Le Direct
Radio

Barrage de Busanga, des raccordements politiques décriés

Pour ne pas saper l’élogieux travail de l’IGF dans la révision du contrat chinois, Félix Tshisekedi devrait s’engager pour la publication sans délai des conventions renégociées avec le consortium des entreprises chinoises sur la centrale hydroélectrique de Busanga, dans le Lualaba, gérée par la société d’économie mixte, Sicohydro.

Par Pold Levi Maweja

Le barrage de Busanga, un projet important pour l’électrification du pays. @ Photo Droits tiers.

publié le 9 avril 2024 à 04:48:00

La cheffe du gouvernement congolais, Judith Sumimwa Tuluka, devrait s’employer pour établir un quota ou un pourcentage de la puissance électrique que chaque nouvelle entreprise d’électricité doit réserver pour la consommation locale, de sorte à accélérer le droit d’accès à l’énergie par des nouveaux projets et d’exiger que Sicohydro cède 24 MW de la production de Busanga à la province du Lualaba.

Les organisations membres du Réseau Mwangaza (Lumière en Swahili) qui font ces recommandations, demandent également au gouvernement “d’éclairer l’opinion publique sur le sort de l’entreprise Congo management (Coman) détentrice de 15% de part dans le projet Busanga du temps du régime Kabila.

Mwangaza exige de l’exécutif congolais, plus de transparence et de redevabilité par rapport aux conclusions définitives, découlant de la renégociation menée par l’IGF, des conventions signées avec le consortium des entreprises chinoises en date du 8 avril 2008 d’une valeur de 6 milliards de dollars et avec la signature d’un nouvel avenant pour une durée de dix-sept ans. Mwangaza veut savoir davantage sur les amendements apportés à ces conversations et quel est l’apport de nouvelles clauses vis-à-vis du droit d’accès à l’électricité.

Qu’est-ce qui a réellement changé dans l’actionnariat de l’entreprise Sicohydro. Sachant que l’IGF a mentionné la revue à la hausse des parts sociales à raison de 40% pour la partie congolaise contre 60 % pour le consortium chinois, s’interroge la structure maniaque de la lumière. Et d’exiger au gouvernement de rendre publique l’entreprise ou entité qui va représenter les parts de l’État congolais, sachant que jusqu’en 2023, sur les 25% des parts que revenaient à l’État congolais dans la Sicohydro, 15 % étaient détenus par Congo management (Coman), une entité privée, qui n’avait rien à avoir avec l’État congolais, alors que la Gécamines détenait 7 % et la Snel 3 % seulement.

Le Réseau s’interroge pourquoi la Sicomines qui intervenait dans le projet Busanga comme actionnaire sans la Gécamines dont elle est filiale à 25 % ? Autre sujet ténébreux, pourquoi la Gécamines a été privée des dividendes de la Sicomines dans Sicohydro alors qu’elle (Gécamines) y détient des actions ?

L’organisation rappelle que selon le montage du projet hydroélectrique de Busanga, il était envisagé de produire 240 MW et environ 70 % de cette production devraient profiter à la Sicomines. “Mais aujourd’hui, on constate qu’une partie de la puissance produite est aussi fournie à la Compagnie minière de Musonoie, d’où la question de savoir pourquoi alors Sicohydro jouirait des exonérations et exemptions alors qu’il s’agit d’un opérateur électrique comme tout autre ?”, s’offusque le leadership de Mwangaza qui se demande si “la compagnie minière de Musonie bénéficie-t-elle de cette fourniture en raison de quelle convention ?”

– Un projet clair-obscur –

Les organisations membres du Réseau Mwangaza s’interrogent sur la pertinence même du projet Busanga vis-à-vis du développement local et national. “Jusqu’à son inauguration par le chef de l’État, il n’existe aucun plan ni programme qui démontre comment le projet hydroélectrique pourrait contribuer à l’électrification des populations environnantes ni à la province du Lualaba, alors que plus de 90 % de la population congolaise n’a pas accès à l’électricité. Par contre, à cause des travaux liés au remplissage du bassin de retenus de la centrale de Busanga, les villages Monga Lubuza, Kamalenge et 48 Heures ont été ravagées et détruites par Sicohydro et le gouvernement provincial, alors qu’en 2022, les populations des villages Wata-Malonda, Wafinya, Kabese, avaient perdu des espaces champêtres”.

Il se trouve que les habitations et les champs des populations locales ont totalement disparu sans indemnisation juste et équitable. Les recours de ces populations n’ont pas toujours trouvé satisfaction de la part de l’État congolais et du consortium des entreprises chinoises.

Aux pouvoirs publics, recommande Mwangaza, d’exiger un quota ou pourcentage de puissance électrique que les nouvelles entreprises d’électricité créées en partenariat avec la province doivent fournir à la consommation locale. Autres recommandations, la publication de tous les contrats de partenariat conclus entre la province et des opérateurs privés pour le développement du secteur de l’électricité en province ainsi que les conventions négociées et leurs avenants comme l’exige la loi. L’exécutif congolais doit pleinement jouer sa partition afin de ne pas ruiner et annihiler les efforts de traçabilité imprimée par l’IGF et Jules Alingete Key.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

L’Inspection générale des finances a été conviée à la 8e édition du forum Géoscience qui a eu lieu le jeudi 16 mai 2024 à l’université de Kinshasa. A cette occasion, l’inspecteur général des finances, chef de brigade des marchés publics, Gabriel Kabanangi, représentant le numéro un de l’IGF- Jules Alingete, a sensibilisé les étudiants de l’université de Kinshasa sur le travail abattu par le service de contrôle supérieur enraciner la bonne gouvernance au pays.


Aviation

La filiale Westminster Aviation Security Services va assurer la sûreté dans cinq aéroports congolais. Ouragan avait annoncé la nouvelle. Le contrat signé le 14 avril dernier entre la filiale britannique et le gouvernement congolais porte sur le financement, le développement, la maintenance, la formation et l’exploitation des services de sécurité dans les cinq aéroports congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,775.00 CDF
1 Euro2,992.28 CDF
1 Yuan383.56 CDF
1 FCFA4,13665 CDF

Appel d'offres

Acquisition de 26 Motos Tout terrain destinées aux Coordinations Provinciales du PADRIR


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.