Le Direct
Radio

En campagne dans l’est, Fayulu accuse Tshisekedi d’avoir pactisé avec Kagame

L’opposant Martin Fayulu, candidat à la présidentielle du 20 décembre en République démocratique du Congo, a tenu jeudi une réunion à Goma, dans l’est troublé du pays, où il a notamment évoqué l'”état de siège” imposé par le gouvernement.

Martin Fayulu, candidat à la présidentielle du 20 décembre 2023. @ Photo Droits tiers.

publié le 6 décembre 2023 à 21:50:00

Avant Goma, la capitale du Nord-Kivu, Fayulu, candidat malheureux à la présidentielle de 2018 dont il continue à revendiquer la victoire, s’était rendu à Bunia, dans le nord-est. Pendant près de deux heures, assis sur le toit ouvrant d’un gros 4×4 blanc, il a défilé et salué la foule dans la ville d’entre un et deux millions d’habitants, accompagné d’une fanfare de quelques centaines de supporters.

Sur un podium installé dans le centre-ville, il s’est ensuite exprimé devant des centaines de soutiens et d’habitants. Martin Fayulu a notamment critiqué « l’état de siège » instauré en mai 2021 dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, en proie aux violences de groupes armés.

Cette mesure exceptionnelle qui visait à éradiquer l’insécurité, mais sans y parvenir, a donné les pleins pouvoirs aux militaires. “Je suis venu voir mon président Fayulu”, a déclaré à l’AFP Oscar Norgeant, 24 ans. “J’attends de lui qu’il puisse amener du travail pour nous les jeunes”, a insisté ce jeune diplômé en informatique au chômage.

En 2018, “ses voix ont été volées pour les donner à Félix Tshisekedi”, le président sortant qui se présente pour un nouveau mandat, s’est, pour sa part, exprimé Déborah Mbulani, qui l’appelle aussi “président”. “Si ça se répète, cette fois, nous n’acceptons pas”, prévient-elle.

Dans son discours, Martin Fayulu a, par ailleurs, accusé Félix Tshisekedi d’avoir pactisé avec le président rwandais Paul Kagame, dont le pays est accusé de soutenir les rebelles du M23 qui opèrent au nord de Goma. Rébellion majoritairement tutsi, le M23 (pour Mouvement du 23 mars) a repris les armes fin 2021 et s’est emparée de larges portions du Nord-Kivu.

Le 20 décembre, près de 44 millions d’électeurs inscrits, sur une centaine de millions d’habitants, sont appelés à élire leur président, mais aussi les députés nationaux et provinciaux et les conseillers municipaux.

La campagne se tient dans un contexte sécuritaire très tendu. Un membre du parti de l’opposant Moïse Katumbi a été tué mardi lors d’une marche électorale dans l’est ; des combats ont lieu au nord de Goma; et l’Union européenne a annoncé mercredi qu’elle annulait sa mission d’observation électorale en invoquant “des raisons techniques”, après avoir d’abord dit que ses observateurs arrivés en RDC n’avaient pu “se déployer à travers le pays pour raisons de sécurité”.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Le professeur Noël Tiani Mwadiamvita a honoré le DG Junior Mata d’une visite mémorable à son office le mercredi 28 février 2024.


Justice

La Cour d’appel de Paris a confirmé mercredi 28 février la mise en accusation de Roger Lumbala «pour complicité des crimes contre l’humanité». Ancien responsable du RCD-N, l’ex-député congolais avait été arrêté le 2 janvier 2021 en France. Dans ce dossier, le très controversé Jean-Pierre Bemba, actuel ministre congolais de la Défense et l’un des principaux alliés du président Félix Tshisekedi, est cité. Après avoir eu maille à partir avec la CPI, le leader du Mlc pourrait de nouveau affronter la justice internationale.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2656 CDF
1 Euro2 876,32 CDF
1 Yuan369,08 CDF
1 FCFA4,38 CDF

Appel d'offres

Avis de Vente


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.