Le Direct
Radio

M23, Macron pas sûr de convaincre Kinshasa

L’accueil du président français à Kinshasa le 03 mars donne tous les signes de froideur et même d’hostilité. La violation constante du cessez-le-feu sur le terrain des opérations par les troupes rwandaises du M23 renvoie les Congolais à admettre que la thèse d’un complot criminel à l’échelle internationale n’est plus à démontrer. Emmanuel Macron, devenu ami de Paul Kagame pour plusieurs intérêts économiques autour de la République démocratique du Congo, n’est plus une personnalité crédible aux yeux des Congolais.

Par Jeanric Umande

Emmanuel Macron, le président français attendu début mars prochain en visite à Kinshasa @Photo Droits tiers.

publié le 24 février 2023 à 06:10:00

Officiellement, Emmanuel Macron est attendu à Kinshasa le 3 mars courant. Si au niveau du gouvernement, le protocole d’accueil sera respecté, la classe politique congolaise, quant à elle, n’attend absolument rien de spécial de la visite du chef de l’État français. Majorité et opposition s’accordent à dire que la France est activement positionnée dans la conspiration. Paris a déjà donné des signaux hostiles à la République démocratique du Congo. Depuis Nicolas Sarkozy, cette France est pro-rwandaise. Elle l’affirme et l’assume. Au-delà de sa plaidoirie à l’Union européenne en faveur d’un financement contesté de l’armée rwandaise à hauteur de 20 millions d’euros, la même France vient de surprendre toute la Francophonie avec l’élévation de madame Louise Mushikiwabo (la Rwandaise) comme secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie. Une insulte pour la République démocratique du Congo. Autre grief à charge du président Macron, c’est son silence coupable vis-à-vis de Kigali dans l’activation de la guerre du M23. En effet, tous les accords signés jusqu’ici sont littéralement violés, y compris les différentes ententes pour le cessez-le-feu. “Macron sait ce qui se trame contre la RDC. Sa venue ne sera que protocolaire”, commentait mercredi matin un analyste politique de la majorité. “Ils savent ce qu’ils font avec Tshisekedi”, a réagi jeudi l’assistant d’un candidat à l’élection présidentielle de décembre 2023. Du côté de la société civile, les acteurs se préparent à exprimer à Emmanuel Macron leur ras-le-bol, en face. “Que peut-il faire de plus qu’il n’a pu réaliser depuis son initiative de New York le mercredi 21 septembre 2022? Il dira la même chose, dialogue avec Kigali et avec le M23”, a désapprouvé un chef de file de la société civile congolaise.

On signe toujours les textes mais rien ne change

Effectivement la rencontre de septembre 2022 à New York était censée baliser les meilleures conditions d’un dialogue direct entre Félix Tshisekedi et Paul Kagame. Ce jour-là, les discussions avaient tourné autour des violences armées dans l’est de la RDC. La résolution arrêtée par les trois chefs d’État était censée apporter une réponse régionale et coordonnée à la menace portée par les groupes armés terroristes dans la région avec notamment le retrait du M23 de toutes les localités occupées jusqu’alors. La rencontre disait avoir aplani les conditions d’un dialogue franc et constructif, nécessaire à la relance de la coopération entre les deux pays de la région et conformément au processus de Luanda (Angola). Surtout, avaient-ils convenu d’agir de concert pour obtenir au plus vite le retrait du M23 de toutes les localités occupées et le retour des déplacés de guerre de ces localités à leurs domiciles, avec l’appui des Nations unies et de leurs partenaires de l’Union africaine, de la Communauté de l’Afrique de l’Est et de la Conférence sur la région des Grands Lacs (CIRGL). Cinq mois après, la situation a plutôt dégénéré et la RDC de plus en plus isolée dans une posture d’un État se débattant seul contre tous ses agresseurs directs et indirects.

EAC, UA, UE et ONU, complices de Kagame

L’équation RDC est un sujet délicat pour la communauté des Nations. Consigne aurait été dispatchée à toutes les organisations régionales, africaines et internationales de ne pas condamner l’agression rwandaise et de ne pas relayer l’épithète “groupe terroriste” pour désigner le M23. Ainsi, malgré tous les rapports du groupe d’experts des Nations unies sur la République démocratique du Congo pointant très clairement le Rwanda dans les massacres commis en République démocratique du Congo, aucune organisation régionale, continentale et internationale ne fait mention du caractère terroriste du M23. Tout comme aucune d’entre elles n’a incriminé le Rwanda d’agression sur la RDC. Même en cas de massacres massifs des populations congolaises par des soldats rwandais sous l’étiquette du M23, les gouvernements du monde maintiennent leur exceptionnel silence. Les quelques communiqués finalement rédigés par l’ONU, l’Union européenne et l’Union africaine exemptent délibérément le Rwanda et Paul Kagame. Ceci fait penser au complot qui place Paul Kagame en situation d’assumer personnellement un projet mondial contre la RDC. Plus proche de la RDC, la Communauté des États de l’Afrique de l’Est (EAC) donne plutôt l’impression d’être des wagons accompagnateurs du rwandais Kagame. Ni l’Ouganda, ni le Kenya, ni la Tanzanie, ni le Burundi, moins encore le Soudan du Sud, aucun État membre n’a dit sa solidarité avec la République démocratique du Congo contre le Rwanda.

Lire aussi :
Le front anti-Kigali

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Le travail manuel communément appelé “salongo” initié par la mairie de Kinshasa dans le cadre de l’opération Kin-bopeto chaque samedi avant-midi afin de lutter contre l’insalubrité dans la capitale, est aujourd’hui réduit à un recouvrement pur et simple d’argent.


Sécurité

Le chef de l’épiscopat congolais, Mgr Marcel Utembi a suggéré l’introduction d’une prière spéciale pour la paix à la fin de chaque messe à partir du deuxième dimanche de carême. L’initiative vise à mobiliser les fidèles dans une démarche de prière et de réflexion au regard de la situation qui prévaut dans l’est du pays.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2657 CDF
1 Euro2 862,83 CDF
1 Yuan369,13 CDF
1 FCFA4,36 CDF

Appel d'offres

Réalisation deux Forages dans la province de Kwango près de la ville de Kenge


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.