Le Direct
Radio

À Kinshasa, la rue gronde contre le mariage précoce

Les femmes congolaises, activistes de lutte contre les violences faites aux femmes, sont en colère contre le pasteur Pierre Kass Kasambakana. Foulards blancs sur la tête, de tout noir vêtue, elles ont manifesté jeudi 25 janvier à Kinshasa pour protester contre toutes formes de viol, mariage forcé et mariage précoce imposés à la jeune fille congolaise.

Par Lydie Matadi

Les activités des droits des femmes en sit in devant le Ministère de la Justice à Kinshasa @Photo Droits tiers.

publié le 26 janvier 2024 à 05:00:00

L’affaire du mariage du pasteur incrédule avec une jeune fille nommée Meda a été la goutte d’eau qui a débordé le vase. Organisée par les femmes de la société civile, notamment l’Alliance internationale des femmes avocates et le Réseau des femmes leaders pour l’accès à la parole, en partenariat avec la Commission nationale de droits de l’homme, la marche partie de la Place des Évolués dans la commune de Gombe a chuté par un sit-in devant le ministère de la Justice où un mémo a été déposé.

Dans le document reprenant les actes de dépravation des mœurs constatés lors du 13e mariage du pasteur Kass avec la jeune fille Meda, les protestataires ont dénoncé ce qu’elles qualifient de “pseudo-mariage religieux contracté par cet homme de Dieu avec une fillette visiblement offerte en cadeau au pasteur par son père”. Voilà pourquoi elles ont plaidé pour l’accompagnement de la justice dans l’action que le ministère a déjà lancée.

Les activistes ont insisté aussi sur une série de mesures à prendre en vue de combattre efficacement ce fléau et libérer la jeune fille. Elles suggèrent notamment de remettre Meda dans ses droits les plus légitimes à savoir la poursuite de ses études, mais aussi assurer son épanouissement en tant que fille pour que le moment venu qu’elle fasse elle-même le choix libre de son conjoint.

Autre mesure sollicitée, c’est la fermeture momentanée de l’Église primitive afin de rétablir l’ordre public.
Au Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication, il a été demandé l’interdiction formelle de diffusion des interventions du pasteur incriminé ainsi que ses adeptes dans les médias congolais. “Épouser ou donner en mariage une mineure même consentante est un viol, Non au mariage précoce, Stop aux mariages précoces, Non à la manipulation des jeunes filles, Les papas, ne touchez pas aux bébés”, autant de messages qu’on pouvait lire sur les différents calicots brandis par les marcheuses devant le ministère de la Justice.

Pour Grâce Ngyke, du Réseau des femmes leaders pour l’accès à la parole, il s’agit ici de dénoncer avec énergie la persistance des pratiques avilissantes pour la femme et la fille et aussi, interpeller l’opinion publique sur cette question importante en vue de soutenir la lutte contre le mariage forcé et précoce en République démocratique du Congo. “Nous les mamans congolaises, les femmes congolaises réunies au sein du cadre du groupe de pression des organisations de droits des femmes, venons solliciter votre propre implication dans l’affaire du mariage forcé engagé entre le pasteur Pierre Kasambakana et la jeune adolescente Meda. Monsieur le président de la République, en votre qualité de champion de la masculinité positive, les femmes congolaises vous interpellent et vous avez dit lors de votre discours d’investiture que les erreurs du passé ne doivent plus se reproduire. Voilà pourquoi nous sollicitons votre implication personnelle monsieur le chef de l’État que cette affaire soit tranchée, qu’il n’y ait pas de violence. Nous dénonçons le viol, nous dénonçons le mariage précoce, nous dénonçons le mariage forcé auprès de la jeune fille”, a-t-il insisté.

Il sied de rappeler que les images du mariage de ce prophète avec une fillette avaient soulevé un tollé général au sein de la population. Le pasteur qui s’enorgueillissait de son dernier mariage a fini par reculer, prétextant que ce sont les parents de la fillette qui lui avaient fait cadeau de leur enfant. Les organisations des droits des femmes ont vite fait de se saisir du dossier et, après enquête, de porter plainte contre le marié pour viol sur mineure et mariage forcé.

Le pasteur et son complice, le père de la fillette sont présentement en détention à la prison centrale de Makala en attente de leur procès.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Le Réseau des femmes leaders pour l’accès à la parole (RFLAP) fulmine face aux propos discriminatoires et sexistes tenus depuis quelques jours à l’égard de la Première ministre, Judith Suminwa Tuluka.


Politique

Les cybercafés et bureautiques de fortune autour de la 10e rue Limete industriel, dans les environs de la permanence de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), ont fait de bonnes affaires dans la soirée du 10 avril 2024. CV et lettres de motivation… et surtout lettres des ambitions ont été rédigés et imprimés à la queue leu leu. Les clients sont tous estampillés, UDPS.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,760.00 CDF
1 Euro2995,70 CDF
1 Yuan384,76 CDF
1 FCFA4.51 CDF

Appel d'offres

Consultant (Cabinet/Centre de recherches) pour la réalisation d’un sondage d’opinion sur la gouvernance des partis politiques en RDC


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.