Le Direct
Radio

Péages route Matadi : ACGT, rififi sur un deal de plus de 50 millions $ l’an

Il y a 8 mois, le ministre des ITPR, Alexis Gisaro, avait exigé à l’Agence congolaise de grands travaux (ACGT) et à l’Office des routes (OR) d’évaluer les revenus réalisés par la Société congolaise des péages (SOCOPE), un opérateur privé chinois, sur la route nationale n°1 Kinshasa-Matadi, après 8 ans de prestation.

Par Pold Levi Maweja

Un poste de péage sur la route nationale n°1 Kinshasa-Matadi. @ Photo Droits tiers.

publié le 9 avril 2024 à 04:57:00

Selon des sources à l’OR, les péages sur l’axe Kin-Matadi rapporteraient, au bas mot, 50 millions de dollars l’an. Pour les associations de la société civile, les péages avec les intenses trafics de nuit devraient réaliser au moins 100 millions de dollars des revenus, chaque année. Mais d’après l’ACGT, les péages, c’est en moyenne 35 millions de dollars l’an, même si chez Nico Nzau Nzau, on reconnaît qu’en 2018, Socope avait réalisé 48 millions de dollars dont une partie a permis de réfectionner la route By-pass qui est un appendice de la RN1 ainsi que la route de Mitendi.

Axe stratégique, la route nationale RN1 Kinshasa-Matadi, longue de 357 km, relie le port éponyme dans la province du Kongo central, point d’entrée et de sortie commercial et industriel du pays.

La route à péage est gérée par l’entité privée SOCOPE (Société congolaise des péages). En 2018, avant le Covid, elle a généré pas moins de 43 millions de dollars, des recettes record, pour le gouvernement qui se sert de l’argent pour réinvestir dans les infrastructures via l’Agence congolaise des grands travaux (ACGT).

En vue de fluidifier le trafic, passer de deux à quatre bandes, et augmenter les revenus annuels, le 7 février 2024, l’ACGT a, en effet, attribué le marché provisoire d’automatisation des péages au Groupement Cool &Care et SK Technologies pour un montant d’environ 6,9 millions $ hors taxes.
Cool &Care est dirigé à Kinshasa par Minesh Patel, alors que SK Technologies basée en Afrique du Sud est dirigée par Ryan Sampson et Jacques Kruger.

Mais, le marché quoiqu’encore provisoire, a été attaqué auprès du régulateur des marchés publics, l’ARMP, par un concurrent de taille, l’Institute Mihajlo Pupin. La firme installée à Belgrade, en Serbie, a posé des équipements des péages dans le Grand Katanga, notamment sur la route Lubumbashi-Likasi-Kolwezi ou encore Lubumbashi-Kasumbalesa. Et dans sa décision avant dire droit, le Comité de règlement des différends (CDR) a non seulement gelé le marché provisoire accordé à Cool&Care et SK Technologies, mais s’est engagé à réétudier la plainte de la firme serbe à partir d’hier lundi 8 avril 2024. Dans l’entre-temps, quoique partant, et en ballotage très défavorable pour se succéder à lui-même, Alexis Gisaro, par l’entremise de son Dircab, Chrysostome Ila Ngongo, directeur de cabinet du ministre, poursuit l’évaluation du contrat de concession accordé à Socope.

Début mars 2024, les travaux se sont, en effet, déroulés dans la salle de réunion de l’immeuble Likasi, siège de l’ACGT, en sa qualité de maître d’ouvrage délégué du ministère des ITP pour les routes concédées. Les experts du secrétariat général aux ITP, de l’Office des routes, de l’ACGT, du ministère des ITP ainsi que ceux de deux provinces bénéficiaires de cette route qui sont Kinshasa et le Kongo central, ont pris part aux réunions qui ont consisté à évaluer les recettes engrangées par les péages de la route concédée, par rapport aux travaux exécutés sur l’axe, pour déduire le reste de la dette due au concessionnaire.

Aucun chiffre n’a fuité de la réunion. Ni le ministère des ITPR, ni l’OR moins encore l’ACGT n’ont rendu public le montant que l’État doit au concessionnaire Socope et à quel titre! Sinon que tous les experts sont tombés d’accord sur la totalité des aménagements à faire sur le partenariat entre la RDC et Socope, rapporte la cellule de communication de l’ACGT. Et clôturant les travaux, Nico Nzau, DG de l’ACGT, s’est félicité, lui seul sait pourquoi, de la qualité du travail abattu : « soyez tous fiers, a-t-il déclaré, de ce travail que vous avez réalisé pour la République car le rapport d’évaluation et ces conclusions font partie intégrante des documents officiels de la concession Kinshasa-Matadi ».

En tous cas, le moins que l’on puisse dire, les usagers de la RN1 tronçon Kinshasa-Matadi n’ont pas de quoi être fiers, surtout par ce temps de pluies, la voie est glissante, dépourvue d’éclairage. Et par endroits, il faut rouler en sens contraire pour éviter un tonneau. Le prochain ministre des ITPR a du pain sur la planche.

La nationale n° 1 est une route étroite et dangereuse que les camions d’un autre âge empruntent quotidiennement, à leur risque et péril, de Matadi à Kinshasa, la capitale aux 10 millions d’habitants.

Les accidents sont très fréquents sur cette route, aux dires d’un activiste de la société civile, qui déplore “des morts par semaine”. Pour preuve, les dizaines de carcasses de véhicules cabossés ou calcinés gisant en contrebas de cette route qui tue plus que les groupes rebelles armés, selon lui.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Lors de la première audience publique le 14 juin devant le tribunal militaire, Maître Carlos Ngwapitshi, l’avocat de Jean-Jacques Wondo avait plaidé pour une remise en liberté provisoire de son client, évoquant notamment l’absence de risque de fuite ou encore son état de santé.


Nation

La société turque Milvest du chairman Turhan Mildon est au cœur d’un scandale que s’apprêtent à dévoiler des lanceurs d’alerte. Elle ruinerait l’État congolais, selon un passage d’une enquête ayant fuité sur les réseaux sociaux.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,834.00 CDF
1 Euro3,039.75 CDF
1 Yuan390.40 CDF
1 FCFA4,63 CDF

Appel d'offres

Acquisition de mobilier et équipement de bureau au profit de la DANTIC


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.