Le Direct
Radio

Kashal Katemb : “le combat de l’ARSP est noble pour relever l’économie du pays”

Lors du briefing de presse organisé jeudi à Kinshasa et axé sur les marchés de la sous-traitance en RDC, le directeur général de l’ARSP, Miguel Kashal Katemb, a soutenu que le combat mené par son établissement public est noble et se fixe l’objectif de relever l’économie de la République démocratique du Congo.

Par Alexis Emba

Le DG de l’ARSP, Miguel Kashal Katemb, aux côtés du ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya lors de briefing organisé à Kinshasa sur les marchés de la sous-traitance @Photo Droits tiers.

publié le 15 mars 2024 à 05:10:00

Le combat que nous menons en interne comme à l’externe est noble pour relever le niveau de l’économie du pays. Tout est mis en marche pour permettre aux entrepreneurs congolais de jouer les premiers rôles, s’est ainsi exprimé le gendarme de la sous-traitance.

C’est pour cela, a-t-il dit, l’ARSP travaille avec la presse tant nationale qu’étrangère pour donner la vraie information sur tout ce qui se passe dans ce secteur afin d’éviter toute désinformation.

Kashal assure que la vision du chef de l’État, Félix Tshisekedi, est de révolutionner l’économie congolaise à travers le secteur de la sous-traitance. “C’est un combat de tous les Congolais. Voilà pourquoi, nous devons soutenir le président de la République”, a-t-il recommandé. Le numéro un de l’ARSP a renouvelé son engagement à changer cette donne au pays.

Après six décennies, nous avons un président de la République qui s’implique davantage dans l’emploi des jeunes. C’est un atout majeur pour nous, a-t-il fait savoir.

Et d’ajouter : “Félix Tshisekedi a suscité beaucoup d’espoir aux jeunes congolais et à la diaspora dans sa vision de créer des millionnaires congolais, de créer une classe moyenne au pays”.

Pour Kashal, sa ferme détermination à implémenter cette vision ne peut être ébranlée. “Nous sommes là pour pousser tous les opérateurs à respecter la loi sur la sous-traitance”, a-t-il expliqué, tout en alertant les entrepreneurs congolais sur l’obligation faite aux entreprises principales de leur donner des marchés conformément à la loi.

Autant nous demandons aux entreprises principales de donner des marchés aux Congolais, autant nous exigeons à celles à capitaux majoritairement congolaises de bien prester pour l’intérêt de tous, a-t-il conclu.

– Kashal a mis à genoux les récalcitrants-

Selon la législation en vigueur, les investisseurs congolais doivent détenir 51% des parts dans toute société de sous-traitance créée contre 49% pour les expatriés. Mais cette mesure a été très souvent contournée grâce à des prête-noms.

Dès sa prise de fonction, le nouveau gendarme de la sous-traitance avait suspendu la délivrance de nouveaux permis aux sociétés. « Nous avions constaté que les autres associés s’organisaient pour évincer les Congolais dans lesdites sociétés. Une fois qu’ils obtenaient lesdites attestations, les Congolais ne servaient plus à rien. Ça s’appelle de la fraude, de l’exploitation », dénonce le directeur général de l’ARSP.

Désormais, les permis ne seront valides que pour trois ans. « Nous nous sommes réorganisés en interne avec un système d’approbation très serré. Les trois ans nous permettent de faire une évaluation pour savoir si les mêmes associés continuent de détenir les mêmes parts sociales et aussi combattre ce système de prête-nom. Nous voulons que les Congolais puissent avoir des parts réelles », poursuit Miguel Katemb Kashal.

Jusqu’à 90% des sociétés dans le secteur de la sous-traitance sont concernées par ce phénomène qui porte préjudice au trésor public et aux entrepreneurs congolais. Un système difficile à démanteler, mais avec courage, Kashal a mis en place des mécanismes qui marchent aujourd’hui. Les téméraires ont été débusqués et sanctionnés. Les autres rentrent de plus en plus dans le rang.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Plume respectée, pilier incontestable de la presse écrite congolaise, le journaliste Ben-Clet Kankonde est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à Kinshasa.


Économie

La Ligue congolaise de lutte contre la corruption (Licoco) et l’Observatoire de la dépense publique (Odep) s’élèvent avec fougue contre “les chantages, menaces et intimidations” exercés par les ministres très bien connus comme des grandes pilleurs des richesses du pays en complicité avec les étrangers et prédateurs illégaux. “Les deux organisations considèrent que les précités violent la liberté d’opinion et d’expression garantis par la Constitution”.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,760.00 CDF
1 Euro2995,70 CDF
1 Yuan384,76 CDF
1 FCFA4.51 CDF

Appel d'offres

Consultant (Cabinet/Centre de recherches) pour la réalisation d’un sondage d’opinion sur la gouvernance des partis politiques en RDC


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.