Le Direct
Radio

Loi Tshiani, loi du chaos !

Déjà des tremblements de terre se font sentir à Kinshasa et dans certaines villes de la République. Les Congolais s’opposent catégoriquement à toute forme de discrimination électorale à la présidentielle de décembre 2023. Une kyrielle d’ONG montent au créneau et des acteurs politiques piquent des colères noires. À cette allure, il faut redouter que le pays devienne ingouvernable sur les 10 derniers mois du quinquennat Tshisekedi au vu des manifestations populaires imprévisibles à l’horizon.

Par Landry Amisi

Les manifestants anti-loi Tshiani ont inondé les rues de Kinshasa et de Kisangani @Photo Droits tiers.

publié le 28 mars 2023 à 05:26:00

Des Congolais exténués sont sortis de leur réserve lundi matin pour protester contre la sulfureuse proposition dite « loi Tshiani » sur la Congolité. Des démonstrations publiques au Camp Luka à Kinshasa, à l’ouest du pays, et à Kisangani, un peu plus au nord-est, mettent en garde l’auteur et les députés tentés d’examiner ce texte du chaos. « Nous n’acceptons pas qu’un seul Congolais soit stigmatisé pour la présidentielle. Nous voulons des chances égales pour tous les candidats », a expliqué un manifestant du camp Luka. Tous les mécontents soupçonnent la main du pouvoir dans l’orchestration de cette loi. « Nous mettons en garde le président de l’Assemblée nationale contre tout complot discriminatoire autour de l’élection présidentielle. S’ils veulent la paix, qu’ils laissent les Congolais libres de choisir leur président de la République », a réagi un syndicaliste de la fonction publique qui croit qu’il faut « changer » de système de gouvernance en République démocratique du Congo. Pour plusieurs manifestants, le pays a « beaucoup régressé ».

Steve Mbikayi déconne

Nous devons combattre la discrimination raciale, la xénophobie et le tribalisme partout dans le monde, a déclaré Emmanuel Adu Cole, président de la Fondation Bill Clinton pour la paix. Il réagissait aux propos inadaptés et improductifs de Steve Mbikayi Mabuluki, ancien ministre des Affaires humanitaires et de la solidarité nationale. Ce dernier s’est inscrit dans la logique discriminatoire et divisionniste consistant à barrer la route à Moïse Katumbi Chapwe. “Pas d’agitation. Inutile d’en faire un débat à l’Assemblée nationale au risque d’énerver inutilement l’article 10 de la Constitution. La loi est déjà votée dans le mental collectif des Congolais. Tout demi-dakar qui s’hasarderait à la présidence jettera son argent par la fenêtre”, a écrit sur Twitter Steve Mbikayi. Une déclaration explosive lorsqu’on sait que cette question divise les populations congolaises politiquement et linguistiquement.

Tous contre Tshiani

L’Institut de recherche en Droits humains (IRDH) a réitéré ses arguments prouvant l’inconstitutionnalité de ce projet de loi en rappelant les « trois motifs d’inadmissibilité de la Loi Tshiani », publiés le 17 mars 2022, par le directeur général de l’Institut, Maître Tshiswaka Masoka Hubert. Eu égard à la témérité diabolique des auteurs de la Loi Tshiani, l’IRDH recommande à l’Assemblée nationale de voter une motion de rejet préalable, dans le but de reconnaître que ce texte clivant est contraire à plusieurs dispositions constitutionnelles qui entraînent son rejet. De ce fait, il n’y a pas lieu à délibérer de son fond. En effet, par souci de justice pour tous ses citoyens, la République démocratique du Congo (RDC) organise un arsenal juridique cohérent et clair, constitué des lois contraignantes et générales dans leur application : Les traités internationaux, la Constitution, les lois et les actes administratifs. Son ordre juridique assure le respect des droits et libertés de ses citoyens. Les lois y sont détaillées, en vue de préciser celles qui sont supérieures, sans jamais les méconnaître, ni les contredire. Les nouvelles lois sont votées par l’Assemblée nationale et le Sénat qui assurent la représentation de la nation. Elles doivent être conformes à la Constitution et s’inscrire dans l’ordre existant, en vue d’éviter des conflits avec des textes préexistants.

