Le Direct
Radio

Fusillade médiatique à la CENI, Kadima écrabouille Nangaa

Une conférence de presse aux allures d’une contre-offensive “foudroyante” convoquée mardi après-midi au quartier général de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Retransmise en direct sur la télévision publique, Denis Kadima a passé la main à son deuxième vice-président pour répliquer. Grande gueule, le bagarreur Didi Manara, député national mis en disponibilité pour son mandat à la CENI, était dans tous ses états pour écrabouiller sans état d’âme Corneille Nangaa. Manara a bondi de tous ses instincts, dans un vocabulaire de très forte détonation.

Par Jeanric Umande

Kadima et Nangaa, le président sortant et entrant de la commission électorale à couteaux tirés @Photo Droits tiers.

publié le 17 mars 2023 à 05:59:00

La CENI est gravement blessée. Les critiques du technicien des élections Corneille Nangaa Yobeluo ont troublé la quiétude des gestionnaires de la centrale électorale, eux qui font déjà l’objet de désaveu général auprès des parties prenantes au processus électoral. Les dernières quarante-huit heures occupées par Nangaa sur les médias congolais ont offensé Kadima et ses collègues. Au point de convoquer tous les grands faisceaux de la presse pour tempêter et démantibuler le prédécesseur de Denis Kadima. Pour Manara, l’expertise de Nangaa n’est pas le produit d’une compétition à la désignation comme président de la CENI pour prétendre formuler une réprimande à l’actuelle CENI. Autrement dit, “son profil n’a jamais été confronté à d’autres compétiteurs pour prétendre être le meilleur et donneur de leçon”, a réagi Didi Manara. Au sujet des accusations faisant état de l’amateurisme de l’équipe Kadima, Manara se lance dans un comparatif des temps, des compétences et des chiffres. Puisque, considère-t-il, “Nangaa n’est pas n’importe quel quidam. C’est un Monsieur qui a dirigé cette institution. Et lorsque quelqu’un s’attaque à l’intégrité de la CENI, nous avons le devoir de défendre notre institution, défendre le processus électoral”. Les 19.246.505 d’électeurs enrôlés jusqu’à présent constituent des données brutes des statistiques de la 1re aire opérationnelle de la révision du fichier électoral et qu’il faille attendre la fin de l’enrôlement dans la deuxième et troisième aires opérationnelles afin de procéder au dédoublonnage et à la consolidation des données pour avoir le nombre exact dans le fichier électoral en répondant au principe « un électeur, une voix », s’est longuement expliqué Manara. “Il est donc étonnant que l’auteur de la déclaration qui a publié les résultats électoraux in globo par souci d’opacité exige, de manière erronée, à ses successeurs de publier les statistiques de l’enrôlement des électeurs en détail pour assurer la transparence”, justifie encore le deuxième vice-président de la CENI. Pour Manara, Nangaa étale sa mauvaise foi et son intention de nuire au déroulement du processus électoral en cours en ce que sous mandat, il n’a pas récolté dans son actif des prouesses réalisées par le nouveau management, a-t-il secoué.

Tu sors nos faiblesses, nous étalons tes pourritures…

Manara s’est voulu à la fois offensif et menaçant vis-à-vis de Corneille Nangaa. “Il a laissé beaucoup de cadavres dans le placard. S’il continue, nous allons continuer à les sortir sur la place publique”, a-t-il défié le successeur de Malumalu. Manara accuse l’ancien président de la CENI d’être responsable des arriérés de salaires des agents qu’il a dirigé, 21 mois impayés. “C’est lui qui peut dire où est-ce qu’il avait mis cet argent”, a-t-il répondu à un journaliste. Une fusillade médiatique qui l’a conduit à exhumer des dossiers en souffrance, non decantés par l’équipe Nangaa. “Il ne peut s’ériger en modèle de gestion ni en donneur de leçon”, a-t-il clamé devant une multitude des caméras. Plusieurs arriérés des loyers des bâtiments abritant les installations de la CENI tant à Kinshasa qu’à travers toutes les provinces ; l’immeuble abritant le siège national de la CENI dans un état de délabrement très avancé avec des installations sanitaires dégradantes, etc. S’agissant du social des cadres et agents de la CENI, plongés dans une précarité sans précédent suite au rabais sensible des salaires à 40% et à la gestion calamiteuse de Nangaa, Kadima s’est engagé, non seulement à apurer les 9 mois des salaires impayés par Nangaa, mais aussi à réajuster à la hausse les salaires des agents de 40 à 100% à ce jour.

Nangaa encore et toujours dans de sales draps

Du début à la fin de sa conférence, Didi Manara n’a fait que tirer à boulets rouges sur Corneille Nangaa. Au point de s’inviter dans le fameux débat de l’accord politique qui aurait été conclu entre l’ancien et l’actuel président de la République. “Il doit expliquer au peuple congolais comment a-t-on évité un bain de sang lors de la passation des pouvoirs”, a encore égratigné Manara. Justifiant que Nangaa a tenté de se ressaisir après sa bourde dans le magazine Jeune Afrique, Manara estime “l’affaire n’est pas terminée”, car les négociations dont il parle se sont déroulées à Mbuela-Lodge en l’absence du tristement célèbre Nangaa.

L’équipe Kadima s’accroche et repousse toute idée de dialogue

Manara a quelque peu balbutié au sujet d’un dialogue préconisé en vue d’un atterrissage en douceur du processus électoral. “La CENI est à moins de 10 mois des élections. Le dialogue n’est pas mauvais, mais avec quel contenu, pour freiner le processus électoral?”, s’est interrogé le 2e vice-président de la Centrale électorale. Une manière de s’opposer indirectement à des assises qui viendraient évoquer la nécessité de recomposition de son institution. Et de conclure, “la CENI veut soumettre l’avant-projet de loi sur la répartition des sièges à l’Assemblée nationale à bonne date”, a-t-il confié.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

La Première ministre Judith Suminwa a exprimé vendredi son ferme engagement à faire exécuter le programme d’actions du gouvernement calqué sur les six engagements du président de la République repris dans son son discours d’investiture, après sa réélection pour un second quinquennat.


Nation

Lors de la première réunion du gouvernement Suminwa vendredi à la Cité de l’Union africaine à Kinshasa, le président de la République, Félix Tshisekedi, a invité les nouveaux ministres à se mettre résolument au travail pour répondre aux attentes du peuple congolais.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,803.00 CDF
1 Euro3,044.90 CDF
1 Yuan384,59 CDF
1 FCFA 4,64 15686 CDF

Appel d'offres

Sélection des fournisseurs des équipements médicaux en faveur des projets du FCP III – Phase transitoire en Ituri et au Sud Kivu


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.