Le Direct
Radio

Cilb, Cenaref, Colub, Folluco, ces petites ANR des finances qui plombent le budget

La RDC dispose de tout un chapelet des services de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme ou encore contre la prolifération des armes de destruction massive. Enchevêtrement et chevauchement garantis! D’emblée, tout porte à croire que l’effet premier recherché est de donner du job sinon d’échafauder des postes de dépenses au ministère des Finances et à la Banque centrale.

Par Pold Levi Maweja

Le nouveau siège de la Conaref sur le boulevard du 30 juin à Kinshasa- Gombe. @ Photo Droits tiers.

publié le 12 janvier 2024 à 04:59:00

FOLLUCO. Ce nom laisserait, illico presto, à penser à un groupe musical folklorique. Et pourtant c’est le Fonds de lutte contre le crime organisé chargé de financer l’organisation et le fonctionnement des structures engagées notamment dans la lutte contre le blanchiment de capitaux. Le FOLLUCO est alimenté par les ressources et biens confisqués dévolus à l’État. Et pourtant, il y a une autre structure similaire qui dépend plutôt du ministère de la Justice, la Cobisco, Commission de biens saisis et confisqués par la justice. Pour l’exercice 2024, le Fonds de lutte contre le crime organisé a été crédité de 1 650 846 402 FC soit 655 540 $US.

Placé directement sous l’autorité du ministre sortant des Finances, Nicolas Kazadi, le Comité consultatif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ( COLUB), fait office d’une petite ANR des finances. Il a pour mission, rassurez-vous, de donner une meilleure information aux services publics et aux professionnels impliqués dans la lutte contre le blanchiment de capitaux, etc. Son budget 2024 est de 726 855 805 FC éparpillés dans différentes rubriques du ministère des Finances. Aussi quelque 1 490 400 000 FC ont été alignés pour le COLUB au titre des primes et indemnités permanentes pour un personnel dont l’effectif n’a pas été établi.

Le ministère des Finances a également prévu, sur ressources extérieures, une somme de 1 199 976 000 FC comme traitement de base du personnel contractuel de la Cenaref chiffré à 40 personnes.

Le numéro un de la Cellule nationale des renseignements financiers ( Cenaref), Adler Kisula Betika Yeye est, en effet, premier avocat général au parquet général près de la Cour de cassation. Ses deux adjoints sont des directeurs délégués de la Banque centrale du Congo (BCC). C’est tout dire de la portée stratégique de la Cenaref. Mais la Cellule dispose d’un budget parmi les plus faibles de structures analogues du continent.

Pour l’exercice 2024, le budget prévisionnel de la Cenaref n’est que 22 335 685 688 FC soit 8 869 350,63$US dont les deux tiers sont consacrés aux frais secrets de recherche, soit 14 938 515 576FC, environ 5 931 983,71$US. Et quelque 1 631 112$US pour les titres de voyage et les frais de mission à l’étranger et à l’intérieur du pays. Pourtant la Cenaref doit avoir à l’œil une complexité d’activités où la bonne foi des assujettis n’est guère garantie pour déclarer sans délai toutes les opérations portant sur des sommes dont il sait, soupçonne qu’elles sont les produits d’une activité criminelle ou ont un rapport avec le blanchiment de capitaux ou encore avec le blanchiment de capitaux ainsi qu’avec la prolifération des armes de destruction massive. Il s’agit notamment des prestataires des services aux trusts et aux sociétés, les prestataires des services liés aux actifs virtuels notamment les services d’échange de cryptomonnaie, les sociétés minières, les concessionnaires automobiles, les vendeurs des véhicules automoteurs tels que les bateaux, les consignataires des navires, les commissaires agréés en douane, les sociétés d’import-export, les agences de voyages, etc.,.

La Cellule s’intéresse aussi au circuit de financement des sociétés de gardiennage, aux clubs et agents sportifs, aux ASBL, aux casinos, aux marchands de quincaillerie et autres matériaux de construction et même aux partis politiques et mutuelles!

L’autre structure de renseignements financiers visant les mêmes objectifs que les précédemment citées, est le Comité interministériel de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et de la prolifération des armes de destruction massive, CILB. Ici, Nicolas Kazadi est secondé par la ministre d’État en charge de la Justice, Rose Mutombo. RAS, rien à signaler sur son budget, exercice 2024. Sinon que le CILB est chargé de définir, d’animer et de coordonner la politique du gouvernement en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et tout le reste. Exactement comme la CENAREF, le COLUB, etc., Visiblement, la RDC a de l’argent à gaspiller. Il suffit d’en trouver une justification, même superflue, de bric et de broc..

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Le professeur Noël Tiani Mwadiamvita a honoré le DG Junior Mata d’une visite mémorable à son office le mercredi 28 février 2024.


Élection

Kadima joue bien à la comédie. Après le tripatouillage des résultats des élections du 20 décembre, le chef de la CENI veut se donner bonne conscience. Au lieu de condamner d’abord la vaste tricherie opérée à l’interne avec des machines à voter données aux candidats, le bureau Kadima promet des sanctions exemplaires contre certains candidats sénateurs, gouverneurs et vice-gouverneurs de provinces pour des actes de corruption auprès des grands électeurs que sont les députés provinciaux en échange de leurs suffrages. Une pure distraction.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2656 CDF
1 Euro2 876,32 CDF
1 Yuan369,08 CDF
1 FCFA4,38 CDF

Appel d'offres

Avis de Vente


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.