Le Direct
Radio

Tolbert Solo, la percée d’un génie de la guitare

Il récolte désormais les fruits de sa patience. Arrivé au sein de l’orchestre Wenge BCBG (Bon chic bon genre) en 2013, le talentueux guitariste, Duma Tuzolele Tolbert est devenu un pilier incontournable du groupe musical de JB Mpiana. Une percée digne d’un génie de la guitare.

Par Éric Kalemba

Tolbert Solo, guitariste et arrangeur de musique du groupe musical Wenge BCBG de l’artiste JB Mpiana. @Photo Ouragan.

publié le 19 avril 2024 à 04:11:00

Talent remarquable, le surnommé « Tolbert Solo » partage son parcours et dévoile à Ouragan les secrets de son rôle clé en tant que guitariste et arrangeur de musique. Une plongée fascinante dans l’univers musical de Wenge BCBG et découvrez comment ce virtuose de la guitare a gravi les échelons.

Ouragan : Quand avez-vous intégré Wenge BCBG et c’était par le canal de qui ?

Tolbert Solo : Je suis arrivé à BCBG vers la fin de l’année 2013. Je travaillais tout d’abord comme un artiste libre. J’ai connu quelques artistes chez mon papa Sec Bidens, Je partais souvent chez lui pour parfaire mon savoir, car il est parmi les meilleurs arrangeurs que compte notre beau pays. Alors un jour, j’ai eu la chance de rencontrer le grand King Kester Emeneya qui, après avoir écouté ma façon de jouer, m’avait beaucoup apprécié et conseillé d’intégrer le clan wenge car il jugeait que c’est là-bas que mon style correspond.

Avez-vous déjà joué dans un autre orchestre hormis le BCBG ?

Je dirais oui. J’ai eu à collaborer avec beaucoup d’artistes, notamment King Kester Emeneya, Kabose Bulembi, Marie Misamu, Baby Ndombe et tant d’autres…

Parlez-nous un peu de tes débuts en tant que guitariste ?

Je viens d’une famille où il y a de nombreux artistes, j’ai cité ici, le père Sek Bidens qui est le frère de mon père, mes grands frères Théo et Leny Bidens. J’ai beaucoup appris aux côtés d’eux. J’ai fait mes débuts à l’Église protestante de Matadi connue ici chez nous comme « Misioni » où priaient mes parents d’heureuse mémoire avant d’aller à l’Institut national des arts (INA) puis à l’Institut supérieur d’informatique, programmation et d’analyse (ISIPA) pour acquérir encore plus d’expérience.

De 2013 jusqu’à nos jours, tout n’était pas rose non plus, l’idée de quitter BCBG ne t’a pas traversé la tête malgré les départs de certains de tes collègues ? Est-ce que JB Mpiana t’avait promis le voyage en Europe ou une voiture pour te convaincre de rester ?

Non (rires)… Vous savez, je vais vous raconter une anecdote. Un jour, on avait un concert au Shark club dans la commune de la Gombe. J’avais mobilisé mes gars sûrs et je savais que j’allais prester mais à ma grande surprise, je vais rester sur la touche. Quelle honte ! Et ça s’est répété plus d’une fois. Avec tout ça, si tu n’es pas fort mentalement tu vas quitter et peut-être même passer à côté de ta carrière. Je savais que mon tour viendra parce que quand il s’agit de bosser, je bosse dur et le professeur Jules Kibens, notre directeur artistique n’arrêtait pas de me le dire : “Duma continue comme ça, Papa chéri aime le bosseur. Il voit ton travail”.

Vous souvenez-vous encore de votre première prestation ?

