Le Direct
Radio

Braquage électoral : Katumbi sonne la mobilisation générale

“Le temps de l’action est venu”, mobilise Katumbi dans un message adressé mercredi aux Congolais annonçant pour bientôt, des activités populaires pour s’opposer au braquage électoral du 20 décembre 2023. “Par des actions pacifiques et démocratiques, nous allons résister et reconquérir notre droit le plus légitime, de faire échec à la fraude électorale et de reprendre en main notre destin avec des dirigeants de notre choix”, a-t-il dégainé.

Par Patrick Mputu

Moïse Katumbi, leader d’Ensemble pour la République (ER) et candidat n°3 à la présidentielle du 20 décembre 2023. @Photo Droits tiers.

publié le 3 janvier 2024 à 22:15:14

Depuis ce que l’opposition qualifie de chaos électoral, le leader d’Ensemble estime que ce sont des Congolais qui sont victimes. Le candidat n°3 à la présidentielle pense que ses compatriotes vivent une énième usurpation de leur souveraineté. “De partout, j’entends monter des cris d’indignation, des cris de contestation, des cris de colère, des cris d’exaspération. Au mépris d’expression populaire, un régime issu de la fraude, de la tricherie et du fait accompli veut s’imposer à nous. Et il n’en sera jamais question. Absolument jamais”, a-t-il vociféré.

Outré par l’ampleur des irrégularités qui ont émaillé le processus électoral, l’opposant souligne que personne ne peut s’ériger en complice de cette fraude et que lui et ses partenaires n’accepteront jamais. D’après le Chairman, il est pratiquement impossible de penser au développement lorsque le peuple n’a pas encore retrouvé son destin de se choisir ses propres dirigeants. “A l’aube de cette année nouvelle où nous aspirons à la paix, à la sécurité, à la stabilité et au développement, nous savons tous que nous ne pourrons jamais bâtir une nation apaisée et tisser des liens de vivre-ensemble sur le mensonge, la fraude et la tricherie. Nous ne pourrons jamais bâtir un pays où un État sans retrouver notre destin qui appelle à pouvoir choisir librement nos dirigeants”.

Le ton utilisé par l’opposant est rageur. Le principal challenger de Tshisekedi a fait remarquer que des mauvaises pratiques aggravent non seulement la crise de légitimité, mais elles font passer les Congolais à côté de leurs grands espoirs. “Tromper notre peuple, ne fait qu’aggraver la lancinante crise de légitimité qui perdure dans notre pays et nous fait passer à côté de nos grands espoirs”, regrette-t-il.

Le combat contre la fraude électorale entre dans une autre phase, a souligné Katumbi. Tout en remerciant ceux qui l’ont voté, le patron du TP Mazembe a fait le serment de ne jamais abandonner ses compatriotes. Pour l’homme d’affaires, il est impérieux de soustraire le pays entre les mains de la corruption et des injustices.

Le serment de liberté que nous ont légué les pères fondateurs repose sur le lien sacré qui doit exister entre le peuple congolais et ses représentants. Mes chers compatriotes, à vous tous qui avez apporté vos suffrages sur moi, à vous tous qui croyiez qu’ensemble un autre Congo est possible, je vous fais le serment de ne jamais vous abandonner. Nous entrons aujourd’hui dans une autre phase de notre quête pour la liberté, nous devons ensemble, soustraire notre pays des mains de la prédation, de la corruption, de la gabegie et de toutes les injustices , clame-t-il.

Aux partenaires extérieurs et particulièrement aux Africains, Moïse Katumbi pose toute une série de questions sur l’intégrité du processus. Visiblement, le chef de file d’Ensemble pour la République (ER) conçoit mal les différents messages de félicitations adressés au candidat proclamé dans la précipitation par la CENI.

“Amis partenaires, frères africains, les Congolais n’ont-ils pas droit aux vraies élections ? Dites-moi, dans quel pays au monde on retrouve des machines à voter entre les mains des candidats du pouvoir et on se précipite à proclamer et à féliciter un vainqueur aux élections ? Citez moi le nom d’un seul pays au monde où on prolonge la période des élections de 11 heures à 6 ou 7 jours et on se précipite ensuite à féliciter le vainqueur ? Citez moi un pays au monde où on proclame le vainqueur sur base des bureaux de vote et des machines à voter dont on ne connaît même pas le nombre le jour de l’élection ?”.

Face à toutes ces dérives, Moïse Katumbi s’assume. Il s’est engagé à sauver la démocratie en RDC car pour lui, dit-il, cela est devenu un devoir. Voilà pourquoi il a rassuré la population qu’il ne va jamais faillir à son devoir citoyen.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Un groupe de communicateurs de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) vient de décerner un diplôme de mérite au directeur général du Fonds de promotion de l’Industrie, Bertin Mudimu Tshisekedi pour ses performances. La cérémonie s’est déroulée vendredi à Kinshasa au siège de cet établissement public.


Société

La langue russe est la voie de l’amitié, confie un diplomate russe. L’apprentissage de cette langue suscite aujourd’hui de l’intérêt auprès des Congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,840.00 CDF
1 Euro3,093.04 CDF
1 Yuan391.39 CDF
1 FCFA 4,70 CDF

Appel d'offres

Liste restreinte : Partenaire facilitateur pour appuyer la Coordination Générale du Projet STAR-Est de la RDC dans la réalisation des activités des THIMO


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.