Le Direct
Radio

En colère, les femmes congolaises disent non à l’agression rwandaise

Des centaines de femmes congolaises étaient dans la rue mercredi 14 février à Kinshasa pour dire non à l’agression rwandaise. Femmes d’entreprises, de partis politiques et de l’administration publique et privée, des associations et groupes de jeunes, ont massivement répondu à l’appel de la ministre du Genre, famille et enfant, Mireille Masangu pour dénoncer la guerre imposée au Congo-Kinshasa par le Rwanda, montrer la solidarité aux femmes victimes de cette agression injuste mais aussi renouveler leur soutien au chef de l’État, Félix Tshisekedi, le commandant suprême des FARDC.

Par Lydie Matadi

Des manifestantes de la marche contre l’agression rwandaise. @ Photo Droits tiers.

publié le 15 février 2024 à 13:25:53

Brandissant des calicots avec différents messages poignants tels, “Pourquoi ce silence, Non à l’injustice face aux massacres des Congolais”, les manifestantes ont dénoncé le silence coupable et l’injustice de la communauté internationale face à l’agression dont la RDC est victime depuis plus de vingt ans. La guerre a déjà fait des millions de morts dans l’indifférence totale de la communauté internationale.

La marche est partie de la Gare centrale, en passant par le boulevard du 30 juin, le rond-point Mandela pour remonter jusqu’à la place des Évolués et chuter devant le Palais de la Nation. La ministre du Genre qui était à la tête du cortège, a lu le mémo, avant de le déposer à la présidence de la République. “Soucieux des conditions infrahumaines dans lesquelles vivent nos compatriotes de l’est du pays, où des familles ont été forcées d’abandonner leurs maisons, des femmes et filles sont violées et dépouillées de tout moyen de survie, des enfants sont abandonnés, nous avons marché pour exprimer notre compassion et solidarité à leur égard. Nous exprimons notre soutien au chef de l’État pour les efforts de paix car l’autonomisation de la femme en dépend “, a déclaré Mme Masangu.

Au nom de toutes les femmes présentes à cette manifestation, la ministre du Genre a dénoncé et condamné les velléités expansionnistes du Rwanda et l’exploitation illicite des ressources naturelles de la RDC. Elle a, par ailleurs, annoncé que face à cette situation, la Journée internationale du 8 mars sera célébrée en RDC dans une attitude de deuil et les femmes seront habillés en noir.

Et d’ajouter, “tant que cette guerre va subsister, nous allons toujours dénoncer. Nous exprimons notre soutien sans faille aux FARDC, aux services de sécurité et à notre police pour leurs sens de sacrifice”.

Présente à cette marche pacifique, les membres de l’Union congolaise des femmes des médias ont salué l’initiative de la ministre du Genre famille et enfant, Mireille Masangu. Pour Rose Masala, directrice nationale de cette structure des professionnelles des médias, la RDC est notre seule patrie et nous tous, hommes, femmes avons le devoir et l’obligation de la protéger. “Nous devons tous nous impliquer chacun selon ses capacités et moyens pour apporter sa pierre au rétablissement du climat de paix en RDC. La dénonciation du complot ourdi contre la RDC ayant fait le tour du monde, nous avons accompagné la ministre du Genre, famille et enfant. UCOFEM a tenu aussi à dénoncer cette agression et elle veut la paix en RDC”, a souligné Rose Masala.

La marche s’est déroulée dans un climat de paix avec l’appui de la police qui a très bien encadré les manifestantes. Aucun dérapage n’a été signalé.
La ministre du Genre prévoit une descente à Goma début mars pour réconforter directement les femmes et filles, victimes des atrocités.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

L’application EMA-i (Évent mobile application) introduite en 2021 en RDC, à travers le ministère de Pêche et élevage, pour surveiller les maladies animales, a été améliorée par les experts du secteur.


Économie

La Ligue congolaise de lutte contre la corruption (Licoco) et l’Observatoire de la dépense publique (Odep) s’élèvent avec fougue contre “les chantages, menaces et intimidations” exercés par les ministres très bien connus comme des grandes pilleurs des richesses du pays en complicité avec les étrangers et prédateurs illégaux. “Les deux organisations considèrent que les précités violent la liberté d’opinion et d’expression garantis par la Constitution”.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,760.00 CDF
1 Euro2995,70 CDF
1 Yuan384,76 CDF
1 FCFA4.51 CDF

Appel d'offres

Consultant (Cabinet/Centre de recherches) pour la réalisation d’un sondage d’opinion sur la gouvernance des partis politiques en RDC


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.