C’était lors d’un concert populaire. J’étais sur le podium mais derrière les instrumentistes. Le boss m’a appelé et m’a présenté devant le public en disant : « Je vous présente notre soliste Tolbert Solo, boyoka ye nanu soki bo sepeli na ye toko pesa ye chance » (entendez : Écoutez-le d’abord et si vous le confirmez, il aura sa chance). C’est là que je me suis déchaîné et que le public n’arrêtait de scander mon nom. Tout est parti ce jour-là. Et j’avais directement pris la charge de deux génériques (Je ne te calcule pas et Échauffement) et une chanson (Correction) de notre maxi-single intitulé aussi « Je ne te calcule pas ». Vous avez tous entendu comment « Mukulu » (JB Mpiana) m’avait dédicacé dans la chanson « Correction » : « Tolbert Solo betela ngai lindanda wana à connaît pas, à demander muana oyo aye na ngenge mosusu ».

Dans l’album “Balle de match” avez-vous signé une chanson ?

L’album Balle de match comprend 3 volumes, le premier et le deuxième sont disponibles depuis plusieurs mois. Ma chanson figure dans le troisième volume qui sera bientôt largué sur le marché.
Je garde le suspens pour la date de la sortie de notre troisième volume car ce pouvoir de dévoiler la date revient au boss lui-même. Soyez sûr, il y aura beaucoup de belles mélodies et surtout de la rumba mature. Mais j’ai joué dans plusieurs titres de cet album en commençant par « Zebuka », une mélodie que personne ne peut s’en passer.

D’où tirez-vous vos inspirations ?

J’écoute beaucoup la musique étrangère, du gospel, le jazz, Rock ‘n’ roll et tant d’autres. J’essaie de reproduire ces sons autrement en ajoutant ma touche. J’ai surtout ma source d’inspiration, le vieux Sec Bidens Munganga, que je visite souvent pour profiter de ses conseils. Il y a aussi les aînés comme Alain Makaba, Ficarré Mwamba, Burkina-Faso Mboka Liya, Rigo Star, Roxy Tshimpaka sans oublier Patient Kusangila.

Des bons et mauvais souvenirs ?

Les mauvais souvenirs, premièrement, c’est la disparition de mes parents. Mon père est décédé en 2015, cette mauvaise nouvelle m’était arrivée pendant que j’étais sur le podium et ma mère est morte deux ans après. Une disparition que je n’ai pas réussi à surmonter. Les bons souvenirs sont énormes. J’ai conduit ma première voiture ici, j’ai une nouvelle famille, je voyage un peu partout à travers le monde grâce à JB Mpiana. Et le meilleur est encore à venir.

Que dites-vous aux jeunes artistes qui veulent s’engager dans la musique ?

Qu’ils soient vraiment patients. La musique demande un grand travail, beaucoup d’efforts et de sacrifices. Pour les uns, la carrière peut décoller dès l’entame et pour les autres, ça peut prendre beaucoup de temps que prévu mais ne vous précipitez pas au point de faire des mauvais choix. Le vrai fétiche, c’est le travail.

Un message à vos fans ?

À tous les fans de BCBG et ceux qui aiment Tolbert Solo, je vous dis merci pour la confiance que vous nous faites. Continuez à consommer votre opus Balle de match et à très bientôt pour le 3ème volume que vous allez encore savourer. Un grand merci aussi à mon patron JB Mpiana pour tout ce qu’il fait pour moi et pour l’ensemble du groupe.

Propos recueillis par Eric Kalemba

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Un groupe de communicateurs de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) vient de décerner un diplôme de mérite au directeur général du Fonds de promotion de l’Industrie, Bertin Mudimu Tshisekedi pour ses performances. La cérémonie s’est déroulée vendredi à Kinshasa au siège de cet établissement public.


Société

La langue russe est la voie de l’amitié, confie un diplomate russe. L’apprentissage de cette langue suscite aujourd’hui de l’intérêt auprès des Congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,840.00 CDF
1 Euro3,093.04 CDF
1 Yuan391.39 CDF
1 FCFA 4,70 CDF

Appel d'offres

Liste restreinte : Partenaire facilitateur pour appuyer la Coordination Générale du Projet STAR-Est de la RDC dans la réalisation des activités des THIMO


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.