Le Direct
Radio

Pétrole, détournement en plein régime

LIREX, SURESTREAM, Liawenda-Kinkazi, Ndunda, ces noms d’entreprises et gisements pétroliers ne signifient pas grand-chose pour les Congolais, lambda ou élite à quelques exceptions près. Contrairement à Ventora, Sicomines ou Musonoïe, qui, tout de suite, suscitent passion, présomption de détournements ! Les secteurs minier et pétrolier sont tous atteints du cancer de la supercherie… à la seule différence que, chez les miniers, c’est le vol à l’esbroufe.

Par Pold Levi Maweja

Les installations du géant pétrolier congolais dans les eaux à Muanda @Photo Droits tiers.

publié le 14 mars 2023 à 06:04:00

Nulle trace des recettes perçues par l’État à travers la Sonahydroc ex-Cohydro sur des contrats de partage de production (CPP) du pétrole, notamment avec la firme Lirex. La Loi n°15/012 du 1er août 2015 portant régime général des hydrocarbures ou Code des Hydrocarbures apporte notamment comme innovations, la mise en place d’un régime d’hydrocarbures basé principalement sur le contrat de partage de production (CPP) et subsidiairement sur le contrat de service et ce, à l’exclusion du régime des conventions.

L’article 17 du Code précise que la participation de l’État, à travers son entreprise publique à l’occurrence la Société nationale aux activités d’hydrocarbures en amont est de 20 % au minimum. Elle ne peut être cédée.

Une nouvelle loi pour rien

Hélas, les informations en notre possession, attestent que l’État/Sonahydroc ne dispose que de 15% des parts dans Lirex, une société en pleine exploitation, opérant dans les concessions n° 179, 180 et 191 en on shore. La Sonahydroc SA est également en contrat CPP avec ENERGULF. Avec cette firme, le contrat initial a été amendé à coup d’avenants, mais qui s’avèrent à ce jour sans impact financier réel pour le Trésor. En conflit avec les Italiens d’ENI, la firme SURESTREAM a également signé un CPP avec Sonahydroc. Mais les intérêts financiers ou en nature de l’État n’y sont guère perceptibles. En 2019, la Sonahydroc et la société OIL QUEST DRC ont signé un contrat pour la reprise du bloc V dépossédé à la firme SOCO qui a décidé de quitter le champ pétrolier du littoral congolais. Nos sources rapportent qu’il existe une clause commune dans ces CPP : la part d’intérêt de SONAHYDROC, sera prise en charge par les entités autres que SONAHYDROC, composant le contractant qui prendra en compte tous les coûts pétroliers. Ces coûts sont déduits de la part de SONAHYDROC d’un compte avance dont les créanciers sont les autres entités formant le contractant.

En termes simples, l’État a été tourné en bourrique, non sans la complicité des décideurs congolais. Les prévisions 2023 des recettes des pétroliers producteurs sont de 615. 414.780.846 FC, soit 304.374.490 US$ au taux budgétaire de 2021,9FC/US$. Du menu fretin! Ces assignations ne représentent que près de la moitié des recettes obtenues des pétroliers producteurs, il y a 5 ans.

Aussi, près de 68% de ces recettes soit 246.354.416 US$ devraient être collectées par le fisc (DGI) et le reste par la DGRAD, régie financière en charge des recettes non fiscales. Ces prévisions des recettes, en croissance de 55,8% par rapport à l’exercice 2022, sont projetées sur base des déclarations des opérateurs et prennent en compte une production journalière de 20.989 barils pour les deux groupes (on-shore et off-shore), un prix moyen du baril de 101,6 US$ après décote et des frais du terminal de 2,5 US$ le baril.

Depuis 1970, la production du brut au large de Muanda oscille autour de 20.000 barils. Et ce, en dépit des conventions et avenants dont les pétroliers producteurs jouissent voilà plus de 50 ans! La DGI et la DGRAD ont, en effet, reçu du gouvernement l’autorisation de recouper, auprès des pays importateurs de brut congolais, les statistiques des productions et des ventes effectuées par les pétroliers producteurs ainsi que la structure et le volume de leurs charges.

Principe de sincérité

Mais les résultats de cette mission ne sont pas encore rendus officiellement publics, autant que l’audit initié par l’État dans les entreprises pétrolières opérant en République démocratique du Congo. Mais en tout état de cause, le principe de sincérité convenu entre les pétroliers producteurs et l’État congolais à travers la Sonahydroc dans l’exploitation de l’or noir dans le littoral de Muanda ne paraît guère porter des effets escomptés.

Impôt spécial forfaitaire

L’État ne dispose pas des parts en nature, même pas un litre ! Son représentant, la SONAHYDROC, n’effectue, en fait, aucune opération de commercialisation du brut rdcongolais. La DGI et la DGRAD se contentent de percevoir ce que leur versent les pétroliers producteurs. Il s’agit, entre autres, d’un royalty de 12.5 % de la valeur des hydrocarbures à la tête du puits, contrairement à la plupart des pays producteurs qui font référence à la valeur d’exportation. Les producteurs en on shore paient également un impôt spécial forfaitaire de l’ordre de 50 % sur les bénéfices et n’expédient à l’ex- COHYDRO que les chiffres inhérents à la quantité du brut au titre des royalties revenant à l’État.

Les producteurs en offshore, par contre, versent à l’État d’abord une taxe statistique de 1 % sur les exportations du pétrole brut, puis 40 % de la marge distribuable après déduction de toutes les dépenses opérationnelles, y compris les frais de forages incorporels et puits secs. Ensuite, ils versent 20 % de participation perçus sur les 60 % de la marge distribuable des sociétés après déduction de la participation, soit 20 %, et d’autres montants déductibles en vertu du régime du droit commun et qui n’auraient pas été déjà déduits.

Ainsi, le rôle de la Société nationale des hydrocarbures ne se limite qu’à une contre-expertise des données fournies par les sociétés productrices. En fait, il s’agit d’une simple formalité, car elle n’en a pas les moyens. Les producteurs apportant tout le capital technique et financier pour les besoins de la production du pétrole.

D’après les experts, l’organisation particulière des opérations de l’extraction du brut trouverait son explication dans la recherche de minimisation des coûts de fonctionnement. Aussi, est-il un fait que cette organisation a deux paliers : les sociétés titulaires de permis pétroliers, d’une part ; et les sociétés opératrices sur ces permis, d’autre part. Ce qui a pour effet de rendre l’État dans les opérations d’un partenaire particulièrement dormant ou un « sleeping partner ».

En clair, dans l’on shore, par exemple, la société concessionnaire est la Société congolaise de recherche et d’exploitation de pétrole (SOCOREP), mais l’affermataire est PERENCO REP, ex-FINAREP. C’est elle qui traite avec l’État. Les programmes des travaux, le budget, son financement, le rythme de production et la fixation des prix à l’exportation sont l’apanage des producteurs.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Un groupe de communicateurs de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) vient de décerner un diplôme de mérite au directeur général du Fonds de promotion de l’Industrie, Bertin Mudimu Tshisekedi pour ses performances. La cérémonie s’est déroulée vendredi à Kinshasa au siège de cet établissement public.


Société

La langue russe est la voie de l’amitié, confie un diplomate russe. L’apprentissage de cette langue suscite aujourd’hui de l’intérêt auprès des Congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,840.00 CDF
1 Euro3,093.04 CDF
1 Yuan391.39 CDF
1 FCFA 4,70 CDF

Appel d'offres

Liste restreinte : Partenaire facilitateur pour appuyer la Coordination Générale du Projet STAR-Est de la RDC dans la réalisation des activités des THIMO


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.