Le Direct
Radio

En Egypte, plus de dollars pour payer une dette qui explose

Cafés Starbucks fermés, magasins The Body Shop boutique souple : les Egyptiens voient concrètement les effets de la crise et des experts se demandent comment le plus peuplé des pays arabes remboursera sa dette alors que les dollars manquent.

Un homme passe devant un bureau de change affichant un billet géant en dollars américains dans le centre-ville du Caire, le 3 novembre 2016. – La crise économique égyptienne met à mal les grandes marques telles que Starbucks et The Body Shop alors que les experts se demandent comment le monde arabe La nation la plus peuplée remboursera sa dette croissante. Dans un contexte de grave crise des devises étrangères, le dollar américain est devenu difficile à trouver alors que la livre égyptienne plonge et que l’inflation atteint 35 pour cent @Photo de KHALED DESOUKI / AFP.

publié le 1 février 2024 à 06:17:00

Les billets verts sont désormais quasiment introuvables. Ceux qui parviennent à s’en procurer les trouvent sur le marché noir à un taux inédit : plus de 70 livres égyptiennes pour un dollar contre près de 31 au taux officiel affiché par les banques qui, la plupart du temps, refusent de céder des dollars à leurs clients.

Les investisseurs “qui dépendent d’un approvisionnement en dollars (…) ne pourront pas continuer”, prévient l’économiste Mohammed Fouad.

Le groupe koweïtien Alshaya a été le premier : il a annoncé réduire le nombre de ses enseignes en Egypte, où il tient notamment Starbucks, The Body Shop ou Debenhams.

Les particuliers, eux aussi, sont bloqués. Les limites de paiement en dollars n’ont pas arrêté de se réduire : moins de 100 dollars, c’est aujourd’hui le maximum d’espèce qu’un Egyptien peut tirer à l’étranger. Ou le maximum qu’il peut payer en ligne vers l’étranger avec un compte dans une banque égyptienne.

Donc l’unique moyen de voyager est d’acheter son billet en ligne en monnaie locale via la compagnie aérienne nationale ou en espèces dans une agence de voyage.

Pour ceux qui n’ont pas de carte de crédit, mais uniquement de débit– tout paiement en ligne vers l’étranger est interdit, même un abonnement Netflix pourtant à prix réduit en Egypte: moins de trois dollars.

– Dévaluation, flottement –

Dans un pays où quasiment tout est importé, acheter une voiture, par exemple, est hors de portée pour la classe moyenne. En 2022, au début de la dévaluation, les Egyptiens achetaient déjà dix fois moins de voitures que les Français –dont la population n’équivaut pourtant qu’à deux niveaux de celle de l’Egypte.

Si deux niveaux des 106 millions d’habitants sont pauvres ou au seuil de la pauvreté, l’inflation à 35% et la dévaluation touchent aussi jusqu’au plus haut niveau de l’Etat.

La dette extérieure a explosé à 164,7 milliards de dollars. Son seul service en 2024 s’élève à 42 milliards de dollars et l’Egypte est désormais le deuxième pays le plus à risque de faire défaut de sa dette, juste derrière l’Ukraine en guerre.

JP Morgan sortira le 31 janvier l’Egypte de son index des obligations d’Etat des marchés émergents, notamment pour “des difficultés en termes de liquidités en devises rapportées par des investisseurs”.

L’agence Moody’s juge désormais “négatives” les perspectives de l’économie égyptienne entre “pénuries de devises”, “confiance des consommateurs fragilisée” et “emprunteurs de moins en moins capables de rembourser leurs crédits”.

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a récemment expliqué dans un discours que l’Etat dépensait trois milliards de dollars par mois pour des produits de base tels que la nourriture et l’énergie.

Nous fournissons des services au peuple égyptien en livres égyptiennes et (nous) devons les payer en dollars, a-t-il dit.

Pour l’analyste James Swanston, de Capital Economics, la situation empirera si l’Egypte n’adoptera pas “un taux de changement complètement flottant couplé à un contrôle strict de la politique financière”. Sans cela, le pays sera « encore plus à risque de faire défaut de sa dette ».

– “Rassurer les investisseurs” –

Lui imaginer deux étapes. D’abord, ce que tous les Egyptiens redoutent, une nouvelle évaluation à 40 livres pour un dollar. Puis, “l’adoption d’un taux de change flottant” –ce que Le Caire promet au Fonds monétaire international (FMI) depuis des années.

Mais, nuance M. Fouad, “dans l’immédiat, l’Etat a intérêt à la stabilité car il est le plus gros débiteur en dollars et serait donc le plus affecté par une hausse du prix” du billet vert.

A court terme, je suis certain que l’Egypte remboursera ses créances mais si la situation actuelle persiste, avec une dette qui augmente et une croissance économique incapable de compenser, alors il faudra s’inquiéter, poursuit cet ancien député.

Pour les experts, les raisons de s’inquiéter s’accumulent : les rentrées en devises du tourisme sont en baisse depuis des années et les attaques des rebelles Houthis du Yémen en mer Rouge et dans le golfe d’Aden font désormais baisser les revenus en dollars du canal de Suez.

Pire encore, les envois d’argent des travailleurs égyptiens à l’étranger –le double de ces deux secteurs combinés– ont baissé d’environ 30% au premier trimestre 2023/2024.

Pour M. Swanston, il faut un nouveau prêt du FMI pour “rassurer les investisseurs, relancer le marché obligatoire égyptien et contribuer à réduire les taux d’intérêt sur la dette”.

Et cela “semble de plus en plus probable” maintenant que le FMI a finalement envoyé une délégation pour les premières évaluations du prêt de trois milliards de dollars accordées fin 2022, selon les médias égyptiens.

Par Bassem ABOUALABASS/Afp

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Le professeur Noël Tiani Mwadiamvita a honoré le DG Junior Mata d’une visite mémorable à son office le mercredi 28 février 2024.


Élection

Kadima joue bien à la comédie. Après le tripatouillage des résultats des élections du 20 décembre, le chef de la CENI veut se donner bonne conscience. Au lieu de condamner d’abord la vaste tricherie opérée à l’interne avec des machines à voter données aux candidats, le bureau Kadima promet des sanctions exemplaires contre certains candidats sénateurs, gouverneurs et vice-gouverneurs de provinces pour des actes de corruption auprès des grands électeurs que sont les députés provinciaux en échange de leurs suffrages. Une pure distraction.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2656 CDF
1 Euro2 876,32 CDF
1 Yuan369,08 CDF
1 FCFA4,38 CDF

Appel d'offres

Avis de Vente


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.