Le Direct
Radio

Lucha exige la démission et la mise en accusation de Denis Kadima

Les dénonciations ne cessent de pleuvoir après les élections chaotiques du 20 décembre. Face aux nombreuses irrégularités, aux désordres et aux fraudes constatés, la Lucha exige la mise en accusation de Denis Kadima et l’annulation pure et simple des élections.

Par Grady Mugisho

Les électeurs en train de voter le 20 décembre. @ Photo Droits tiers.

publié le 25 décembre 2023 à 11:33:30

D’après le mouvement citoyen, les désordres, les irrégularités et les fraudes qui ont accompagné les élections de 2023, étaient déjà prévisibles. D’ailleurs, depuis le début du processus électoral, la Lucha “n’a cessé de dénoncer la forte dépendance des animateurs des institutions électorales au pouvoir en place, le manque des réformes électorales sérieuses et surtout l’absence d’un audit crédible du fichier électoral”.

“Les irrégularités constatées lors des élections du 20 décembre sont la conséquence directe de ce processus électoral délibérément mal engagé”, précise l’organisation un communiqué. Ainsi, face à l’amateurisme, à l’incompétence et à l’entrave au processus électoral, la Lucha exige la démission immédiate ainsi que des poursuites judiciaires contre le président de la CENI, Dénis Kadima.

Par ailleurs, le mouvement pro-démocratie recommande à la Cour constitutionnelle d’annuler les élections du 20 décembre 2023 s’il est établi que les irrégularités, les fraudes et les désordres enregistrés lors du scrutin ont porté atteinte à l’intégrité des élections dans la circonscription électorale concernée.

Ainsi, la Lucha exhorte les acteurs politiques aussi bien du pouvoir que de l’opposition politique à exprimer leurs revendications électorales dans la non-violence, le respect des lois, des droits et libertés reconnus à chaque citoyen par la Constitution. Quant à la population, elle l’invite à rester vigilante et mobilisée aussi bien pour la transparence des élections que pour la gouvernance générale du pays.

A l’opposition, Moïse Katumbi et ses alliés ont appelé aussi à l’annulation de ces élections de la honte, à la démission immédiate du président de la CENI, Dénis Kadima, ainsi qu’à sa mise en accusation. De leur coté, les candidats présidents Martin Fayulu, Denis Mukwege, Théodore Ngoy, Jean-Claude Baende et Nkema Liloo ont annoncé, quant à eux, une “grande manifestation mercredi 27 décembre à Kinshasa pour exiger la réorganisation des scrutins”.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Un groupe de communicateurs de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) vient de décerner un diplôme de mérite au directeur général du Fonds de promotion de l’Industrie, Bertin Mudimu Tshisekedi pour ses performances. La cérémonie s’est déroulée vendredi à Kinshasa au siège de cet établissement public.


Société

La langue russe est la voie de l’amitié, confie un diplomate russe. L’apprentissage de cette langue suscite aujourd’hui de l’intérêt auprès des Congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,840.00 CDF
1 Euro3,093.04 CDF
1 Yuan391.39 CDF
1 FCFA 4,70 CDF

Appel d'offres

Liste restreinte : Partenaire facilitateur pour appuyer la Coordination Générale du Projet STAR-Est de la RDC dans la réalisation des activités des THIMO


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.