Le Direct
Radio

Sur les traces du PPRD, Kabuya tente d’imposer aux élus Udps son ticket à la tête de la capitale

Comme un air de déjà vu. A l’époque, le tout puissant Ramazani Shadary tonnait pour imposer aux élus le ticket PPRD au gouvernorat du Kongo central et ailleurs. Mais, l’ex-parti présidentiel mordait la poussière. Aujourd’hui, Augustin Kabuya ressuscite les mêmes vielles pratiques longtemps décriées.

Par Kokolo Jean

Augustin Kabuya, secrétaire général de l’Udps. @Photo Droits tiers.

publié le 13 avril 2024 à 11:35:34

Le secrétaire général de l’UDPS a pesté vendredi, tard dans la soirée, obligeant aux députés provinciaux de Kinshasa de l’Udps et alliés, réunis au fleuve Congo Hôtel de voter son ticket. Menaces, intimidations, excès de langage qui ont paru aux yeux des concernés comme un pétard mouillé. Il a oublié que l’Udps avait débauché les députés de Kabila à l’Assemblée nationale pour constituer sa majorité lors de la législature passée et que la Cour constitutionnelle avait déjà autorisé le vagabondage politique, rappelle un élu du parti au pouvoir.

Dans ces tourments, Kabuya semble être dépassé par les événements. Il n’est pas convaincu que le ticket de son parti fait l’unanimité. Le profil du candidat gouverneur ne convainc pas les élus. Le casting a été mauvais. Pour prévenir l’échec qui se profile, le gardien du temple a choisi d’utiliser la force pour dissuader les députés provinciaux. Ordre leur a été ainsi donné de respecter les consignes de vote pour l’élection des membres du bureau de l’Assemblée provinciale de Kinshasa comme aussi pour le candidat gouverneur et son colistier de Kinshasa.

Faute pour les élus d’obtempérer à cet ordre visiblement illégal et anticonstitutionnel, le chef du parti présidentiel menace de les faire invalider. Cette approche lui vaut le plus de critiques. “Une vaste blague”, se sont moqués sous cap les participants qui promettent de faire le choix de la raison pour ne pas retomber dans les erreurs du passé. Les exemples de Ngobila et Kimbuta en sont une parfaite illustration.

«Il nous a promis d’user de toute son influence pour bloquer les carrières politiques des uns et des autres, et même, de nous faire invalider par la justice s’il le faut, avant de nous faire remplacer par nos suppléants», a laissé entendre un député provincial de l’Udps, sous le sceau de l’anonymat.

Kabuya ne s’est pas arrêté là. Il a ordonné aux autres candidats indépendants de souche Udps de se retirer de la course au gouvernorat et au bureau de l’Assemblée provinciale, pour laisser un boulevard aux tickets du parti de gagner les deux batailles le 18 et le 29 avril. Du point de vue de la loi, le diktat de Kabuya est une “violation flagrante du droit de vote protégé par la Constitution, en son article 23”, qui garantit la liberté d’expression, hurle un autre député provincial, opposé au système d’imposition.

La Constitution en son article 28 donne la liberté aux députés de faire leur choix en âme et conscience. Le texte les encourage à boycotter tout ordre illégal.

“Nul n’est tenu d’exécuter un ordre manifestement illégal”, rappelle un cadre du parti présidentiel, qui explique que “tout agent de l’Etat est délié du devoir d’obéissance, lorsque l’ordre reçu constitue une atteinte manifeste au respect des droits de l’homme et des libertés publiques et des bonnes mœurs”.

Dans ce bras de fer, le secrétaire général de l’Udps a peu de chances de l’emporter. De toutes les façons, il ne sera pas à côté des isoloirs pour faire exécuter son ordre illégal. Les indices de la défaite du parti présidentiel à Kinshasa sont visibles et Kabuya doit tirer les leçons. “Persister dans son forcing va le pousser à se cogner au mur”, a averti un dirigeant de l’Union sacrée.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Grâce au protocole d’accord signé entre l’Agence pour le développement et la promotion du projet grand Inga (ADPI-RDC) et la société natural oilfield service limited (NOFLS), il sera construit, dans les mois à venir, un barrage d’une capacité minimale de 7000 MW sur un potentiel de 42000 MW.


Économie

Une décision est attendue sur la situation de la sous-traitance au sein du groupe ERG. Le CEO de Eurasian Ressources Group ERG et le directeur général de l’ARSP, Miguel Kashal Katemb, ont eu des échanges fructueux autour de la situation de la sous-traitance au sein de cette entreprise minière multinationale.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,780.00 CDF
1 Euro3,021.86 CDF
1 Yuan384.38 CDF
1 FCFA4,13665 CDF

Appel d'offres

Acquisition de 13 véhicules pour la Coordination de l’UC-PIF et ses Antennes Provinciales


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.