Le Direct
Radio

Gabon : sept mois après le coup d’Etat, des assises pour préparer des élections

Sept mois après le coup d’Etat militaire ayant mis fin à 55 ans de “dynastie Bongo”, le nouvel homme fort du Gabon, le général Brice Oligui Nguema, lance mardi un Dialogue national inclusif (DNI) d’un mois, censé préparer des élections en 2025.

Par AFP

Vue générale d’un journal dans un kiosque à Libreville le 7 septembre 2023. – A l’aube d’un dialogue national promis au Gabon par les militaires qui ont mis fin il y a sept mois aux 55 ans de la « dynastie Bongo » , une partie de la jeunesse espère peser sur la consultation et contribuer au « changement » de leur pays @Photo par AFP.

publié le 2 avril 2024 à 07:52:00

Le respect, jusqu’ici, d’un calendrier de deux ans pour rendre le pouvoir aux civils est salué par la communauté internationale et une grande majorité de Gabonais, pour qui le président de transition Oligui est un “héros” qui les a sauvés d’un régime “corrompu”.

Mais des voix s’élèvent pour fustiger un dialogue “entre soi” qui pavera une voie royale au général vers la présidentielle.

La cérémonie d’ouverture de cette “consultation de toutes les forces vives de la nation” doit avoir lieu au Palais des Sports, au centre de Libreville, mais les travaux des 580 participants nommés par M. Oligui débuteront mercredi au Stade de l’Amitié sino-gabonaise à Angondjé, dans la banlieue de la capitale.

Ces dernières semaines, les appels à reporter le DNI étaient quasi quotidiens dans la presse indépendante et dans la petite frange de l’ex-opposition qui n’a pas rallié le pouvoir militaire.

Organisation “unilatérale” – En cause, d’abord, une organisation “unilatérale” et la part belle, parmi les 580 participants, faite aux militaires et aux institutions de transition nommées par le chef de l’Etat : gouvernement, députés, sénateurs, certains conseils municipaux et départementaux, etc.

Si l’on inclut les 104 militaires nommés par le général Oligui, plus de 300 participants sont de facto issus d’administrations et institutions nommées par ou favorables aux autorités militaires de transition. Dans lesquelles ont été maintenus de très nombreux caciques des régimes d’Omar Bongo, président pendant 41 ans, et de son fils Ali (plus de 14 ans).

Ce dernier, qui avait succédé à son père en 2009, a été renversé par les militaires qui reprochaient à son entourage familial et proche d’avoir fraudé sans retenue à la présidentielle du 26 août et d’avoir pillé le pays en détournant massivement des fonds publics.

Le chef de l’Etat a également choisi, pour participer au DNI, une parmi quatre personnes proposées par chacun des 104 partis légalement reconnus, dont une immense majorité a fait allégeance au général.

Sur 580 participants, restent donc 217 représentants de la société civile (patronat, syndicats, retraités, jeunes, handicapés, ONG, cultes…), tous également nommés par décret du président mais pas forcément tous dans son camp.

Cette procédure de désignation “n’est pas respectueuse de la démocratie”, s’insurge Anges Kevin Nzigou, un virulent opposant aux régimes Bongo et Oligui, secrétaire exécutif du Parti pour le changement (PLC), pour qui le pouvoir militaire “démontre sa volonté de contrôler de bout en bout le débat”.

“Organiser un dialogue et choisir qui vient, c’est un peu comme avoir défini ce qui va être dit”, renchérit Guy Pambo Mihindou, chercheur en sciences politiques à l’université de Libreville.

Les modalités de consultation du peuple promises par le général Oligui, au moyen d’un appel à contribution lancé en octobre jusqu’aux villages les plus reculés, sont également discutées.

Pas contraignant – Selon le gouvernement, 38.000 doléances et suggestions ont été recueillies parmi les 2 millions d’habitants de ce petit pays d’Afrique centrale riche en pétrole. Elles devaient être synthétisées pour servir de base aux travaux du DNI, mais aucune synthèse n’a été publiée à ce jour.

Le dialogue national n’étant pas “souverain”, ses résolutions ne seront pas contraignantes, considèrent aussi ses détracteurs, notamment pour la nouvelle Constitution qui sera élaborée par les députés et sénateurs nommés par le général Oligui et soumis à référendum.

Enfin, les chagrins se concentrent sur l’avenir du chef de l’Etat : la charte de transition dictée après le putsch interdit la présidentielle de 2025 à tous les cadres des institutions de transition, à l’exception… du président Oligui.

Un DNI “phagocyté” par les thuriféraires du régime militaire ne remettra pas en cause cette disposition, considère l’opposition et les médias non gouvernementaux.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Grâce au protocole d’accord signé entre l’Agence pour le développement et la promotion du projet grand Inga (ADPI-RDC) et la société natural oilfield service limited (NOFLS), il sera construit, dans les mois à venir, un barrage d’une capacité minimale de 7000 MW sur un potentiel de 42000 MW.


Économie

Une décision est attendue sur la situation de la sous-traitance au sein du groupe ERG. Le CEO de Eurasian Ressources Group ERG et le directeur général de l’ARSP, Miguel Kashal Katemb, ont eu des échanges fructueux autour de la situation de la sous-traitance au sein de cette entreprise minière multinationale.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,780.00 CDF
1 Euro3,021.86 CDF
1 Yuan384.38 CDF
1 FCFA4,13665 CDF

Appel d'offres

Acquisition de 13 véhicules pour la Coordination de l’UC-PIF et ses Antennes Provinciales


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.