Le Direct
Radio

Isiro et Bunia, la caravane Katumbi convainc et fidélise les électeurs

Arrivé à la tombée de la nuit à Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri, après une journée chargée mercredi 22 novembre 2023 à Isiro (Haut-Uélé), Moïse Katumbi fait désormais la glorieuse expérience de sa popularité. Bien avant à Isiro, terre de Corneille Nangaa qui a rallié son combat politique mardi, c’est une population en liesse qui a décidé de porter le candidat numéro 3 à la magistrature suprême et rompre définitivement avec le régime des détournements.

 

Par Jeanric Umande

Katumbi ovationné à Bunia aux côtés de ses alliés Matata Ponyo, Frank Diongo Shamba et Seth Kikuni Masudi. @Photo Droits tiers.

publié le 23 novembre 2023 à 06:14:22

Bunia était déjà en effervescence mercredi à l’aube. Mais, l’avion du numéro 3 a atterri au chef-lieu de l’Ituri aux premières heures du soir. Alors que certaines mains invisibles avaient maintenu juste l’équipe d’accueil aux pieds de l’appareil, le peuple enthousiasmé est sorti de sa réserve pour célébrer triomphalement l’arrivée de son sauveur, Moïse Katumbi Chapwe. Longue procession populaire ponctuée de chants en l’honneur du candidat de l’espoir sous le rythme cadancé de la fanfare jusqu’à la tribune archicomble qui suffoquait d’une marrée humaine assoiffée de voir, toucher et entendre Moïse Katumbi.

-Des jeunes en ébullition –

Des jeunes de Bunia heureux d’avoir vu le Katumbi qu’ils ont tant adulé, scandaient “Moïse”, “Moïse”. Le candidat n°3 n’avait que sa main pour saluer une population totalement acquise à sa cause. Preuve que le mariage est davantage scellé entre le vrai bâtisseur et la population. Après cinq ans de souffrance, les Ituriens ont dit à l’unanimité “au revoir” au président sortant.

-Les voleurs, c’est fini –

Au lieu du rassemblement, la foule en extase entonnait « Katumbi yaka eh, ko sauver Congo, bayibi mingi – entendez Katumbi vient sauver le Congo, ils ont suffisamment saigné le paps ». Trop tranchant, le candidat n° 3 leur a demandé «de rejeter l’expert en promesses valium, Félix Tshisekedi ». Lors de son face-à-face avec la population, Katumbi a promis de mobiliser, une fois élu président, cinq milliards de dollars américains pour la reconstruction des provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu dévastées par la guerre. C’est sous une ambiance de fête que le candidat président de la République et sa suite ont passé leur nuit à Bunia, ville sous état de siège assoupli, dirigée par un gouverneur militaire. Jeudi, Katumbi et ses alliés ont fait un marathon à Mahagi, Aru et Watsa. Puis, interviendra l’étape de Goma au Nord-Kivu où la ville attend fiéuvresement ce jeudi son futur président.

-Isiro ouvre les bras à Katumbi et tourne le dos à la mégestion –

Isiro est tombée sous le charme du candidat de la praxis politique, Moïse Katumbi Chapwe. Le leader d’Ensemble pour la République n’est pas étranger au peuple de la contrée. Plusieurs lui ont clairement témoigné l’admiration, surtout pour ses œuvres de développement et d’exemplarité gouvernementale dans le grand Katanga et dont les échos leur sont massivement parvenus. “Ici, nous n’attendons que le jour du vote pour en finir avec ce régime qui a appauvri le peuple avec le RAM. Isiro et le Haut-Uélé sont totalement abandonnés par le pouvoir central. Nous avons besoin d’un homme d’action comme le président Katumbi”, a déclaré un chef des travaux de l’Université de l’Uélé. Dans la fournaise des caméras et le délire de la foule, le candidat n°3 savourait une offrande du destin que “seule Moïse pouvait rendre possible”. La phrase remonte au début de son ascension nationale, plusieurs années plus tôt, lorsqu’il fut gouverneur du grand Katanga. Un destin que “seule Dieu pouvait rendre possible”, reconnaît Moïse Katumbi à chacune de ses sorties de campagne.

