Le Direct
Radio

Soulèvements de la Terre : la décision du Conseil d’Etat n’est pas un “camouflet”, selon Béchu

Le ministre de la transition écologique Christophe Béchu a estimé que l’annulation de la dissolution des Soulèvements de la Terre n’était pas un “camouflet” pour le gouvernement mais un “appel à la retenue et un avertissement” à ceux qui justifient le recours à la violence.

Par AFP avec Ouragan

Président du groupe socialiste, le sénateur Patrick Kanner (CL) écoute le ministre français de l’intérieur Gérald Darmanin (C) lors d’un débat sur le projet de loi du gouvernement sur l’immigration au Sénat français à Paris le 7 novembre 2023. – le nouveau projet de loi français propose de faciliter la régularisation mesures pour certains migrants et faciliter le processus d’expulsion pour d’autres @Photo de Ludovic MARIN / AFP.

publié le 10 novembre 2023 à 10:23:00

Dans la décision du Conseil d’Etat, qui a annulé jeudi le décret de dissolution du collectif pris par le ministère de l’Intérieur, les magistrats “ne disent pas” que “le gouvernement n’aurait pas dû faire ça” mais “ils dire” que les Soulèvements de la Terre “n’ont pas totalement franchi la ligne rouge”, a déclaré M. Béchu sur Franceinfo.

“Je veux croire que (le mouvement) a entendu qu’il était passé très près de la dissolution et que ça sera suffisant pour éviter que les mêmes causes produisent les mêmes effets”, a ajouté le ministre, en référence aux affrontements du 28 mars. autour de la construction de retenues d’eau à Sainte-Soline dans les Deux-Sèvres, point de départ de la procédure.

Les images de Sainte-Soline, les cocktails Molotov, les battes de baseball utilisées pour aller taper, bénissent des dizaines de policiers et gendarmes qui ne faisaient que leur travail,… ça n’a pas sa place en démocratie, a a argumenté le ministre.

Pour sa part, le Conseil d’Etat a estimé que la procédure ne permettait pas d’établir que “le collectif cautionne d’une quelconque façon des agissements violents envers des personnes” et que les “atteintes à des biens” n’ont été que “limitées”.

Cette décision, “ce n’est absolument pas un camouflage pour le gouvernement (…) c’est un appel à la retenue et un avertissement à ceux qui pensent qu’on peut justifier la violence de n’importe quelle façon dans ce pays”, a interprété Christophe Béchu.

Interrogé sur l’appel du collectif, jeudi, à mener de nouvelles actions radicales, le ministre l’a qualifié de “totalement contre-productif”.

La violence, la radicalité, la provocation, elle provoque la sidération et le rejet d’une partie de la population, at-il conclu.

La dissolution, engagée par Gérald Darmanin, avait conduit le collectif à saisir le Conseil d’Etat fin juillet selon une procédure d’urgence dite de référé-suspension.

Plusieurs associations et partis (dont La France insoumise, EELV, Agir pour l’environnement…) ainsi que plusieurs milliers d’individus s’étaient associés à ce recours.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Lors de la première audience publique le 14 juin devant le tribunal militaire, Maître Carlos Ngwapitshi, l’avocat de Jean-Jacques Wondo avait plaidé pour une remise en liberté provisoire de son client, évoquant notamment l’absence de risque de fuite ou encore son état de santé.


Nation

La société turque Milvest du chairman Turhan Mildon est au cœur d’un scandale que s’apprêtent à dévoiler des lanceurs d’alerte. Elle ruinerait l’État congolais, selon un passage d’une enquête ayant fuité sur les réseaux sociaux.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,834.00 CDF
1 Euro3,039.75 CDF
1 Yuan390.40 CDF
1 FCFA4,63 CDF

Appel d'offres

Acquisition de mobilier et équipement de bureau au profit de la DANTIC


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.