Le Direct
Radio

DGDA, deux marchés ombrageux de gré à gré approuvés par Sama

Avec la bénédiction du 1er ministre sortant, Michel Sama Lukonde, la DGDA a conclu deux marchés de service de gré à gré , l’un avec la société ITM Holding de Sylva Monga pour la gestion du parking, des cartes d’entrée et de sortie au poste frontalier de la DGDA à Kasumbalesa (Haut-Katanga) et l’autre, avec Sucess Three, pour la manutention, la surveillance et la sécurisation des marchandises dans les grands entrepôts de la DGDA à l’aéroport de N’djili à Kinshasa.

Par Pold Levi Maweja

Le bâtiment de la DGDA à Kinshasa-Gombe @Photo Droits tiers.

publié le 26 mars 2024 à 03:26:00

Aucun montant n’a été avancé sur ces deux contrats sinon que la Direction générale des douanes et accises brandit volontiers la note d’approbation n° CAB/PM/ETS.EPM/2024/0137 du 15 février 2024 signée par le 1er ministre en personne. Créée en 2011, International Training et Motivation (ITM) SARL ou Holding, s’est investi, apprend-on, dans la recherche et la fourniture des solutions d’affaires les plus novatrices et de hauts standards. La société s’emploie aussi dans la gestion des ressources humaines et offre également des solutions liées à la vente et distribution. La gestion de la chaîne d’approvisionnement serait diversifiée notamment en Afrique du Sud, au Rwanda, en Angola et en Tanzanie.

Rien à signaler sur son expertise en matière de gestion d’un grand parking et des mouvements des va-et-vient dans un poste frontalier. Quant à Success Three, il semble que c’est un fournisseur des services de premier plan spécialisé dans le conseil et le soutien opérationnel dans divers domaines… En clair, l’un et l’autre nouveaux partenaires de la DGDA n’ont ni renommée ni expertise avérée en matière des douanes et accises. Pis, les clauses essentielles et classiques de deux marchés conclus de gré à gré n’ont point été rendues publiques par l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) qui, on le sait, relève de la Primature.

Toutefois, il est vrai que la fraude s’est tellement ramifiée avec des filières politiques que la DGDA a durci son régime des sanctions et pénalités pour l’exercice 2024. Dorénavant si la Direction générale des douanes et accises estime qu’une infraction à la loi sur les douanes et accises n’est pas sévèrement punie, elle a le plein droit d’augmenter l’amende y relative de 1 250 000 à 5 000 000 FC, soit entre environ 500 et près de 2000 dollars. La DGDA prévoit, dans son canevas 2024, près de 300 millions de FC, soit environ 120 000 $US d’amendes et pénalités. Mais ces prévisions peuvent donc aller d’augmentation en augmentation.

D’aucuns diraient que la DGDA verse dans l’arbitraire. La Direction générale des douanes et accises précise cependant que tombe sous le coup de sur-amende, toute omission ou inexactitude portant sur l’une des indications que les déclarations de marchandises doivent contenir lorsque l’irrégularité n’a aucune incidence sur l’application des droits et taxes ou des prohibitions et restrictions, et qu’elle ne peut pas être corrigée par une communication ultérieure à la douane de l’information requise. La sur-amende porte aussi sur toute omission pour les opérations effectuées auprès des bureaux de douane non informatisés, le refus de communication ultérieure de l’information après deux demandes écrites de la douane.

Aussi tout enlèvement des installations douanières des marchandises importées ou exportées sans la mainlevée du receveur des douanes du bureau compétent constitue, sans préjudice de paiement intervenu, un fait de compromettre le recouvrement des droits et taxes prévus et réprimés par la sur-amende sus-évoquée. Et de ce fait, la douane émet la décision de poursuite dans laquelle elle notifie le procès-verbal d’infraction en matière douanière à l’auteur présumé et/ou à toute personne présumée responsable de l’infraction et les invite à s’acquitter de la dette douanière et des pénalités éventuelles et, le cas échéant, à présenter ses moyens de défense dans un délai de 15 jours ouvrables, à dater de la réception de ladite décision, l’accusé de réception faisant foi.

La décision des poursuites contient l’offre de règlement transactionnel de l’infraction douanière, et ce, sans préjudice de droits de défense de l’auteur présumé et/ ou à toute personne présumée responsable de l’infraction. La décision de poursuites est établie par le DG de la DGDA ou son délégué. Elle est signifiée à l’auteur présumé et/ou à toute personne présumée responsable de l’infraction par toute voie, contre accusé de réception. Lorsque l’auteur présumé et/ou toute personne présumée responsable de l’infraction sont inconnus ou refusent de recevoir la décision de poursuite.

Les prévisions des recettes 2024 de la DGDA sont de 5 788 983 135 860 FC, soit 2 298 766 285,14 $US. Mais la direction générale s’emploie toujours à dépasser ses assignations. Le patron de la DGDA compte, pour ce faire, conclure, courant 2024, des Accords d’assistance mutuelle administrative (AAMA) avec des administrations douanières de principaux pays d’origine et/ou de provenance du gros des marchandises en destination de la RDC. Il s’agit de la Chine, des Émirats arabes unis (Dubaï), du Maroc, de la Turquie, de l’Union européenne et, l’on s’en douterait, du Soudan du Sud. Des experts estiment que ces AAMA devraient être conformes, à quelques exceptions près, à celui convenu entre les douanes belge et congolaise. Voilà 20 ans depuis que la RDC et la Belgique ont signé un accord bilatéral d’assistance mutuelle administrative en matière douanière. L’accord d’assistance mutuelle devrait notamment porter sur la transmission de toutes les informations sur la législation et les procédures douanières nationales utiles aux enquêtes menées en ce qui concerne une infraction à la législation douanière.

Ainsi, chaque administration des douanes communique, sur demande ou de sa propre initiative, toutes les informations dont elle dispose sur les questions relatives aux nouvelles techniques de lutte contre la fraude douanière dont l’efficacité a été prouvée, aux nouvelles tendances s’agissant des infractions douanières et moyens ou méthodes employées pour les commettre. Mais il demeure que trop de zones d’ombres couvrent les contrats ITM et Success Three.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

L’application EMA-i (Évent mobile application) introduite en 2021 en RDC, à travers le ministère de Pêche et élevage, pour surveiller les maladies animales, a été améliorée par les experts du secteur.


Économie

La Ligue congolaise de lutte contre la corruption (Licoco) et l’Observatoire de la dépense publique (Odep) s’élèvent avec fougue contre “les chantages, menaces et intimidations” exercés par les ministres très bien connus comme des grandes pilleurs des richesses du pays en complicité avec les étrangers et prédateurs illégaux. “Les deux organisations considèrent que les précités violent la liberté d’opinion et d’expression garantis par la Constitution”.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,760.00 CDF
1 Euro2995,70 CDF
1 Yuan384,76 CDF
1 FCFA4.51 CDF

Appel d'offres

Consultant (Cabinet/Centre de recherches) pour la réalisation d’un sondage d’opinion sur la gouvernance des partis politiques en RDC


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.