développement et la promotion du projet grand Inga (ADPI-RDC) et la société natural oilfield service limited (NOFLS), il sera construit, dans les mois à venir, un barrage d’une capacité minimale de 7000 MW sur un potentiel de 42000 MW.


Économie

Une décision est attendue sur la situation de la sous-traitance au sein du groupe ERG. Le CEO de Eurasian Ressources Group ERG et le directeur général de l’ARSP, Miguel Kashal Katemb, ont eu des échanges fructueux autour de la situation de la sous-traitance au sein de cette entreprise minière multinationale.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,780.00 CDF
1 Euro3,021.86 CDF
1 Yuan384.38 CDF
1 FCFA4,13665 CDF

Appel d'offres

Acquisition de 13 véhicules pour la Coordination de l’UC-PIF et ses Antennes Provinciales


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.