Le Direct
Radio

Ciment Köhm du Kasaï, un projet “décimé”?

Voilà 5 ans que le projet d’une cimenterie a été présenté à l’Hôtel de ville de Mbuji-Mayi. L’étude de faisabilité a même déjà été bouclée. Le cimentier arménien Köhm voulait, en effet, anticiper sur la concurrence sur le marché kasaïen. Depuis le projet que l’on qualifiait de la “modernisation du Grand Kasaï” n’a connu aucun avancement significatif vers sa matérialisation.

Les sacs de ciment vendus sur le marché congolais @Photo Droits tiers.

publié le 24 mai 2024 à 02:16:00

Pour mémoire, ce n’est qu’en 2008, que la loi Denis Kambayi a ouvert l’espace kasaïen à la modernisation et à l’industrialisation. Depuis l’époque coloniale, il était formellement interdit d’y construire des usines autres que celles de l’exploitation minière. La cimenterie du Kasaï devrait être implantée à Katenda, une localité du territoire de Miabi, au Kasaï oriental, à quelques heures de route de Mbuji-Mayi. Ici, le sac de ciment gris titille les 50 dollars, contre environ 10 dollars à Kinshasa. Le Grand Kasaï est, en effet, l’une des régions les moins loties en infrastructures à cause des difficultés d’approvisionnement en ciment. Il est plus facile d’emmener du ciment à Kisangani, à plus de 700 km de la capitale, par voie fluviale, qu’à Mbuji-Mayi, située à près de 350 km de la capitale, mais la route nationale RN1 qui relie les deux villes est cahoteuse, surtout en ce temps de saison des pluies, entre Kananga et Mbuji-Mayi.

– Ravitaillement –

Il y a encore quelques années, du temps du régime de la Transition dit « 1+4 », un opérateur économique de Mbuji-Mayi, Kalambayi wa Nzevu, avait relevé un pari fort osé : il a su emmener une bonne cargaison de divers produits manufacturés, notamment le ciment gris, dans la capitale diamantifère depuis Kinshasa par un débarcadère en passant par Kwamouth, les rivières Kasaï, Lukenie et Lubilanji, pour arriver au port de Ndomba, à 70 km de Mbuji-Mayi Centre.

L’homme d’affaires avait confié avoir fait des bonnes affaires. Mais l’apport de l’État n’avait pas suivi pour inciter d’autres opérateurs économiques à tenter l’aventure. Le balisage et le dragage des voies navigables relèvent bien souvent de l’exception que des obligations régaliennes de l’État. La construction d’une cimenterie dans la localité de Katanda sera donc un tournant majeur pour le BTP dans la région du Kasaï.

Par ailleurs, deux autres cimenteries sont en projet, l’une dans le Haut-Katanga et l’autre au Lualaba, deux provinces reliées au Grand Kasaï par voie ferrée. Ce qui préfigure d’une certaine concurrence sur le marché du ciment au Kasaï. Financé par la Banque africaine de développement (BAD) à travers le Projet d’appui au développement des infrastructures rurales (PADIR), le débarcadère de Kabeya Kamwanga, une bourgade de la province du Kasaï oriental, située sur la route Mbuji-Mayi-Kananga (200 km), ouvrirait le Grand Kasaï au fleuve Congo via la rivière Lubi, 134 km, et le fleuve Kasaï.

La concurrence a certainement une incidence sur le prix de vente et de revente. Même dans la partie est du pays, l’industrie du ciment enregistre un développement considérable. Fin 2018, l’Est comptait encore une seule cimenterie qui produisait en quantité insuffisante, donnant ainsi lieu à des spéculations sur le prix de ce produit sur le marché local. Actuellement, cette partie du pays en compte deux qui fonctionnent et une troisième en voie de réhabilitation.

Le secteur des bâtiments et travaux publics se reprend après une décote de -0,7 points sur la croissance en RDC depuis 7 ans. Dans la foulée, le nombre d’entreprises de construction est en nette augmentation depuis 2018. Selon les estimations de la Commission des études statistiques et des comptes nationaux (CESCN), le secteur secondaire connaîtra, en effet, une performance qui sera essentiellement due à la bonne tenue attendue de la branche « Bâtiments et Travaux publics ».

L’entrée en production de deux nouvelles cimenteries, aura été déterminante pour le secteur du génie civil, selon la CESCN. Ces cimenteries devraient produire à terme 2,2 millions de tonnes de ciment par an, à raison de 1,0 million pour le PPC Barnet et 1,2 million pour la Cimenterie Kongo (CIMKO). Selon les chiffres officiels, le besoin en ciment gris en RDC est estimé à environ 3 millions de tonnes par an, la production locale annuelle qui ne dépassait guère les 500 mille tonnes, titillerait les 3 millions de tonnes à ce jour. Au moins 16 projets de construction de cimenterie existent au Kongo central, notamment dans la région de Matadi, de Kasangulu et Songololo.

Pour ce faire, la Société nationale d’électricité (SNEL) devrait également renforcer et porter à 100 MW la capacité du poste de Kwilu, sur la ligne très haute tension Inga-Kinshasa. Ce poste reçoit, en effet, du courant de deux centrales hydroélectriques d’Inga. La renforcement de la puissance du poste de Kwilu a permis également de fournir une énergie stable et suffisante aux entreprises de la région dont les cimenteries de CILU (Cimenterie de Lukala), la CIMKO (Cimenterie du Kongo) et la cimenterie PPC.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Un groupe de communicateurs de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) vient de décerner un diplôme de mérite au directeur général du Fonds de promotion de l’Industrie, Bertin Mudimu Tshisekedi pour ses performances. La cérémonie s’est déroulée vendredi à Kinshasa au siège de cet établissement public.


Société

La langue russe est la voie de l’amitié, confie un diplomate russe. L’apprentissage de cette langue suscite aujourd’hui de l’intérêt auprès des Congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,840.00 CDF
1 Euro3,093.04 CDF
1 Yuan391.39 CDF
1 FCFA 4,70 CDF

Appel d'offres

Liste restreinte : Partenaire facilitateur pour appuyer la Coordination Générale du Projet STAR-Est de la RDC dans la réalisation des activités des THIMO


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.