-Le triomphe d’Isiro –

Un monde fou l’a porté en triomphe à Isiro mercredi. Le candidat n°3 a mesuré sur le concret avec ses alliés, l’impact de la pauvreté dans une province minière où la population exprime quotidiennement son désarroi. Une population qui ne compte désormais que sur son “messie Katumbi” pour la sortir de la misère endurcie. Ainsi, comme à Kisangani (Tshopo) et Buta (Bas-Uélé), les habitants du Haut-Uéle l’ont dit avec espoir que leur tristesse disparaîtra dans quelques mois. Eux, qui ne jurent que de voter massivement le candidat numéro 3 pour conjuguer au passé la mauvaise gouvernance imprimée par “l’homme des promesses non tenues”. “C’est donc un tsunami qui s’annonce avec le scrutin du 20 décembre 2023”, a prédit un notable de Watsa venu spécialement de son lointain territoire pour écouter Katumbi. Au moment où la Commission électorale nationale indépendante (CENI) vient de démarrer les opérations de test grandeur nature des Dispositifs électroniques de vote (DEV) dans les 12 antennes de la Centrale électorale de Kinshasa et des territoires de Kasangulu et de Madimba au Kongo central, Moïse Katumbi a rassuré ses futurs administrés du Haut-Uélé qu’il reconstruira la belle et riche province pour permettre à son peuple de jouir de ses richesses. L’ex-Gouv a demandé à la foule venue l’écouter «de ne pas voter pour Félix Tshisekedi, président des promesses somnifères, qui n’a rien fait pour le Haut-Uele après 5 ans de règne». Contrairement à l’école, il n’est pas permis de redoubler à la fonction présidentielle quand on n’a pas de bilan à présenter à la population, a-t-il asséné, en présence de ses alliés Matata Ponyo, Seth Kikuni et Franck Diongo, présentés au public.

-Faire renaître le Haut-Uélé –

«J’ai vu qu’il n’y a toujours pas de routes, pas d’électricité, pas d’eau… La gratuité de l’enseignement est un slogan ici et les enseignants ont un salaire de 50 000 francs congolais contre 21 000 dollars pour un député national qu’il a formé. Le Haut-Uele manque de tout. Il reviendra encore ici pour essayer de vous endormir avec un autre chapelet de promesses irréfutables. Demandez-lui ce qu’il a fait pour la province et dites-lui au revoir», a-t-il convaincu ses soutiens sous des salves d’applaudissements.

Évoquant, encore une fois, son programme social chiffré à 141 milliards de dollars, Katumbi a promis de construire les routes et les hôpitaux, d’améliorer les salaires des enseignants ainsi que la solde des militaires et des policiers. “Je m’engage à asphalter la route Isiro-Buta. J’ai déjà relevé pareil défi au Katanga en bitumant la route Kasumbalesa-Kolwezi. Je ne suis pas un démagogue. Je suis un homme des actions palpables et j’ai eu à le prouver à plusieurs reprises”, a-t-il indiqué. La route Isiro-Buta est longue de 490 km. Par contre, la distance entre Kasumbalesa et Kolwezi est de 400 km. Un exercice d’expérience pour le bâtisseur du Katanga qui, bientôt, portera le destin du grand Congo.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Le travail manuel communément appelé “salongo” initié par la mairie de Kinshasa dans le cadre de l’opération Kin-bopeto chaque samedi avant-midi afin de lutter contre l’insalubrité dans la capitale, est aujourd’hui réduit à un recouvrement pur et simple d’argent.


Politique

Augustin Kabuya poursuit les consultations des partis et regroupements politiques en vue d’identifier la majorité parlementaire qui conduira à la formation du gouvernement. Mardi, le secrétaire général du parti présidentiel a rencontré le regroupement Alternative chrétienne pour le Congo conduit par son leader, André Lite. La plateforme pèse 12 élus dont 4 nationaux.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2657 CDF
1 Euro2 862,83 CDF
1 Yuan369,13 CDF
1 FCFA4,36 CDF

Appel d'offres

Réalisation deux Forages dans la province de Kwango près de la ville de Kenge


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.