Le Direct
Radio

L’anarchie dans les transports en commun à Kinshasa

Hausse vertigineuse de prix des transports, phénomène “demi-terrain”, la passivité de l’autorité compétente manifeste… Entre l’anarchie et des usagers exaspérés, bienvenue dans l’enfer des transports en commun dans la capitale congolaise.

Par Rich Ntumba

Le ras-le-bol de la population dans le transport en commun @Photo Droits tiers.

publié le 2 février 2024 à 02:54:00

Un grand bazar. Voilà comment les Kinois décrivent le secteur des transports urbains. Les automobilistes ne cessent d’augmenter unilatéralement les prix de trajets. L’argument avancé, les embouteillages dus à l’impraticabilité des routes ou à l’exécution de certains travaux sur quelques artères de la ville. Certains vont même plus loin pour évoquer la montée du dollar face au franc congolais. Pourtant, la grille tarifaire de l’hôtel de ville n’a pas changé depuis l’année dernière.

Il est exactement 6h lorsque Thérèse Mujinga se pointe à l’arrêt de bus de l’UPN pour prendre le taxi-bus à destination du marché central (Zando). Le prix de la ligne UPN-Grand marché, par exemple, est fixé à 1500 fc par l’hôtel de ville. Mais les taximen l’ont irrégulièrement revu à la hausse. La jeune dame est contrainte de débourser 2500, voir même 3 000 fc pour le même trajet. Des situations similaires, des millions de Kinois y font péniblement face tous les jours.

Dépitée, Thérèse Mujinga, 40 ans, n’arrive pas à retenir son agacement. Elle manifeste à Ouragan son ras-le-bol général. Nous n’avons plus de mots pour décrire ce que nous font vivre les conducteurs. C’est chaque jour qu’il y a une hausse injustifiée du prix des transports. Les chauffeurs font ce qu’ils veulent, et c’est la population qui en pâtit. Où est l’autorité ? Le peuple est délaissé. Nous souffrons sérieusement. Vous sortez de la maison avec une somme bien calculée pour votre aller et retour, mais une fois sur l’arrêt, on vous demande de payer le double de ce que vous avez prévu. Moi qui suis vendeuse au marché central, je dois dépenser 6 000 fc pour les transports chaque jour. Quand vous multipliez ça par trente jours, ça vous donne une somme énorme. Combien je gagne par jour ? Combien dois-je économiser ? Comment je dois nourrir mes enfants ? Nous sommes fatigués, nous souffrons. L’autorité doit prendre ses responsabilités en imposant la loi, a-t-elle pesté, à l’air agacé.

– À chaque taximan sa grille tarifaire –

Aucun Kinois ne peut donner aujourd’hui le prix réel d’un trajet par taxi. Tout dépend des humeurs des conducteurs et du trafic en cas de fluidité ou d’embouteillage. La mégalopole serait accommodée à l’anarchie. Bien plus, les habitants de la capitale subissent au quotidien une pratique décriée communément appelée “demi-terrain”. Elle consiste à sectionner le trajet. Et les chauffeurs l’adorent. Dans leur course effrénée au lucre, les conducteurs, sans cœur, obligent aux clients de payer le double, voire le triple pour se déplacer surtout pendant les «heures de pointe», heures de forte mobilité (le matin et le soir).

En plus de la hausse du prix des transports, il y a une autre méthode qui s’est installée, et ça fait des années. Pour un trajet, nous devons payer trois fois. Je dois payer 500 fc pour Molart-Tshibangu, 500 fc pour Tshibangu-Vélodrome, 500 fc pour Vélodrome-Kintambo magasin. On observe le phénomène “demi-terrain” dans tous les coins de Kinshasa. Une telle situation pèse lourdement sur le portefeuille de la population. Nous, nous posons la question, à quoi sert le ministère provincial des Transports ? On a l’impression que les autorités s’en foutent de la souffrance du peuple. Ils se contentent de rouler avec les grosses cylindrées, mais nous population souffrons vraiment. C’est triste !, a déploré Fabrice Landu, un habitant de Kintambo.

Toute aussi remontée, Christelle Endjombo trouve ce genre de comportement scandaleux. “La loi devrait interdire de nuire à autrui. Les automobilistes nous imposent une galère avec leur hausse du prix des transports. C’est une honte pour ceux qui nous dirigent. Dans ce pays, les choses ne vont jamais dans le bon sens. Chaque jour, c’est un nouveau malheur qui arrive. On est fatigué”, a-t-elle râlé.

Pour le chauffeur Kennedy Zola que nous avons interrogé, la hausse du tarif est due à l’inflation, mais surtout à la dépréciation du franc congolais face au dollar. “Le dollar coûte cher. Nous payons le loyer en dollars, les pièces de rechange pour nos véhicules, nous les achetons toujours en dollars. Cette situation nous pousse aussi à augmenter le prix des transports. L’État n’arrive pas à subvenir aux besoins de la population dans le secteur des transports. Les sociétés de transports n’existent presque pas, sauf Transco qui n’a pas assez de bus pour couvrir toute la ville. C’est ainsi que les particuliers font la loi. Il y a aussi des taxes et des documents que nous achetons, tout ça ne nous rend pas la tâche facile. Et pour couronner le tout, il y a surtout beaucoup de tracasseries de la part des policiers”, a-t-il justifié.

Il est anormal qu’une mégalopole comme Kinshasa avec plus de 10 millions d’habitants ne compte même pas deux sociétés sérieuses des transports en commun. Les voies secondaires sont presque inexistantes. La passivité de l’autorité compétente est très remarquable. Voilà pourquoi les taximen recourent toujours à des pratiques tant décriées.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Le Réseau des femmes leaders pour l’accès à la parole (RFLAP) fulmine face aux propos discriminatoires et sexistes tenus depuis quelques jours à l’égard de la Première ministre, Judith Suminwa Tuluka.


Politique

Les cybercafés et bureautiques de fortune autour de la 10e rue Limete industriel, dans les environs de la permanence de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), ont fait de bonnes affaires dans la soirée du 10 avril 2024. CV et lettres de motivation… et surtout lettres des ambitions ont été rédigés et imprimés à la queue leu leu. Les clients sont tous estampillés, UDPS.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,760.00 CDF
1 Euro2995,70 CDF
1 Yuan384,76 CDF
1 FCFA4.51 CDF

Appel d'offres

Consultant (Cabinet/Centre de recherches) pour la réalisation d’un sondage d’opinion sur la gouvernance des partis politiques en RDC


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.