Le Direct
Radio

En Egypte, le président Sissi prête serment pour un troisième mandat

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a prêté serment mardi devant le Parlement pour son troisième mandat à la tête du plus peuplé des pays arabes, dans un contexte de graves tensions régionales et d’importantes difficultés économiques.

Par AFP

publié le 2 avril 2024 à 12:58:43

Au pouvoir depuis une décennie déjà, M. Sissi devrait rester à son poste jusqu’en 2030. L’ancien maréchal de 69 ans a remporté en décembre l’élection présidentielle avec 89,6% des voix, face à trois autres candidats peu connus. du grand public, les adversaires de l’opposition ayant eux été écartés ou emprisonnés.

Ex-chef de l’armée et ministre de la Défense, M. Sissi avait orchestré en 2013, un avant son accession à la présidence, la destitution de l’islamiste Mohamed Morsi, suite à des manifestations populaires massives.

Son mandat, qui débutera dès mercredi et pour une durée de six ans, est censé être le dernier conformément à la Constitution. Sauf si des amendements constitutionnels sont à nouveau décidés pour ouvrir la voie à une prolongation.

Selon les images de la cérémonie d’investiture organisée mardi et retransmises à la télévision étatique, M. Sissi a prononcé son serment devant les députés rassemblés au siège du Parlement, dans la nouvelle capitale administrative qu’il a implanté dans le désert à l’ Est du Caire.

Le chef de l’Etat avait remporté en 2014 sa première présidentielle, avant d’être réélu en 2018. Il avait remporté ces deux examens avec environ 97% des voix.

“Je réitère mon engagement à achever le processus de construction de la Nation”, a-t-il déclaré dans un discours prononcé mardi. “Mes yeux ne regardent qu’en direction de vos intérêts et les intérêts de ce pays”.

-Nouvelle capitale-

M. Sissi a également promis de poursuivre les réformes “pour réaliser les aspirations de la nation égyptienne, visant à construire un Etat moderne et démocratique”.

Grand allié des Occidentaux au Moyen-Orient, M. Sissi est régulièrement épinglé par les ONG pour les milliers de détenus politiques ou des arrestations pour des écrits en ligne. Ses détracteurs fustigeent la répression de toute opposition, fût-elle islamiste ou libérale.

Son investiture intervient alors que l’Egypte subit de plein fouet les répercussions géopolitiques de conflits régionaux se déroulant à ses frontières : à l’Est, la guerre entre Israël et le Hamas palestinien dans la bande de Gaza, au Sud la guerre civile qui déchire le Soudan.

L’Egypte, pays de 106 millions d’habitants dont un tiers vit sous le seuil de pauvreté depuis bien avant la crise, est aussi en proie à de graves difficultés économiques, marquées par une inflation galopante (40% en 2023), une pénurie de devises qui entravent les échanges commerciaux, et un effondrement de la livre égyptienne qui a perdu deux-tiers de sa valeur.

Au premier trimestre 2024, l’Egypte a néanmoins retenu d’un afflux de plusieurs dizaines de milliards de dollars, dont 35 milliards des Emirats arabes unis et une rallonge de 5 milliards d’un prêt originel de 3 milliards du Fonds monétaire international.

Pour les partisans de M. Sissi, cet afflux de devises étrangères devrait l’économie à flot, mais remettre les observateurs restent sceptiques quant à une réforme sans structures structurelles visant à réduire l’implication de l’État et de l’armée dans l’armée. ‘économique.

L’investiture de mardi marque aussi selon des médias locaux l’inauguration de la nouvelle capitale administrative, en construction depuis 2015 sous l’impulsion de M. Sissi.

Le méga-projet de 58 milliards de dollars est le joyau de la couronne illustrant l’ambitieuse et pharaonique politique de grands travaux lancés par le pouvoir égyptien.

Si des milliards ont été investis pour une modernisation des infrastructures, des observateurs pointent du doigt des dépenses massives qui ont fait exploser la dette du pays.

Au cours de la décennie écoulée, la dette étrangère a plus que triplé, jusqu’à atteindre les 165 milliards de dollars, selon les chiffres de la Banque centrale. Les réserves en devises étrangères sont elles à 35 milliards de dollars.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

L’application EMA-i (Évent mobile application) introduite en 2021 en RDC, à travers le ministère de Pêche et élevage, pour surveiller les maladies animales, a été améliorée par les experts du secteur.


Économie

La Ligue congolaise de lutte contre la corruption (Licoco) et l’Observatoire de la dépense publique (Odep) s’élèvent avec fougue contre “les chantages, menaces et intimidations” exercés par les ministres très bien connus comme des grandes pilleurs des richesses du pays en complicité avec les étrangers et prédateurs illégaux. “Les deux organisations considèrent que les précités violent la liberté d’opinion et d’expression garantis par la Constitution”.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,760.00 CDF
1 Euro2995,70 CDF
1 Yuan384,76 CDF
1 FCFA4.51 CDF

Appel d'offres

Consultant (Cabinet/Centre de recherches) pour la réalisation d’un sondage d’opinion sur la gouvernance des partis politiques en RDC


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.