Le Direct
Radio

Affaire Okende, une nouvelle plainte déposée par la famille

Une nouvelle plainte “contre inconnus” a été déposée lundi, à Kinshasa, par la famille de Chérubin Okende, l’opposant retrouvé mort en juillet dernier dans sa jeep, sur l’avenue des Poids lourds à Kinshasa. Ses proches contestent toujours la thèse du suicide avancée par le parquet, a annoncé son avocat.

Par Kokolo Jean

L’ancien ministre des Transports, Chérubin Okende retrouvé mort dans sa jeep en juillet 2023 sur la route des Poids lourds à Kinshasa. @Photo Droits tiers.

publié le 16 avril 2024 à 05:00:00

Lundi 15 avril 2024, la famille Okende a encore déposé une nouvelle plainte, “contre inconnus”, estimant qu’“il y a des éléments nouveaux” sur la mort de Chérubin Okende n’allant pas dans le sens des conclusions du parquet, a déclaré à la presse Me Laurent Onyemba, après le dépôt de la plainte au parquet général de Kinshasa-Gombe.

Dans cette nouvelle plainte, l’avocat évoque des propos d’un ancien ministre, largement partagés sur les réseaux sociaux, relatant “non seulement les circonstances scandaleuses” de la mort du proche de Katumbi mais mettant aussi en cause “des personnes bien identifiables”.

“Si suicide il y a eu, la famille pense qu’il s’agirait d’un suicide assisté”, a insisté Me Onyemba. “Nous venons mettre la justice de notre pays devant ses responsabilités”, a-t-il ajouté.

– Le suicide –

En février 2024, le parquet, qui avait ouvert une enquête, a conclu au suicide loin de la thèse de l’assassinat avancée par ses proches. “Chérubin Okende s’est suicidé”. Cependant, le procureur général près la Cour de cassation, Firmin Mvonde, avait promis d’orienter désormais les investigations sur les motifs qui l’auraient poussé à mettre fin à sa vie. Devant la presse réunie à son office, le chef du parquet avait assuré “avoir tous les éléments des enquêtes” qui convergent vers une même conclusion “objective et incontestable”. Sur un ton ferme, Mvonde avait, par contre, mis en garde les auteurs de “la propagation de faux bruits”.

– La version du parquet toujours rejetée –

Ensemble n’a jamais cru en la version du parquet. Sur X (anciennement Twitter), Me Hervé Diakese expliquait hormis les assassins, ni le PGR ni qui que ce soit d’autres n’a vécu les derniers instants de feu Chérubin Okende. “La version sidérante du parquet ne repose sur aucun élément procédural. Seul le rapport d’autopsie relate les causes et les circonstances probables de la mort”, avait asséné le porte-parole d’Ensemble pour la République.

De son côté, le président de l’Asadho avait exprimé le dégoût d’entendre cette version qui serait, selon lui, ridicule. “La conclusion rendue publique par les autorités judiciaires en charge du dossier Okende est la plus ridicule qui soit. Le fait qu’elles ont menacé d’arrêter toute personne qui critiquerait durement leur conclusion montre qu’elles ont compris que personne ne va y croire”, s’était indigné l’activiste.

Katende s’indigne de constater que les autorités judiciaires ont oublié que la justice est rendue au nom du peuple congolais. “Le jour où le peuple comprendra que la justice est rendue en son nom, certaines autorités judiciaires se verraient interdites d’accéder à leurs bureaux, pas par la décision d’une autorité supérieure, mais par le peuple souverain”, a-t-il vociféré.

– Conclusion absurde de l’enquête –

Cette thèse avait également été reprise par le cardinal Fridolin Ambongo, l’archevêque de Kinshasa, dans son homélie lors du culte précédant son inhumation : « La conclusion absurde de l’enquête est la preuve que la justice de notre pays est vraiment malade », a-t-il souligné. « Comment comprendre qu’un père de famille aussi attentionné que Chérubin, qui venait de marier sa fille, se soit tiré des balles sur lui-même, après une longue promenade dans la ville ? », s’était interrogé le prélat. Sur des banderoles brandies à l’extérieur de la cathédrale, on pouvait lire « Chérubin Okende victime de l’intolérance », et qu’il avait « résisté au mal jusqu’au sacrifice suprême ».

L’autopsie avait pourtant été réalisée sur le corps de l’infortuné par des experts locaux et étrangers, mais la famille doute jusqu’à ce jour des résultats finaux. En désaccord avec les autorités judiciaires, la famille avait même décliné l’invitation pour assister à la publication de la conclusion des enquêtes. “Conformément à la position prise après la dernière réunion avec le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Kinshasa-Gombe, la famille Okende décline l’invitation du parquet car elle ne croit plus à un procès qui aboutirait à connaître la vérité sur l’assassinat de l’honorable Okende”, avait indiqué un membre du Collectif.

Il faut aussi rappeler que la famille Okende avait déposé une plainte en novembre dernier en Belgique contre le général-major Christian Ndaywell, chef des renseignements militaires congolais, qu’elle met aussi en cause, selon la RTBF, dans ce dossier. Elle a également engagé un avocat belge, Me Alexis Deswaef, pour poursuivre l’affaire à l’international. Ses proches se sont également dits prêts à s’adresser aux institutions internationales pour obtenir justice dans cette affaire.

Député de l’opposition et ancien ministre des Transports, Chérubin Okende, 61 ans, avait démissionné de son poste de ministre des Transports en décembre 2022, alors que Moïse Katumbi, chef de sa formation politique, venait d’annoncer sa candidature à la présidentielle et le retrait de son parti de la coalition au pouvoir.

Juste quelques jours après sa mort, sa veuve, ses enfants, son père ainsi que ses frères et sœurs avaient déposé une première plainte “contre inconnus”. Mais après plusieurs mois de bataille juridiciaire, l’opposant a été finalement enterré le 20 mars à Kinshasa. Aucun officiel congolais n’avait pointé son nez aux obsèques.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

L’Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (OLPA), a condamné avec véhémence les actes d’intimidation contre une responsable d’un média basé à Goma, capitale du Nord-Kivu, de la part des individus arborant la tenue de la Direction générale des migrations (DGM).


People

Une réponse inattendue mais digne d’un homme de Dieu. Le pasteur Marcello Tunasi est revenu sur les propos injurieux tenus par le polémiste, Denis Lessie, sur sa défunte femme, Blanche Tunasi. Sur ses réseaux sociaux, le représentant de l’Eglise La Compassion a publié un message de pardon. Le prédicateur invite également ses adeptes à prier pour “l’homme de pétage”, “car selon lui, il a besoin de restauration et d’amour”.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,805.00 CDF
1 Euro3,005.84 CDF
1 Yuan386.34 CDF
1 FCFA 4,63 64437 CDF

Appel d'offres

Consultant (firme) pour l’élaboration de l’EIES relative aux travaux prioritaires d’amélioration du système d’alimentation en eau potable de la ville de Kananga


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.