Le Direct
Radio

“Transition”, la proposition de Diongo pour résoudre la crise postélectorale

Le climat post-électoral demeure tendu en RDC et le tissu de l’unité nationale se fissure. C’est là que l’opposant Diongo a émergé comme une voix appelant à un dialogue inclusif, l’unique moyen d’après lui, de poser des jalons de la concorde.

Par Patrick Mputu

Franck Diongo, ancien candidat à la présidentielle de décembre 2023 @Photo Droits tiers.

publié le 6 février 2024 à 11:35:47

Le leader du MLP souhaite que cette concertation prenne en compte toutes les couches sociopolitiques sous la médiation des Nations unies ou de l’Union africaine. En toile de fond, a-t-il ajouté, l’organisation d’une transition en vue de préparer de bonnes élections crédibles dans un délai le plus bref possible. Ainsi, le héros vivant insiste pour que les assises se tiennent à l’extérieur pour garantir l’inclusivité et la sécurité de certains participants. De plus, Franck Diongo propose cinq (5) composantes qui doivent prendre aux pourparlers à savoir :

  1. L’opposition ayant pris part aux élections (qui sera conduite par le véritable vainqueur de la présidentielle de 2023, Moïse Katumbi) ;
  2. L’opposition ayant boycotté le processus électoral avec à leur tête, le sénateur à vie Joseph Kabila ;
  3. L’opposition armée, Alliance fleuve Congo (AFC) et les autres groupes armés œuvrant dans le pays (Ituri, Manyema, Katanga, Bandundu, Nord-Kivu, Sud-Kivu) qui sera conduite par leur coordonnateur, Corneille Naanga ;
  4. La société civile qui sera conduite par les confessions religieuses représentatives du pays (les Églises catholique et protestante) ;
  5. Le gouvernement de Kinshasa qui sera représentée par le président en fonction ;
  6. La diaspora et les autres mouvements associatifs y prendront part selon leur appartenance politico-religieuse.

À en croire l’ancien candidat à la présidentielle de décembre 2023, le pays est en danger et sa recette est une alternative crédible. “Le degré de la misère de notre peuple meurtri par ce régime dictatorial qu’incarne Tshilombo, ne peut laisser indifférent aucun compatriote épris d’amour et liberté. Notre recette est une alternative crédible pour y mettre fin. Il appartient à chaque Congolais de se réveiller et de prendre en main notre destin. Car, croiser les bras devant ce danger d’implosion de notre pays, nous exposera au châtiment de l’histoire qui ne s’apitoiera jamais de notre sort”, a-t-il expliqué.

La route vers un dialogue inclusif reste ainsi semée d’obstacles, nécessitant la volonté et la coopération de toutes les parties prenantes. C’est pourquoi le député honoraire reconnaît que l’enjeu crucial réside dans la capacité de transcender les divergences politiques.

Mais en cas du rejet de son plan par Kinshasa, Diongo appelle les Congolais à se mobiliser conformément à l’article 64 de la Constitution qui confère le pouvoir à chaque Congolais de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui exerce le pouvoir par force. “Il nous sera impossible de laisser les invertébrés et les prédateurs de la démocratie de se jouer continuellement de la vie et de l’avenir de tout un peuple, en organisant des simulacres d’élections avec objectif machiavélique de changer la Constitution pour installer un monarque républicain. Cela ne passera pas!”, a-t-il prévenu le pouvoir en place.

Alors que la RDC navigue à travers ces eaux politiques tumultueuses, l’appel de Diongo résonne comme une invitation à transcender les divisions et à travailler ensemble pour édifier un avenir politique plus stable et prospère. “Au vu de cette cabale ourdie contre le peuple, mais également de ces fraudes massives planifiées et organisées qui humilient la République, il est d’une impérieuse nécessité, non seulement que les auteurs et leurs commanditaires bénéficiaires de ces vols répondent de leur forfaiture devant la justice, mais aussi et surtout que ces élections dont les irrégularités entachent leur crédibilité soient purement et simplement annulées pour éviter de plonger le pays dans le chaos.Tôt ou tard, ces prédateurs de notre démocratie seront soumis à la rigueur du jugement de l’histoire et du peuple”.

Le plan de Diongo à un dialogue inclusif apparaît comme une lueur d’espoir dans ce contexte politique complexe. Sa volonté de rassembler les différentes factions et de promouvoir l’unité nationale s’avère essentielle pour surmonter et construire un avenir plus stable en RDC.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Le professeur Noël Tiani Mwadiamvita a honoré le DG Junior Mata d’une visite mémorable à son office le mercredi 28 février 2024.


Élection

Kadima joue bien à la comédie. Après le tripatouillage des résultats des élections du 20 décembre, le chef de la CENI veut se donner bonne conscience. Au lieu de condamner d’abord la vaste tricherie opérée à l’interne avec des machines à voter données aux candidats, le bureau Kadima promet des sanctions exemplaires contre certains candidats sénateurs, gouverneurs et vice-gouverneurs de provinces pour des actes de corruption auprès des grands électeurs que sont les députés provinciaux en échange de leurs suffrages. Une pure distraction.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2656 CDF
1 Euro2 876,32 CDF
1 Yuan369,08 CDF
1 FCFA4,38 CDF

Appel d'offres

Avis de Vente


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.