Le Direct
Radio

Enrôlement sous plusieurs irrégularités (GERIA)

L’opération d’identification et enrôlement des électeurs a connu plusieurs irrégularités sur l’ensemble de la République démocratique du Congo, notamment à Goma au Nord-Kivu et Bukavu au Sud-Kivu. Conclusion du Groupe d’expertise sur les réformes institutionnelles (GERIA-RDC) après avoir documenté plusieurs cas d’ordre procédural, administratif, sécuritaire, éthique et technique. Dans un communiqué de presse rendu public le lundi 1er mai 2023, l’organisation dénonce entre autres la fraude, la corruption et le monnayage des jetons des requérants, candidats à l’enrôlement pour les élections de décembre 2023.

Par Landry Amisi

Les requérants sur la file à Goma en attendant d’avoir leurs cartes d’électeur @Photo Droits tiers.

publié le 5 mai 2023 à 05:03:00

GERIA-RDC répertorie plusieurs incidents rapportés sur le terrain à la suite de l’opération d’identification et enrôlement des électeurs notamment, la fraude, la corruption et le monnayage des jetons d’une part, par des éléments de la police commis à la sécurité des opérations d’enrôlement et en connivence avec certains préposés à l’inscription, d’autre part. À ceux-là se sont ajoutés le cas malheureux de mort d’hommes dans un centre d’enrôlement à Goma ainsi que les arrestations et bagarres généralisées entre les requérants sur la file d’attente. Le diagnostic a été fait dans un échantillon des centres d’inscription à savoir : E.P Kyeshero, E.P Baraka, Institut Himbi, Institut Faraja, La pépinière, Institut Mavuno, Institut Zaner, Institut Ndahura, Complexe scolaire La joie, École primaire Matunda, Rutoboko, Mont Carmel, Biahi, la Concorde etc. “Ces opérations ont suscité de vives inquiétudes surtout dans les provinces sous états de siège (Nord-Kivu et Ituri). Des populations ont été contraintes à fuir pour certains leurs habitations suite aux affrontements dans les zones de combats entre les forces gouvernementales et les rebelles”, souligne l’organisation.

Un enrôlement bâclé

GERIA qui note quelques points réglementés à l’actif de la CENI apprécie tout de même la publication du calendrier pour les opérations d’enrôlement des électeurs ; l’accréditation des observateurs de la Mission d’observation de GERIA parmi les organisations ayant approché la CENI ; l’organisation des périodes de rattrapage, sur demande des autres parties prenantes, après l’expiration des délais impartis ; la communication permanente dans certains centres d’enrôlement entre la CENI, la présence des forces de l’ordre et les requérants etc.

En dépit de cela, quelques points négatifs ont été également notés. (Cas de la faible information sur le rôle des observateurs électoraux auprès des agents des centres d’enrôlement) ou encore “la circulation des matériels électoraux sensibles entre les mains des individus n’ayant pas qualité”. Cette dernière irrégularité énerve la loi et accidente les procédures en la matière. GERIA épingle également la faible affluence d’observateurs au niveau des centres d’enrôlement ; la piètre qualité des services rendus par les membres des centres d’enrôlement et surtout la mauvaise qualité de la photo sur la carte. Le Groupe d’expertise sur les réformes institutionnelles en Afrique (GERIA- RDC) a déployé une mission d’observation électorale dans la troisième aire opérationnelle pour s’enquérir du déroulement des opérations de révision du fichier électoral débutées en mi-février dernière. Ces opérations ont concerné pour cette étape les provinces de Bas-Uele, Haut-Uele, Ituri, Maniema, Nord-Kivu, Sud-Kivu et la Tshopo dans l’est de la République démocratique du Congo ainsi que le Canada et les USA, affirme son communiqué.

Des couacs très condamnables

L’interruption de l’opération d’identification et enrôlement des électeurs, dû principalement au dysfonctionnement des kits d’enrôlement des électeurs, à la rupture de stock des imprimés, et au déficit des sources d’énergie a attiré l’attention. La mauvaise gestion de la file d’attente suite notamment au monnayage des services n’a pas permis une bonne tenue de l’activité électorale. “Les personnes de troisième âge, les femmes enceintes, les malades ou les personnes vivant avec handicap, les analphabètes n’avaient généralement pas bénéficié des mesures exceptionnelles dans les Centres d’enroulement”, décrit le communiqué de GERIA.

Autres anomalies soulignées, certains chefs de centres en complicité avec quelques éléments de la police, les agents commis et même “les responsables municipaux monnayaient et trafiquaient ouvertement les cartes au point de soulever permanemment la grogne et un sentiment d’injustice au sein des populations venues de partout pour se faire enrôler”, rapporte la mission d’observation de GERIA.

Brouillard sur le financement des élections

Dans ses recommandations, GERIA-RDC propose au gouvernement de la République démocratique du Congo de renforcer l’éducation civique et électorale des citoyens, d’assurer convenablement la sécurité des sites d’enrôlement et du matériel électoral sensible et d’insister sur la qualité de la main-d’œuvre pouvant travailler dans le cadre du processus électoral en cours et à venir. La CENI est priée de “publier les statistiques de personnes enrôlées au bureau d’Inscription par bureau pour éviter tout mouvement de suspicion de gonflement des chiffres des inscrits sur les listes électorales”.

L’organisation suggère à la CENI d’infliger des sanctions sévères aux agents qui se sont méconduits dans l’accomplissement de leurs tâches afin de dissuader les mauvaises pratiques et de “mettre à la disposition de toutes les parties prenantes au processus électoral, les informations liées au financement des opérations d’enrôlement/électorales et le plan de décaissement signé avec le gouvernement”. Il lui est aussi recommandé de renforcer les capacités et la mobilité de ses techniciens afin d’assurer une meilleure maintenance pour minimiser les cas de dysfonctionnement des kits d’enrôlement déployés dans les centres d’inscription.

GERIA-RDC est une organisation non gouvernementale qui a pour mission d’accompagner les institutions publiques, les acteurs économiques privés et les associations d’Afrique dans leurs réformes, le plaidoyer, la mobilisation et la diversification des ressources indispensables à la mise en œuvre de leurs projets. Elle souhaite mobiliser une expertise majoritairement africaine dont l’implication effective pourrait favoriser et garantir la mise en place d’un cadre participatif et pertinent lié aux réformes jugées indispensables, afin de promouvoir de modes opératoires entièrement pensés par et pour les Africains.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Le professeur Noël Tiani Mwadiamvita a honoré le DG Junior Mata d’une visite mémorable à son office le mercredi 28 février 2024.


Justice

La Cour d’appel de Paris a confirmé mercredi 28 février la mise en accusation de Roger Lumbala «pour complicité des crimes contre l’humanité». Ancien responsable du RCD-N, l’ex-député congolais avait été arrêté le 2 janvier 2021 en France. Dans ce dossier, le très controversé Jean-Pierre Bemba, actuel ministre congolais de la Défense et l’un des principaux alliés du président Félix Tshisekedi, est cité. Après avoir eu maille à partir avec la CPI, le leader du Mlc pourrait de nouveau affronter la justice internationale.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2656 CDF
1 Euro2 876,32 CDF
1 Yuan369,08 CDF
1 FCFA4,38 CDF

Appel d'offres

Avis de Vente


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.