Toute loi exprime « la volonté générale », protège et respecte les libertés de tous les citoyens. Contrairement à la volonté du législateur telle qu’organisée en RDC, la proposition de la « Loi Tshiani » viole une série de dispositions constitutionnelles en ce qu’elle propose la classification des Congolais. En substance, contre des droits fondamentaux d’une partie des citoyens, elle suggère le « verrouillage de l’accès aux fonctions de souveraineté nationale » et d’empêcher à « la classe de Congolais de loyauté partagée » d’accéder aux dites fonctions de souveraineté qui seraient réservées à « la classe de Congolais de loyauté à 100% ». En somme, la « loi Tshiani » recommande une division de la société congolaise en deux classes : (i) Celle des Congolais de « père et de mère » qui jouirait des droits d’accès aux fonctions de souveraineté nationale notamment, à la présidence de la République et (ii) celle des Congolais dits à loyauté partagée, du fait de leurs origines familiales. En voulant classifier les Congolais d’origine entre ceux issus de l’union des deux parents (père et de mère) congolais et ceux dont l’un des deux parents est étranger, la Loi Tshiani viole diverses dispositions de la Constitution :
Premièrement, elle est contraire à l’article 12 de la Constitution qui stipule que « tous les Congolais sont égaux devant la loi et ont droit à une égale protection des lois ». Et, l’article 13 explicite qu’en matière d’accès aux fonctions publiques, aucun Congolais ne peut faire l’objet d’une mesure discriminatoire, en raison de son origine familiale. Deuxièmement, la Loi Tshiani viole l’article 153 de la Constitution qui reconnaît les coutumes des groupes ethniques. Il accepte l’application de « la coutume pour autant que celle-ci ne soit pas contraire à l’ordre public ou aux bonnes mœurs ».

Dans ce cadre, la RDC reconnaît les mêmes droits aux groupes ethniques à système matriarcal autant que ceux du système patriarcal. Dans le premier, l’enfant appartient à la lignée ethnique de sa mère, contrairement au deuxième système qui ne reconnait que la descendance de son père. Sur cette base, l’article 10 de la Constitution définit la nationalité congolaise d’origine. Et, la Loi n° 04/024 du 12 novembre 2004 relative à la nationalité congolaise, reprend exactement, à son article 6, le même texte : « […] Est congolais d’origine, toute personne appartenant aux groupes ethniques et nationalités dont les personnes et le territoire constituaient ce qui est devenu le Congo (présentement la RDC) à l’indépendance ». Par ailleurs, le Code de la famille, en son article 117, donne à la mère, autant qu’au père, la possibilité de déclarer la naissance de l’enfant à l’état civil. De ce fait, l’enfant appartient au groupe ethnique déclaré. En plus, l’article 593 du Code la famille rappelle que : « […] Toute discrimination entre Congolais, basée sur les circonstances dans lesquelles leur filiation a été établie, est interdite ».

Troisièmement, la Loi Tshiani viserait à protéger la souveraineté de l’Etat contre des personnes à loyauté partagée. De ce fait, elle viole l’article 5 de la Constitution qui dispose que la souveraineté nationale appartient à tout le peuple et qu’aucune fraction ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. En conclusion, il découle de la Constitution, de la Loi organisant la nationalité ainsi que le Code de la famille que la nationalité congolaise d’origine est reconnue à tout enfant, dès la naissance, en considération de sa filiation à l’égard de l’un ou de deux parents congolais, son appartenance aux groupes ethniques dont les personnes et le territoire constituaient ce qui est devenu présentement la RDC, à l’indépendance. L’IRDH estime que la « loi Tshiani » ne peut être débattue au Parlement congolais, car elle est anticonstitutionnelle. Elle tend à nier des droits fondamentaux garantis à tous, au détriment d’une partie des citoyens congolais d’origine, et prétendre en reconnaître plus à une autre fraction.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

L’Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (OLPA), a condamné avec véhémence les actes d’intimidation contre une responsable d’un média basé à Goma, capitale du Nord-Kivu, de la part des individus arborant la tenue de la Direction générale des migrations (DGM).


Économie

La Cellule nationale des renseignements financiers (Cenaref) a sensibilisé les magistrats civils et militaires ainsi que les avocats dans la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,805.00 CDF
1 Euro3,005.84 CDF
1 Yuan386.34 CDF
1 FCFA 4,63 64437 CDF

Appel d'offres

Consultant (firme) pour l’élaboration de l’EIES relative aux travaux prioritaires d’amélioration du système d’alimentation en eau potable de la ville de Kananga


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.