Le Direct
Radio

Kinshasa-Kigali, le risque d’une guerre plus proche que jamais (analystes)

Tous les signaux sont au rouge. Le Rwanda a déployé environ 3000 soldats dans l’est de la RDC, ont indiqué 3 sources officielles occidentales à l’agence de presse Bloomberg.

Par Patrick Mputu

Kinshasa reproche à Kigali son soutien au M23 majoritairement tutsi, Kigali accusant Kinshasa de collusion avec les FDLR, un groupe armé d’origine hutu rwandaise @Photo Droit tiers.

publié le 21 avril 2024 à 11:59:25

Les instructeurs de Kagame y entraînent notamment les rebelles M23 dans un camp isolé près de la frontière, selon 5 anciens combattants qui ont été entraînés dans ce camp. « Le gouvernement rwandais a fourni une quantité d’armes sans précédent aux rebelles, qui sèment la mort et la destruction dans l’est du Congo-Kinshasa depuis de longs mois. Il s’agit notamment de drones, de lance-grenades de fabrication israélienne, de brouilleurs anti-drones et de lance-grenades antichars de fabrication russe », a appris Bloomberg auprès d’enquêteurs de l’ONU et via des données partagées par un fournisseur de services militaires engagé par l’armée congolaise.

Selon les mêmes sources, les FARDC s’appuient sur des mercenaires étrangers, des milices et des groupes d’autodéfense armés qui sont eux aussi accusés de commettre des atrocités. D’ailleurs, l’influent cardinal Ambongo l’a qualifié « de choix dangereux » lors d’une interview accordée à l’Agence d’information Fides au Vatican.

Au lieu de renforcer l’armée régulière avec des soldats bien formés, le gouvernement congolais a choisi d’outiller des groupes armés qui finissent par devenir un danger, a vociféré le prince de l’Église. En effet, a-t-il déploré, l’exécutif congolais croyait que ces troupes allaient combattre aux côtés de l’armée contre la rébellion du M23.

Comme d’autres analystes, l’archevêque métropolitain de Kinshasa craint une insécurité généralisée dans l’est de la RDC car la situation de la ville de Goma au Nord-Kivu est grave. “En effet, le gouvernement a distribué des armes supplémentaires à divers groupes armés, comme les Wazalendo, mais aussi aux FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda, groupe fondé au début des années 2000 par les survivants de l’ancien régime hutu rwandais, ndlr), en espérant que ces groupes soutiendraient l’armée face à l’avancée du M23. Tous ces mouvements sont aujourd’hui bien armés et c’est la population qui en paie le prix, générant toutefois un risque d’insécurité généralisée”, a râlé le prélat depuis Rome où il est en mission pastorale.

– Bientôt la guerre ouverte? –

Nous n’avons jamais été aussi proches d’une véritable guerre entre le Rwanda et le Congo”, craint l’analyste Stéphanie Wolters, de l’Institut sud-africain des affaires internationales, cité par la RTBF. « Tous les voyants sont au rouge, c’est très inquiétant pour l’est du Congo et le reste de la région .

En octobre 2023 déjà, l’ONU s’était inquiétée d’un risque de “confrontation directe” entre la RDC et le Rwanda, deux pays à couteaux tirés depuis la réapparition fin 2021 dans l’est congolais de la rébellion du M23. Huang Xia, envoyé spécial du secrétaire général de Nations unies dans la région des Grands Lacs, l’avait souligné lors d’une réunion du Conseil de sécurité.

Le patron de l’organisation internationale, Antonio Guterres lui-même l’avait aussi évoqué quelques mois avant dans un rapport sur la situation en RDC. “Le risque d’une confrontation directe entre la RDC et le Rwanda, qui continuent de s’accuser mutuellement de soutenir des groupes armés (…) est bien réel”, s’était inquiété M. Xia, relevant que “la situation sur les plans sécuritaire ou humanitaire, ne s’est pas du tout améliorée, au contraire”.

– 30 ans des violences –

L’est de la RDC est en proie depuis près de 30 ans aux violences de nombreux groupes armés, hérités pour beaucoup de conflits régionaux des années 1990-2000. Les Nations unies sont depuis 1999 dans le pays avec une force (la Monusco) comptant encore quelque 14 000 soldats dont Kinshasa les accuse d’inefficacité. La force de l’ONU a débuté son retrait progressif en décembre 2023.

Depuis plusieurs mois maintenant, Kinshasa reproche à Kigali son soutien à cette rébellion majoritairement tutsie. A son tour, Kigali accuse Kinshasa de collusion avec les FDLR, un groupe armé d’origine hutu rwandaise.

La présence de troupes et de matériel rwandais dans l’est de la RDC est documentée, depuis des mois, par plusieurs rapports émis par des experts de l’ONU. Les rebelles du M23 se sont emparés de plusieurs pans du terroire du Nord-Kivu qu’ils continuent d’occuper illégalement.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Afin de vulgariser la langue, la culture et la littérature russes, l’ambassadeur de la Fédération de Russie au Congo-Kinshasa a lancé jeudi la semaine de la langue russe à l’université libre de Kinshasa (ULK) en présence de l’équipe dirigeante de cette alma mater.


Humanitaire

Le Collectif “SOS RD Congo pour Goma 2024” a récemment lancé une collecte de dons en nature et financiers pour venir en aide aux déplacés situés dans la périphérie de Goma. La première phase qui a pris fin le 7 avril, a permis de rassembler une quantité considérable de vêtements, chaussures, médicaments et de denrées alimentaires.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,780.00 CDF
1 Euro3,021.86 CDF
1 Yuan384.38 CDF
1 FCFA4,13665 CDF

Appel d'offres

Acquisition de 13 véhicules pour la Coordination de l’UC-PIF et ses Antennes Provinciales


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.