Le Direct
Radio

Déplacés sous les bombes, le cri d’alarme des humanitaires

Civils sous les bombes, déplacés par milliers, enfants perdus… Des organisations humanitaires présentes en République démocratique du Congo lancent un cri d’alarme face à l’escalade du conflit dans l’est du pays, où les combats se sont poursuivis jeudi.

Des gens transportent certaines de leurs affaires alors qu’ils fuient le territoire de Masisi à la suite d’affrontements entre les rebelles du M23 et les forces gouvernementales, sur une route près de Sake, le 7 février 2024 @Photo d’Aubin Mukoni / AFP.

publié le 8 février 2024 à 16:40:47

Dans le Nord-Kivu en particulier, une intensification des combats est constatée dans le conflit qui oppose depuis plus de deux ans les rebelles du M23 (« Mouvement du 23 mars »), soutenus par le Rwanda voisin, à l’armée congolaise.

Ces dernières semaines, « l’augmentation des pertes civiles et l’utilisation d’armes lourdes dans les zones peuplées, y compris dans les camps de personnes déplacées, sont alarmantes », alerte le Forum des ONG internationales en RDC (FONGI-RDC).

Le conflit a déclenché des déplacements massifs vers plusieurs localités, exacerbant la vulnérabilité des personnes déplacées internes et des communautés d’accueil », ajoute l’organisation dans un communiqué. « La situation exige une action urgente pour protéger les civils et garantir l’accès humanitaire, ajoute le Forum.

Selon l’ONG Save the Children, la reprise des combats entre les FARDC et le M23 a provoqué depuis le 2 février « le déplacement d’au moins 150.000 personnes, dont plus de la moitié sont des enfants ». Dans la fuite, beaucoup de ces enfants « ont été séparés de leurs parents », ajoute-t-elle. La RDC compte, au total, quelque 7 millions de déplacés internes, principalement dans l’est, région en proie aux violences de groupes armés depuis près de 30 ans.

– « Nous sommes en danger » –

L’ONG Médecins sans Frontières indique de son côté que les structures médicales qu’elle soutient dans le Nord-Kivu « ont reçu ces derniers jours un afflux massif de blessés de guerre », au moment où « des milliers de personnes fuient les dernières vagues d’affrontements armés ».

Mercredi, des familles entières sont arrivées par milliers à Goma, fuyant les combats autour de Sake, une localité située à une vingtaine de km à l’ouest de la capitale provinciale du Nord-Kivu. Au moins six civils, y ont été tués et des dizaines d’autres blessés.

La veille, le porte-parole de l’armée congolaise indiquait que d’“intenses combats” avaient lieu « autour du contrôle de la partie de la route nationale 2 entre Sake et Minova », dans la province voisine du Sud-Kivu.

Selon des habitants interrogés par téléphone, des combats étaient toujours en cours jeudi dans la région de Sake. D’autres étaient signalés au nord de Goma, dans le territoire de Nyiragongo, opposant le M23 principalement aux « wazalendo » et coupant le trafic routier vers le nord.

« Nous nous sommes réveillés sous des détonations d’armes lourdes et nous restons terrés dans nos maisons », indiquait un habitant du village de Rwibiranga. « La situation reste confuse et nous sommes en danger », disait-il.

Un conducteur de taxi-moto qui se rendait avec son client vers Rutshuru affirme avoir été obligé de faire demi-tour : « Les militaires nous ont interdit de passer, disant que des combats sont en cours ».

En visite en RDC, le chef des opérations de paix de l’ONU, Jean-Pierre Lacroix, a évoqué mercredi un risque de « déflagration régionale » et appelé à une reprise urgente des « efforts diplomatiques » pour régler la crise.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Le professeur Noël Tiani Mwadiamvita a honoré le DG Junior Mata d’une visite mémorable à son office le mercredi 28 février 2024.


Élection

Kadima joue bien à la comédie. Après le tripatouillage des résultats des élections du 20 décembre, le chef de la CENI veut se donner bonne conscience. Au lieu de condamner d’abord la vaste tricherie opérée à l’interne avec des machines à voter données aux candidats, le bureau Kadima promet des sanctions exemplaires contre certains candidats sénateurs, gouverneurs et vice-gouverneurs de provinces pour des actes de corruption auprès des grands électeurs que sont les députés provinciaux en échange de leurs suffrages. Une pure distraction.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2656 CDF
1 Euro2 876,32 CDF
1 Yuan369,08 CDF
1 FCFA4,38 CDF

Appel d'offres

Avis de Vente


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.